LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Malade Imaginaire

Mémoire : Le Malade Imaginaire. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  20 Février 2013  •  349 Mots (2 Pages)  •  1 544 Vues

Page 1 sur 2

Au XVIIe siècle, la comédie connaît une très nette évolution dans le

paysage littéraire français. Son plus illustre représentant, Molière

renouvelle le genre en profondeur, en l’inscrivant à la fois dans la société

de son temps et en proposant un discours sur l’Homme en général.

Les genres comiques au théâtre existent depuis l’Antiquité et de nombreuses

pièces sont adaptées à partir de ces chefs-d’oeuvre anciens.

Mais la comédie se nourrit aussi de la farce, venue tout droit du MoyenÂge.

C’est un genre varié, qui s’inspire aussi du théâtre italien et de la

commedia dell’arte. On peut donc partir de l’idée selon laquelle la comédie

est un creuset où se trouvent des influences anciennes et des préoccupations

nouvelles.

La première fonction de la comédie est de faire rire, ou du moins de faire

sourire les spectateurs. Mais ses pouvoirs dépassent le simple divertissement.

Au XVIIe siècle, la comédie devient une arme pour dénoncer

les travers et les abus. Molière peint ainsi les ridicules dans des comédies

satiriques pour critiquer certains éléments inhérents à la société

de son temps, et qui sont encore d’actualité : les mariages forcés, les

abus d’autorité, l’avarice, l’hypocrisie, etc. C’est pourquoi l’un des buts

avoués de la comédie consiste à « châtier les moeurs par le rire » (« castigat

ridendo mores »), c’est-à-dire faire prendre conscience au public de

certains comportements humains et sociaux en les distrayant. Telle est

l’une des stratégies de la comédie au XVIIe siècle. Avant Molière, Corneille

a, lui aussi, écrit des comédies qui stigmatisent certains traits de

caractère (Le Menteur, 1643).

Il faut donc retenir, avant de comprendre le fonctionnement de la comédie

classique qu’au-delà du plaisir qu’engendre le rire, la comédie apparaît

comme un genre subversif qui permet de montrer les défauts des

hommes et les abus de la société. Certaines comédies de Molière présentent

cependant peu de scènes franchement comiques. Certaines de

ses comédies de moeurs ou de caractère traitent de sujets graves, voire

sérieux. Leur dénouement n’est pas nécessairement heureux. La comédie

aborde des sujets qui peuvent se heurter à la censure : la religion,

la

...

Télécharger au format  txt (2.5 Kb)   pdf (47.6 Kb)   docx (8.9 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com