LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Genre et nombre du mot «manga» en français

Étude de cas : Genre et nombre du mot «manga» en français. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  24 Novembre 2014  •  Étude de cas  •  8 558 Mots (35 Pages)  •  488 Vues

Page 1 sur 35

Manga

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec anime.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manga (homonymie).

Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Wikipe-tan, un exemple de dessin d'inspiration manga.

Un manga (漫画?) est une bande dessinée japonaise. Le mot « manga » est parfois utilisé pour désigner, par extension, une bande dessinée non japonaise respectant les codes des productions populaires japonaises ou pour nommer, maladroitement, d'autres produits visuels rappelant certaines de ces bandes dessinées (dessins animés, style graphique, etc.).

Sommaire

1 Étymologie

2 Genre et nombre du mot « manga » en français

3 Quelques notions

4 Diffusion au Japon

5 Histoire des mangas

5.1 Mouvements culturels initiateurs

5.2 De 1861 à 1931

5.2.1 Première ouverture vers l'Occident

5.2.2 Création d'une presse satirique

5.2.3 Création

5.3 L'après-guerre

5.4 Actuellement

6 Exportation

6.1 En France

6.1.1 Avant Akira : l'impossible installation du manga

6.1.2 1990, « naissance » du manga en France

6.1.3 1996-2000, essor du marché

6.1.4 Depuis 2002, forte augmentation des ventes de manga

6.1.5 Les années 2010, un début de déclin ?

7 Système de prépublication

8 Caractéristiques des bandes dessinées japonaises

9 Cibles éditoriales

10 Vocabulaire spécifique

11 Produits dérivés

12 Notes et références

13 Voir aussi

13.1 Bibliographie

13.2 Articles connexes

13.3 Liens externes

Étymologie

Manga écrit en kanji.

Le mot japonais « manga » souvent traduit littéralement par « image dérisoire » ou « dessin non abouti », est composé de « ga » (画), qui désigne la représentation graphique (« dessin », « peinture » ou toute image dessinée - comme l'estampe), et « man » (漫), « involontaire », « divertissant », « sans but », mais aussi « exagérer », « déborder » (qui peut être interprété comme caricature), ainsi qu'« au fil de l'idée ». Ainsi on pourrait aussi bien traduire ce mot par « dessin au trait libre », « esquisse au gré de la fantaisie », « image malhabile » ou tout simplement caricature ou grotesque dans le sens de Léonard de Vinci.

Le terme devient courant à partir de la fin du XVIIIe siècle avec la publication d'ouvrages tels que Mankaku zuihitsu (1771) de Kankei Suzuki, Shiji no yukikai (1798) de Kyōden Santō ou Manga hyakujo (1814) de Minwa Aikawa. Également en 1814, Hokusai, futur peintre de La Grande Vague de Kanagawa, donne à ses recueils d'estampes parfois grotesques le titre Hokusai manga. C'est ce dernier ouvrage qui fait connaître le mot en Occident. Il aurait été ainsi choisi pour son analogie avec un terme similaire dans l'ancien temps mais dont l'écriture diffère et qui décrit la conservation de proies dans les becs des pélicans1 indiquant des scènes prises sur le vif - comme l'oiseau fondant sur sa proie.

Il ne prend le sens précis de « bande dessinée » qu'au cours du XXe siècle, avec l'introduction de celle-ci au Japon. Lorsqu'elle y devient très populaire, après 1945 et grâce à Osamu Tezuka, le terme s'impose pour finir par ne plus désigner qu'elle. C'est ce terme qui a été utilisé à l'étranger (France, États-Unis, Allemagne, etc.), pour caractériser la bande dessinée japonaise, dont il est devenu un synonyme, et parfois grossièrement ramené à un genre.

Genre et nombre du mot « manga » en français

Le mot « manga » est pleinement intégré dans la langue française, comme l'atteste son intégration dans les dictionnaires usuels. Ceux-ci le donnent comme masculin (les mots japonais, eux, n'ont pas de genre grammatical), et c'est le genre qui prédomine largement. Toutefois, la première utilisation du mot en français revient à Edmond de Goncourt en 1895, dans une étude artistique dédiée à Hokusai2, où il accorde « manga » au féminin pour désigner ce qu'il appela La Mangwa (sic) de l'artiste. Le terme revêtait alors plutôt le sens de « miscellanées », c'est-à-dire un recueil de nature disparate3. Depuis cette époque, manga a souvent été employé au féminin, et ce jusqu'à la popularisation de l'usage au masculin dans les années 1990 (notamment par les premiers journaux spécialisés et la télévision)3. Mais un argument en faveur de la féminisation du terme pourrait être que la locution équivalente en français, bande dessinée, est déjà de genre féminin. Plus récemment, l'auteur Frédéric Boilet parle de manga au féminin, notamment dans le cadre de son mouvement franco-japonais La Nouvelle Manga4.

Manga s'écrit mangas au pluriel, selon la règle du pluriel des mots étrangers intégrés dans la langue française (les dictionnaires actuels ne donnent d'ailleurs pas le mot comme invariable)5.

Quelques notions

Le dessinateur de mangas est appelé mangaka. Il est soumis à des rythmes de parution très rapides, et ne bénéficie pas

...

Télécharger au format  txt (53.8 Kb)   pdf (537.1 Kb)   docx (33.4 Kb)  
Voir 34 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com