LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de la pièce de théâtre Ruy Blas Acte V, Scène 4 de Victor Hugo

Commentaires Composés : Commentaire de la pièce de théâtre Ruy Blas Acte V, Scène 4 de Victor Hugo. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  4 Novembre 2014  •  1 732 Mots (7 Pages)  •  1 497 Vues

Page 1 sur 7

Victor Hugo

Acte V, scène 4

Toute la scène.

Recherche

Chercher une analyse de texte :

Rubriques

Aidez-moi !

Forum

Maths première

Biologie première

Histoire-géo première

Les TPE

Avertissement

Liens

Oral du bac de français

Méthode

Révisions

Déroulement de l'oral

Gérer son stress

Matériel à apporter

Texte officiel

Ecrit du bac de français

Accueil

Commentaire

Dissertation

Ecriture d'invention

Questions sur le corpus

Annales

Pour aller plus loin

Biographies

Figures de style

Histoire littéraire

Mouvements littéraires

Vocabulaire première

Discours rapporté

La poésie

Le roman

Le théâtre

L'apologue

Les registres

L'argumentation

La narration

Introduction

L'Acte V de Ruy Blas, de Victor Hugo, s'intitule « le tigre et le lion », le tigre pour Don Salluste (ruse, puissance) et le lion pour Ruy Blas (courage, vaillance). Le dernier acte de la pièce met donc en scène l'ultime affrontement entre Don Salluste et Ruy Blas.

La scène que nous allons étudier est la dernière scène du dernier acte => C'est le dénouement de la pièce.

Dans cette scène de dénouement, la reine éclairée sur la machination de Don Salluste et ce qu'elle considère comme une trahison de Ruy Blas, refuse de pardonner le valet et le conduit à la mort, un motif dramatique que Victor Hugo traite avec une grande originalité.

Problématique : Comment la mort de Ruy Blas est l'occasion pour Victor Hugo de faire un dénouement romantique original ?

Lecture de l'extrait étudié

Acte V Scène IV - La reine, Ruy Blas.

Ruy Blas fait quelques pas en chancelant vers la reine immobile et glacée, puis il tombe à deux genoux, l'œil fixé à terre, comme s'il n'osait lever les yeux jusqu'à elle.

Ruy Blas, d'une voix grave et basse.

Maintenant, madame, il faut que je vous dise.

– Je n'approcherai pas. – Je parle avec franchise.

Je ne suis point coupable autant que vous croyez.

Je sens, ma trahison, comme vous la voyez,

Doit vous paraître horrible. Oh ! Ce n'est pas facile

À raconter. Pourtant je n'ai pas l'âme vile,

Je suis honnête au fond. – cet amour m'a perdu. –

Je ne me défends pas ; je sais bien, j'aurais dû

Trouver quelque moyen. La faute est consommée !

– C'est égal, voyez-vous, je vous ai bien aimée.

La Reine.

Monsieur...

Ruy Blas, toujours à genoux.

N'ayez pas peur. Je n'approcherai point.

À votre majesté je vais de point en point

Tout dire. Oh ! Croyez-moi, je n'ai pas l'âme vile ! –

Aujourd'hui tout le jour j'ai couru par la ville

Comme un fou. Bien souvent même on m'a regardé.

Auprès de l'hôpital que vous avez fondé,

J'ai senti vaguement, à travers mon délire,

Une femme du peuple essuyer sans rien dire

Les gouttes de sueur qui tombaient de mon front.

Ayez pitié de moi, mon Dieu ! Mon cœur se rompt !

La Reine.

Que voulez-vous ?

Ruy Blas, joignant les mains.

Que vous me pardonniez, madame !

La Reine.

Jamais.

Ruy Blas.

Jamais !

Il se lève et marche lentement vers la table.

Bien sûr ?

La

...

Télécharger au format  txt (9.7 Kb)   pdf (117.7 Kb)   docx (13.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com