LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Vue d'ensemble du livre " The Long Letter " de Mariama Ba

Fiche de lecture : Vue d'ensemble du livre " The Long Letter " de Mariama Ba. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  21 Février 2014  •  Fiche de lecture  •  1 996 Mots (8 Pages)  •  1 803 Vues

Page 1 sur 8

Dans le livre Une si longue lettre écrit par Mariama Bâ, l’auteur et les personnages parlent des situations au Sénégal et en Afrique en général. Ce livre est un livre semi-autobiographique. Le thème principal du livre est la condition de la femme, et sa condition après la colonisation de l’Afrique. La polygamie cause des problèmes de finances, des problèmes psychologiques, et des problèmes émotionnels pour les femmes et les enfants d’une famille polygame. Pourquoi quelques personnes au Sénégal acceptent-ils la polygamie même s’ils voient ces effets négatifs ?

Le livre Une si longue lettre est écrit sous la forme d’une longue lettre, comme le titre dit. Il y a vingt-huit divisions de la lettre. Ramatoulaye écrit la lettre à sa meilleure amie Aïssatou. Ramatoulaye était dans un mariage polygame. Son mari Modou s’est marié avec une autre femme.

Aïssatou a divorcé de son mari parce qu’elle n’a pas aimé la polygamie. Son mari Mawdo suit la tradition musulmane de la polygamie et s’est marié avec une jeune fille, Nabou, qui était aussi sa cousine. Le mari de Ramatoulaye est mort donc elle doit s’isoler pendant quarante jours, selon la tradition musulmane. Au début du livre, elle commence à écrire à Aïssatou après la mort de son mari parce qu’elle s’adapte à sa nouvelle vie de veuvage.

Une si longue lettre montre beaucoup de thèmes de la polygamie. Il faut premièrement comprendre l’histoire de la polygamie en Afrique. Les thèmes principaux sont les gens qui acceptent la polygamie, les gens qui rejettent la polygamie, les effets et le rôle de la famille dans une famille polygame, et la relation du personnage principal à Mariama Bâ. Il faut aussi examiner la polygamie dans la vie actuelle.

L’histoire de la polygamie en Afrique

La polygamie est très commune en Afrique parce qu’elle est une représentation de la culture et de la religion des pays africains. La polygamie est acceptée parce que elle fait une partie de la religion musulmane. Les mariages polygames sont très fréquents dans l’histoire de l’Afrique plus que des autres continents. La polygamie est considérée comme un partie de la façon dont on « construit un empire », comme une grande famille.

Il y a des problèmes intellectuels, sociaux, et culturels avec la polygamie. Le mari utilise l’argent de sa première femme pour acheter des choses pour sa deuxième femme. D’habitude, la première femme a des problèmes d’abandon.

La loi sénégalaise n’empêche pas la polygamie mais il y a des restrictions sur le nombre des femmes de chaque homme. Au Sénégal, plus de 47 pourcent des mariages sont des mariages polygames. Le taux des mariages polygames des jeunes générations de quinze ans à dix-neuf ans est de 25%. Ce pourcentage montre qu’une femme sur quatre est dans un mariage polygame.

La polygamie au Sénégal a un effet sur la situation de vie pour tous les membres d’une famille. Évidemment, le mari reste un certain nombre de soirs avec chaque femme, et chaque femme a des responsabilités domestiques.

Une Si Longue Lettre

Une si longue lettre peut être divisé en quatre parties en parlant de la polygamie : les personnages qui continuent avec la polygamie, les personnages qui rejettent la polygamie, les effets de la polygamie et le rôle de la famille dans une famille polygame, et la relation de l’histoire du personnage principal à l’auteur Mariama Bâ.

Aïssatou a laissé un mot qui explique à Mawdo pourquoi elle part et elle n’est jamais revenue. Aïssatou est allée aux Etats-Unis pour commencer sa nouvelle vie, et elle a donné une voiture à sa meilleure amie Ramatoulaye pour l’aider.

Le personnage principal du livre s’appelle Ramatoulaye Fall. Elle était mariée pendant 25 ans. Ramatoulaye a eu 12 enfants et s’est sentie abandonnée par son mari qui s’est marié avec une deuxième femme. Après la mort de son mari, deux hommes lui ont demandé de se marier avec eux. Après que son mari s’est marié avec une autre femme, Ramatoulaye doit soutenir ses douze enfants, depuis que son mari Modou a abandonné Ramatoulaye et les enfants.

Ceux qui acceptent la polygamie

Dans Une si longue lettre, le mari du personnage principal s’appelle Modou. Ils sont restés mariés jusqu’à ce qu’il se marie avec Binetou, une fille plus jeune que Ramatoulaye. Modou accepte la polygamie, bien sûr, parce qu’il a deux femmes. La polygamie ne cause pas des problèmes pour lui parce qu’il n’a plus de responsabilité envers ses douze enfants. Il a une nouvelle vie avec Binetou et elle reçoit des bienfaits de la polygamie aussi.

Au même cas, sa deuxième femme, Binetou, accepte la polygamie. Elle s’est mariée avec Modou pour gagner de l’argent. À cause d’être venant d’une famille pauvre, elle veut l’argent et elle a des désirs pour les aspects sociaux. Malheureusement pour elle, à cause de son âge, elle n’a pas d’amies du sexe féminin et elle ne s’intègre pas bien avec les autres femmes de la ville.

Après le mariage de Modou et Binetou, un homme qui s’appelle Daouda Dieng propose le mariage à Ramatoulaye mais elle refuse. Bien que Modou ne soit pas encore un mari à Ramatoulaye, elle ne veut pas être dans un mariage polygame.

Mawdo est un exemple d’une personne qui ne comprend pas les effets de la polygamie. À la fin du livre Mawdo est avec sa troisième femme. Il s’est marié avec Aïssatou, sa première femme, jusqu’à ce qu’elle parte et divorce de lui. Sa deuxième femme s’appelle Petite-Nabou. Elle est enlevée par la mère de Mawdo, Tante Nabou. Elle est la nièce de Tante Nabou et la cousine de Mawdo, mais elle se marie avec lui et devient sa deuxième femme.

Tante Nabou, la mère de Mawdo, l’influence pour se marier avec Petite-Nabou parce qu’elle n’aime pas Aïssatou à cause de son héritage et les carrières de sa famille. Tante Nabou représente la tradition du Sénégal, qui inclut la polygamie. Grâce à sa famille, Tante Nabou est princesse d’une famille royale au Sénégal donc elle a des visions très traditionnelles de la vie en Sénégal.

Une femme qui s’appelle Jacqueline Diack devient la mère d’une fille avec Mawdo (le mari de Aïsssatou avant leur divorce). Jacqueline

...

Télécharger au format  txt (12.3 Kb)   pdf (127.6 Kb)   docx (12.1 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com