LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Que nous apprend l’anecdote du voleur de livre sur l’élaboration des Faux Monnayeurs ?

Dissertation : Que nous apprend l’anecdote du voleur de livre sur l’élaboration des Faux Monnayeurs ?. Recherche parmi 238 000+ dissertations

Par   •  3 Janvier 2018  •  Dissertation  •  1 169 Mots (5 Pages)  •  202 Vues

Page 1 sur 5

Que nous apprend l’anecdote du voleur de livre sur l’élaboration des Faux Monnayeurs ?

Gide n’a pour lui écrit qu’un seul roman, Les Faux Monnayeurs, publié en 1925, à la suite duquel, 2 ans plus tard il publiera le Journal des Faux Monnayeurs qui fait partie intégrante de l’oeuvre. Il s’agit de son « laboratoire d’écriture » où la genèse et les différents problèmes littéraires auxquels il fait face sont retranscrits. C’est dans cette double perspective qu’il faut lire l’anecdote du voleur de livre (chapitre 11 des Faux Monnayeurs, 3 mai 1921 dans le Journal). Dans ce passage Édouard, personnage central de l’histoire, prend sur le fait Georges, (frère d’Olivier Molinier) ayant tenté de voler un livre. Cet épisode raconté dans le journal d’Édouard résonne dans celui de Gide qui narre une expérience similaire. Nous verrons ainsi ce que nous apprend cette anecdote sur l’élaboration des Faux Monnayeurs. Nous aborderons d’abord la question du réalisme comme support, son vécu et sa portée dans le roman, puis comment Gide souhaite « styliser » ce réel pour atteindre un « roman pur » par un grand travail d’écriture.

Cette anecdote est avant tout, une expérience de Gide le 2 mai 1921 alors qu’il « s’attardait devant la devanture des bouquinistes ». Elle est racontée le lendemain dans son journal qui sera ensuite publié. Elle trouve son écho dans les Faux Monnayeurs, dont les différents acteurs et faits sont à peine modifiés. En effet, on y retrouve tout d’abord les mêmes protagonistes, Gide incarné par Édouard (auteur de même), le bouquiniste vraisemblablement peu attentif, et « un gosse », Georges. Quant aux faits il en va de même, que ce soir pour l’heure « avant midi », « en attendant l’heure du déjeuner » ; le jeune homme « à Henri IV, en rhétorique » « un jeune lycéen » ; sa réaction pris sur le fait « je le vis aussitôt rougir un peu, puis chercher par quelle mimique hésitante… », « rougit, et commença à se livrer à un petit manège » ; leurs premières répliques échangées sont identiques au mot près, de même que prix (2 francs 50) ou le livre en question (guide d’Algérie, Joanne 1871) ; le désir voilé de « vagabondage » de l’enfant ; et même la réflexion qu’émet Gide sur le choix de narration de cette anecdote est aussi prêtée à Édouard.

Le vécu de Gide imprègne ainsi fortement son oeuvre. Cependant s’il s’appuie sur cette expérience, il la développe et lui donne un portée particulière dans son roman. Au troisième paragraphe, Édouard imagine au vu de la toilette usée (similaire au lycéen qu’il avait croisé en 1921) les différents commentaires de la mère de l’enfant « Ne mets pas donc deux livres à la fois … Regarde moi de quoi tu as l’air !… » et précise que cette « mère était bien négligeante, ou bien occupée ». Cette mère étant Pauline, la femme de Monsieur Molinier, la correction « occupée » est interessante (occupée à cacher les aventures de son mari, à aider l’ainé malade, à s’inquiéter pour le plus jeune…). Si l’aspect du jeune homme dans la réalité « peu attrayant » l’avait arrêté, ici Gide se rattrape et aborde même des notions clés de son roman comme la sexualité ; « Dîtes donc…. ça vous arrivée souvent de reluquer des lycéens ? », la pédérastie plus exactement. En prime de présenter une première rencontre (négative ; à l’opposé direct de celle avec le frère Olivier) entre Édouard et Georges, cet extrait est largement développé, bien plus « littéraire » ; la description du pardessus et de sa poche béante par exemple, ou bien le référence à « l’oeil de Caïn » de La Conscience de

...

Télécharger au format  txt (7.5 Kb)   pdf (46.5 Kb)   docx (13 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com