LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Plan détaillé: Peut-on Lire Le Recueil Les Mains Libres Comme Un éloge De La Main?

Compte Rendu : Plan détaillé: Peut-on Lire Le Recueil Les Mains Libres Comme Un éloge De La Main?. Recherche parmi 231 000+ dissertations

Par   •  1 Avril 2015  •  734 Mots (3 Pages)  •  431 Vues

Page 1 sur 3

Sujet question type BAC :

Peut-on lire le recueil Les Mains libres comme un éloge de la main ?

Introduction : Les Mains libres est un recueil de poèmes de Paul Eluard illustrant les dessins de Man Ray paru pour la première fois en 1937. C’est donc une création notamment surréaliste, à quatre mains qui engendre le refus de contrainte dans le domaine artistique et donc la liberté de création, mais aussi la liberté d’interprétation du lecteur face à ces associations. Nous étudierons dans un premier temps comment la main est célébrée, dans un deuxième temps l’ambiguïté de son rôle ainsi que dans un troisième temps ses valeurs péjoratives.

I/ La célébration de la main :

Le titre « Les Mains libres » → le fait de ne pas se sentir contrait par quoi que ce soit : idée de possibilités infinies, liberté de création. Sacralisation des mains avec la majuscule qui leur est attribuée.

Le poème qui porte aussi le nom « Les Mains libres » symbolise la liberté de mouvement.

Valeur méliorative directe de la main dans la préface : «Il y a plus de merveilles dans une main tendue, avide que dans tous ce qui nous sépare de ce que nous aimons. » Cette main tendue et le pont du frontispice créent un pont entre deux arts.

La plupart des dessins de Man Ray représente des mains coupées et isolées d’un corps qui empêchent une identification et qui enclenchent l’imagination du lecteur :

- comme avec « Solitaire » et « L’attente » où les mains ont un rôle actif et créateur face à la solitude, l’ennui et l’attente.

- comme avec « Des nuages dans les mains » les mains sont gigantesques et atteignent les nuages, ce qui leur donne une importance cosmique.

- comme avec « Le don » où le poème répond au dessin qui est celui d’une femme cambrée et nue → qui se donne, avec « des mains tendues » et dans « Burlesque » où une énorme main est représentée avec « fille de glace donne-moi » qui représente l’idée d’offrande.

- comme avec « Le désir », « C’est elle », « La lecture », « Main et fruits » et « Le temps qu’il faisait le 14 mars » où le rôle de la main dans le dessin est beaucoup chargé en sensualité.

- comme avec « Brosse à cheveux » qui continue dans le rôle créateur de la main.

II/ L’ambiguïté du rôle de la main :

Le rôle de la main n’est jamais réellement démonstratif mais parfois suggéré par ce qui l’entoure. C’est pourquoi différentes interprétations sont possibles :

- dans « L’évidence » les mains peuvent être vues de manières oppressantes, effrayantes, non désirées et trop nombreuses (Pièce chorégraphique de Pina Baüsch : Kontakthof.) mais aussi comme des mains multiples qui caressent et qui représente la femme honorée et chérie.

- dans « L’aventure » le dessin propose une main qui cache la vue de cette immensité pétrifiante ou même d’un éblouissement, tandis que le poème lui, insiste sur la main aventureuse qui découvre avec « répands tes mains sur un visage sans raison ».

- dans « Angoisse et Inquiétude

...

Télécharger au format  txt (4.3 Kb)   pdf (67.5 Kb)   docx (9.7 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com