LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L’homme se dirige-t-il vers une nouvelle forme de société ?

Rapports de Stage : L’homme se dirige-t-il vers une nouvelle forme de société ?. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  5 Décembre 2013  •  791 Mots (4 Pages)  •  1 267 Vues

Page 1 sur 4

Les révolutions technologiques ont multiplié nos moyens de communication, que ce soit à l’aide de réseaux sociaux tel que Facebook, de conversation téléphonique ou de vidéo. La communication virtuelle est donc devenue de plus en plus présente dans la société comme nous le montre les différents textes abordés dans le corpus.

Anne Mireille NZOUANKEU, dans son article Réseaux sociaux ou asociaux ?, nous parle d’une continuité d’un lien physique tandis qu’Antonio CASILLI, dans son essai Mon friend n’est pas mon ami, compare la vie réelle à la vie virtuelle. Quant à Rabelais, dans Gargantua, il reprend le principe de libre arbitre qu’il met en avant, dans son dernier chapitre. Enfin, Isabelle COMPIEGNE dans son roman Les emblématiques communautés virtuelles mentionne l’idée d’une nouvelle forme de société et d’homme « homo numericus ».

L’homme se dirige-t-il vers une nouvelle forme de société ?

Nous verrons ainsi que les nouveaux moyens de communication sont devenus un rythme de vie pour la société, puis qu’il convient tout de même de faire attention à ne pas confondre vie réelle et vie virtuelle. Enfin nous verrons jusqu’où cette forme de communication peut conduire l’homme.

Dans les différents extraits du corpus, excepté Gargantua, nous pouvons voir que les auteurs parlent des nouveaux moyens de communication comme une continuité du lien social physique. En effet, comme nous le démontre NZAOUANKEU dans son article, dans le cadre des métiers, les réseaux sociaux permettent une plus grande diversité des contacts et évite des déplacements. Ces réseaux sont donc devenus un rythme pour la société qui s’exprime plus via cette forme de communication qu’autrement. Ainsi dans Mon friend n’est pas mon ami, CASILLI met en avant le fait que l’amitié peut se faire aussi sur les réseaux tel que Facebook, Twitter même si pour l’auteur c’est une forme nouvelle d’amitié.

Pour Isabelle COMPIEGNE, les communautés virtuelles sont « un nouveau genre d’organisation sociale » qui reflète la société. En effet celles-ci permettent de trouver du travail, de développer les contacts et de crée de nouveaux emplois. Ainsi elles permettent de créer de nouveaux secteurs d’activité économique. Cependant, il nous faut faire attention à ne pas confondre cette vie virtuelle avec la vie réelle.

L’essai de CASILLI, accentue très fortement sur la comparaison de deux mondes distincts. En effet, l’exemple de Facebook met en évidence le fait que l’amitié virtuelle n’est pas comme l’amitié physique. Dans la réalité, on s’habitue aux personnes au fil du temps tandis que dans la réalité virtuelle, c’est le contraire il suffit qu’on parle quelques minutes avec la personne via le réseau pour accepter une demande d’amitié. La comparaison avec le mariage est aussi un exemple fiable, en effet on se dit marié comme on se dit amis. Cette distinction est appelé « Friending », c’est-à-dire que contrairement à l’amitié, le Friending ne peut marcher que dans un sens.

NZAOUANKEU, distingue aussi ces deux mondes dans son article. En effet, l’usage des réseaux sociaux peut imposer des contraintes aux entreprises qui doivent surveiller leurs salariés afin qu’ils n’utilisent pas leur temps pour se divertir. Ainsi les employés

...

Télécharger au format  txt (5.1 Kb)   pdf (72 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com