LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Lettre De Descartes

Compte Rendu : Lettre De Descartes. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  9 Décembre 2012  •  947 Mots (4 Pages)  •  508 Vues

Page 1 sur 4

Introduction

Ce texte est le début d’une lettre qu’adresse Descartes à la princesse Elisabeth de Bohême en exil en Hollande

A cette princesse exilée, il parle du « Souverain Bien ». Toute le réflexion morale de Descartes est tournée vers ce « souverain bien » qui conduit l’homme vers la félicité , la béatitude.

Pris d’un doute sur cette notion, il se prend à en définir le contenu en excluant ce qu’il ne doit pas être retenu pour définir cet état de plénitude et aboutit à une définition précise.

Une fois , le contenu de cette notion précisée, il donne à la Princesse de Bohême les moyens pour l’atteindre car en effet, cette dernière compte tenu de sa situation est souvent proie à la tristesse.

Nous verrons donc que Tout d’abord Descartes après une minutieuse réflexion déterminera que ce bonheur n’est une chose que l’on reçoit en éliminant les plaisirs artificiels mais quelque chose que l’on construit.

Une fois le contenue du Souverain Bien défini, il nous donnera à son interlocutrice des pistes pour l’atteindre.

1/ Qu’est-ce que ce « souverain bien » qu’on appelle aussi le bonheur ?

a/La refexion commence par un état de doute,

La 1ère phrase de sa lettre est une question longue démontrant la difficulté de Descartes pour mener à bien la réflexion qu’il souhaite engager.

→ dilemne

→ cas moral face à la tristesse de l’exil éprouvé par la Princese

Opposition entre deux termes « imaginer » et « connaitre » : le décor est planté

Vaut-il mieux « imaginer » pour être heureux ou « connaitre » au risque d’être malheureux

D’ailleurs, certains hommes sont « contents et gais » en surévaluant les biens qu’ils possèdent. Mais quels sont les biens dont parle Descartes . de Par l’expression « les biens dont l’acquisition…..libre arbitre », ce dernier fait plus allusion aux qualités que l’Homme a reçu à sa naissance et il critique ainsi ceux qui sont rapidement contents d’eux-mêmes en se surrestimant.

Pour lui, donc le Bonheur n’est en aucun cas ce que l’on reçoit

b/ le bonheur n’est une chose que l’on reçoit

Pour démontrer sa thèse, il commence par dénoncer les plaisirs artificels par l’expression « les vapeurs du vin et du pétin ». Il critique le fait de chercher la joie dans une illusion en « noyant leurs déplaisirs »

Ces consommateurs croient atteindre le bonheur alors qu’ils n’atteignent qu’une joie « médiocre et éphémère ». en effet, cette fausse plénitude n’est que de courte durée. lorsque les vapeurs se sont dissipées, revient « l’amertume intérieure » de ses faiblesses car on ne peut jamais échapper à la connaissance de ce que l’on vaut. Il faut donc faire preuve de lucidité à l’égard de soi même si cela doit dans un 1er temps rendre triste car le bonheur vient seulement aprsè car il doit se construire.

2/ le bonheur est donc une chose qui se

...

Télécharger au format  txt (5.9 Kb)   pdf (78 Kb)   docx (10.2 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com