LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Mal, Arthur Rimbaud

Commentaire de texte : Le Mal, Arthur Rimbaud. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  23 Avril 2012  •  Commentaire de texte  •  584 Mots (3 Pages)  •  771 Vues

Page 1 sur 3

Introduction : Arthur Rimbaud, poète du XIXe siecle puise son génie de son enfance qui fut un réel « attentat métaphysique ». C’est ainsi que l’auteur, dans ses écrits met en exergue son désir de détruire l’ordre ancien et de révolutionner la poésie

I. Un tableau épique qui dénonce la guerre.

A. L’ampleur du conflit.

Reprise de « tandis que » qui exprime la durée et l’opposition, « tout le jour » marque la durée, pas d’arret dans cette bataille, « l’infini ciel bleu » marque un espace énorme, de plus l’allongement des verbe par rejet, l’enjambement constitue un rythme qui marque la durée. C’est donc une bataille sans arrête, illimité, marqué aussi dans l’espace. « En masse », « cent milliers d’hommes », emploi inhabituel ici de « milliers » qui provoque un effet d’insistance. De plus les vers sont déconstruits et provoque une impression de désordre.

B. L’horreur du conflit.

Conflit qui déshumanise, « crouler » montre que les hommes sont assimilées à des choses, « broies » marque que la guerre est assimilée à une machine, les hommes sont donc victime d’une gigantesque absurdité, paradoxalement « crachent » montre que les machines sont personnifié contrairement aux hommes. L’auteur parle à nos sens, par la vue « crachat rouge », « écarlates ou vert », « ciel bleu », par l’ouïe avec des sonorités imitatives suggérant le bruit des machines de guerre « crachat », « sifflent », par l’odorat « tas fumant », par le toucher « feu ».

II. La dénonciation d’un pouvoir qui exploite les faibles.

A. Soldats victimes.

Soldats présentés comme des enfants, évocation des mères plutôt que de leurs épouses. Ils sont issus de famille défavorisés : pauvreté des mères qui n’ont même pas un portemonnaie. Les soldats n’ont aucun contrôle de leurs destins, ils sont manipulés par une machine qu’ils ne comprennent pas.

B. Soldats méprisés.

Les soldats sont méprisés au lieu d’être honorés, « le roi les railles », sadisme cruel du pouvoir pour qui les soldats se battent. Ils ne sont que machine de guerre. Le roi ne peut que les plaindre « pauvres morts ».

III. Le tableau dénonciateur de la religion.

A. Le Dieu de la religion catholique.

Dieu caractérisé par sa richesse, « nappes damassées », « encens » et s’oppose avec la misère du peuple. Il est aussi caractérisé par son indifférence « il rit au nappes damassées », ce rire semble intolérable après la description des horreurs de la guerre et les mères « ramassées dans l’angoisse » et « pleurant ». Cette indifférence se double de passivité « dans le bercement des hosonnah s’endort », prières servent de berceuse à Dieu. Ce dernier qui est corrompu, seul l’argent l’intéresse, il « se réveille » au son du « gros sou » donné par les mères.

B. Substitution de la nature au Dieu catholique.

Le ton utilisé est d’habitude adopté pour parler de la divinité,

...

Télécharger au format  txt (3.6 Kb)   pdf (58.8 Kb)   docx (9.4 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com