LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La cigale et la fourmi, La Fontaine

Commentaire de texte : La cigale et la fourmi, La Fontaine. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  28 Février 2012  •  Commentaire de texte  •  535 Mots (3 Pages)  •  1 177 Vues

Page 1 sur 3

L'interprétation classique de cette fable nous informe que la fourmi triomphe sur la cigale, puisqu'elle a, au cours de l'été, préparé de quoi se nourrir tout l'hiver. C'est la chute de la cigale, sa perte. Or, on peut y voir tout autre chose puisque La Fontaine l'a laissée ouverte, c'est-à-dire qu'il n'en a pas tiré la leçon pour le lecteur. D'un côté, nous pouvons voir deux mondes s'affrontant: le monde réaliste de la fourmi et le monde lyrique, artistique de la cigale. La première vit dans la rigidité, dans le sérieux de la vie, dans la prévision et dans l'espoir d'un futur meilleur. La seconde, pour sa part, vit dans le monde de la célébration, du lyrisme, de l'art. Il faut se souvenir qu'à l'époque classique, chanter était synonyme d'oisiveté. L'opposition entre la fourmi et la cigale révèle alors bien les mœurs et pensées de l'époque de La Fontaine. C'est donc une allégorie du travail et de la paresse. Pour la cigale, l'art et la vie sont la même chose, mais cette vision du monde, cette osmose n'est possible que si l'été dure toute l'année. Or, il n'en est pas ainsi. Il y a une réalité dans cette fable à laquelle on ne peut échapper: celle du temps. La cigale n'entrevoit pas le futur comme le fait la fourmi. Elle n'accorde aucune importance au temps, elle ne fait que célébrer le moment. Elle méprise le temps et paiera par le temps. Lorsqu'elle se confesse à la fourmi d'avoir chanté tout l'été, elle est nostalgique de ce moment révolu et, ironiquement, la fourmi la renvoie à ce passé mythique, à cette illusion qu'est l'éternité de l'été, ce paradis perdu. L'envoyer danser est une façon polie de lui signaler qu'elle n'avait qu'à veiller à son affaire. La fourmi, vivant dans le présent en vue d'un futur, ne peut qu'agir ainsi devant la cigale. La fourmi vit dans l'austérité, la préparation et la privation du plaisir que la cigale se permet continuellement. Sa réponse est cruelle, certes, mais elle est aussi triomphante, méprisante, vaniteuse, voire même jalouse et pleine de vengeance parce qu'elle ne peut profiter du plaisir.

Si la fable demeure ouverte, s'il y a absence de moralité, c'est parce qu'il faut y voir un lien avec l'auteur. La Fontaine ne peut condamner la cigale pour avoir méprisé le temps afin de se consacrer au lyrisme et à l'art, puisqu'il est lui-même artiste et vit du mécénat. Condamner la cigale et condamner l'art au profit de la vie pratique aurait été se condamner lui-même. La métaphore est encore plus profonde lorsque l'on pense que dans le circuit de l'échange, l'art est un don et n'est pas rémunéré. On ne donne pas pour l'art. Dans «La cigale et la fourmi», la cigale est l'artiste qui donne son art et la fourmi ne donnerait pas ses réserves puisque cela ne lui rapporte pas. L'époque y est donc pour quelque chose et il faut se rappeler qu'au temps de La Fontaine, le chanteur, tout comme l'artiste, ne faisait rien de productif. Tout le contraire d'aujourd'hui où les artistes sont hautement récompensés pour leurs efforts. Mais ce n'est là qu'une interprétation et il peut y en avoir bien d'autres.

...

Télécharger au format  txt (3.1 Kb)   pdf (53.2 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com