LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Mal, Arthur Rimbaud, Poésie, 1870

Commentaire de texte : La Mal, Arthur Rimbaud, Poésie, 1870. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  4 Janvier 2013  •  Commentaire de texte  •  470 Mots (2 Pages)  •  625 Vues

Page 1 sur 2

Commentaire

Le Mal est un poème de Arthur Rimbaud, tiré du recueil « Poésie » en 1870, c’est un sonnet classique composé de deux quatrains et deux tercets. Il décrit l'horreur d’une bataille car quand il écrit ce poème la France est en pleine guerre. Rimbaud peints ‘‘deux tableaux’’ : un champ de bataille et l’intérieur d’une église. Nous allons donc nous intéresser aux effets produits par ces deux tableaux puis nous finirons par nous demander ce que les descriptions nous montrent de l’engagement d’Arthur Rimbaud.

Pour commencer, Rimbaud peint deux tableaux qui sont assez opposés l’un à l’autre. Dans les deux tableaux réunis on voit des personnages très puissants comme le ‘‘Roi’’ ou encore ‘‘un Dieu’’, il y a aussi des guerriers et des victimes ‘‘Les bataillons’’, ‘‘cent milliers d’hommes’’ et ‘‘des mères’’.Dans le premier tableau, on remarque une très grande violence dans les verbes ‘‘broie’’, ‘‘croulent’’ qui sont un peu barbare, dans les couleurs froides ‘‘les crachats rouges’’, ‘‘écarlates ou verts’’, et même dans les sons ‘‘sifflent’’, ‘‘mitraille’’. Dans le deuxième tableau, on retrouve plus d’intimité, de souffrance, de deuil et de tristesse ‘‘dans l’angoisse’’, ‘‘en pleurant’’, ‘‘leur vieux bonnet noir’’, ‘‘leur mouchoir’’. Contrairement à la scène précédente, les sons sont très peu perceptibles ‘‘bercement’’, ‘‘s’endort’’, c’est une scène très calme. Il y a aussi la couleur ‘‘or’’ pour symboliser la richesse et la couleur ‘‘noir’’ pour symboliser le deuil. Le contraste entre les deux tableaux cherche à produire un effet chez le lecteur : un choc, une révolte. Arthur Rimbaud veut surement nous poser la question suivante : Comment un Dieu peut rester aussi insensible devant une atroce bataille et se réveiller seulement lorsque les mères viennent pleurées à lui avec un gros sou ?

Rimbaud s’engage avec ce poème, en exprimant ses émotions. On le voit dans le vocabulaire qu’il utilise ‘‘pauvres morts !’’, c’est affectif. Il éprouve de la compassion pour les mères et les victimes, ‘‘pleurant’’ ‘‘des mères, ramassées’’, elles sont en détresse. On voit l’engagement d’Arthur Rimbaud quand il exprime sa colère, sa révolte contre le ‘‘Roi’’. Il le critique dans ce qu’il fait, il critique son mépris et sa méchanceté ‘‘qui les raille’’, ‘‘et fait de cent milliers d’hommes un tas fumant’’. Il est aussi en colère contre la guerre : ‘‘croulent les bataillons en masse dans le feu’’. Son poème est une incitation à se révolter. Son engagement se révèle par l’expression de sa pitié, de sa colère, de sa révolte. En écrivant ce poème, il pensait peut être faire avancer les choses.

En conclusion ce poème montre bien l’engagement d’Arthur Rimbaud, qui dénonce la guerre, et la souffrance des hommes aux combats, l’angoisse des mères, et l’inaction de Dieu. Cette dénonciation est forte et surtout émouvante. Par ce poème, Arthur Rimbaud montre qu’il peut être un grand poète engagé.

...

Télécharger au format  txt (3.2 Kb)   pdf (54.2 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com