LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Gilles Lipovetsky : le rire a une histoire

Commentaires Composés : Gilles Lipovetsky : le rire a une histoire. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  16 Janvier 2012  •  407 Mots (2 Pages)  •  609 Vues

Page 1 sur 2

Gilles Lipovetsky : le rire a une histoire

Le carnaval était le moment du rire de fête, du rire général et sans entraves se manifestant par des bouffonneries et des insultes gratuites, des moqueries et plaisanteries, des parodies et travestissements de la vie ordinaire. Ce rire populaire et collectif est épuisé: fini, comme tendance dominante, le rire agressif, le rire grivois, le rire scatologique. Le rire, irrémédiablement, se «civilise» dans la foulée de l'individualisation réflexive des mœurs. Rire à gorge déployée, le rire épais, non contenu, celui qui s'exprime avec tout le corps se fait plus rare tant il est synonyme de vulgarité. Le monde festif s'est en grande partie délesté de son ancien caractère débordant d'allégresse. On ne cherche plus beaucoup à faire rire et à jouer, faire des farces, se moquer des autres, commettre les plus grandes effronteries. Les gens marchent, écoutent les orchestres, téléphonent, parlent en petits groupes, dansent à part, font du roller: ils rient peu, ils s'observent plus qu'ils ne se parlent ou plaisantent ensemble.

La fête n'apparaît plus comme le moment privilégié du rire universel, du rire débridé: c'est dans l'espace privé, chez soi, devant la télévision que l'individu hypermoderne se montre hilare. L'homme qui rit n'est plus Homo festivus, c'est avant tout le consommateur de films, de variétés, de spectacles médiatiques. Ce qui n'a pas empêché Paul Yonnet de parler d'une époque «particulièrement retentissante de rires ». Mais de quel rire s'agit-il ? Certainement pas du rire communicatif, du fou rire, du rire de fête et de ses gesticulations intempestives. Pour étayer sa thèse, Paul Yonnet met en avant des données statistiques, les scores d'audience réalisés par les émissions de télévision. Mais évaluer le rire contemporain au moyen de quelques éléments chiffrés s'étalant sur une durée très courte est peu convaincant. D'autres données, d'autres périodes d'observation aboutissent à des conclusions fort différentes. [...]. Et puisque le sociologue convoque la mesure statistique, signalons au passage celle-ci, à laquelle, au demeurant, on ne prêtera d'autre valeur qu'approximative et suggestive : les Français, dit-on, ne rient plus en moyenne que cinq minutes par jour, soit quatre fois moins qu'il y a cinquante ans.

Vous avez dit «planète du rire» ? Si tel est le cas, qui ne voit qu'elle ne ressemble plus guère au rire débridé de Dionysos ?

Gilles Lipovetsky, Le Bonheur paradoxal, éditions Gallimard, 2006.

Ecriture personnelle : pensez-vous, vous aussi, que « le rire populaire et collectif » appartient désormais à un passé révolu ?

...

Télécharger au format  txt (2.6 Kb)   pdf (55.1 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com