LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Exposé de la lettre 14 de "une si longue lettre"

Fiche de lecture : Exposé de la lettre 14 de "une si longue lettre". Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  28 Janvier 2018  •  Fiche de lecture  •  1 859 Mots (8 Pages)  •  6 230 Vues

Page 1 sur 8

PLAN DE L’EXPOSE

Introduction

I. Structure de la lettre

II. Résumé

III. Etude thématique

IV. Etude des personnages

V. Appréciations personnelles

Conclusion

INTRODUCTION

Au lendemain des indépendances africaines, les productions romanesques avaient au centre de leur préoccupation, le destin des pays africains dans les domaines politiques, économiques, etc. Alors que les écrivains de cette troisième période de l’évolution de la littérature négro-africaine d’expression française étaient occupés à exprimer à raison leur désillusion face au mode pernicieux de gouvernance des dirigeants africains, d’autres par contre quoiqu’en nombre limité à un sujet non moins important : le statut de la femme dans les sociétés traditionnelles. Mariama Bâ qui a publié pour la première fois en 1979 « Une si longue lettre », fait partie de cette minorité préoccupée par l’image de la femme africaine. L’étude du chapitre 14 de ce roman à allure épistolaire et subdivisé en 27 parties fera l’objet de cet exposé.

I. STRUCTURE

 La première partie : « enfin seule pour donne libre cours à ma surprise … je ne te vois pas te disputant un homme avec une fille de mon âge » peut être intitulée le mariage de Modou, le mari de Ramatoulaye, avec Binétou et la demande insistante de sa fille ainée de rompre avec ce dernier.

 La deuxième partie :« Je me disais ce que disent toutes les femmes trompées … quels maux atroces que ceux déclenchés par la dépression nerveuse » peut être intitulée la crainte de la narratrice de se voir avec une rupture éventuelle, abandonner définitivement et tomber dans une dépression nerveuse.

 La troisième partie : « Et je pense à Jacqueline qui en fut atteinte … elle revenait de loin Jacqueline » peut avoir pour titre : le cas illustratif de Jacqueline dont la dépression nerveuse est due à une vie de couple non épanouie avec Samba Diack son mari.

 La quatrième partie : « Pourquoi ai-je évoqué l’épreuve de cette amie … il nous oublia » évoque l’acceptation par la narratrice de sa nouvelle conditionnelle coépouse et l’abandon définitif de son mari au profit de la nouvelle épouse

II. RESUME

Modou le mari de Ramatoulaye a convolé en nouvelle noce avec Binetou, une fille qui a le même âge que sa fille ainée Daba. L’idée d’être la coépouse et de partager le même homme que Binétou rendait Ramatoulaye songeuse, horripilée par cet acte à la limite inacceptable, Daba la fille ainée insista que sa mère se sépare de son mari au risque d’être malheureux. Farmata sa voisine la prévenait également de la chance qu’elle pourrait avoir ailleurs. Mais Ramatoulaye ne perçoit pas la situation sous cet angle. Elle craignait de susciter du désintérêt et de tomber à l’instar de Jacqueline dans une dépression nerveuse. Elle décida alors d’accepter sa condition de coépouse mais cela ne fit pas à ramener son mari Madou qui l’abandonna au profit de sa nouvelle épouse Binetou.

III. ETUDE THEMATIQUE

A la lecture de cet extrait plusieurs thèmes se laissent découvrir. Nous avons notamment : la polygamie ; l’importance de la famille ; la religion (l’Islam)

La Polygamie est le fait de contracter un mariage avec plusieurs femmes. Cette pratique est répandue dans les sociétés africaines et, qui plus est, autorisée dans les sociétés à obédience musulmane car le coran l’a autorisée. Les femmes qui ont des coépouses finissent par accepter le principe mais cela ne cornique guère les conséquences négatives que la polygamie a sur elle. Dans ce chapitre quatorze (14) qui fait l’objet de notre étude, le personnage Modou Fall bien qu’ayant déjà fait vingt (20) ans de vie conjugale avec sa femme Ramatoulaye, ne s’est pas gêné pour prendre une nouvelle épouse, Binétou, qui a pratiquement le même âge que sa fille ainée Daba. Cette situation a suscité l’angoisse de Ramatoulaye et une vive réaction de sa famille et de son voisinage. Il est donc clair que polygamie, loin de participer du bonheur des femmes, les enlise dans l’humiliation et le déshonneur. Cela confirme cette affirmation de Seydou Badian : « la polygamie humilie la femme et compromet l’éducation des enfants ».

La Religion : Elle désigne l’ensemble des cultes et rites que l’on rend à une divinité. Telle que définit, la religion existent sous plusieurs types notamment celle musulmane, celle juive, celle chrétienne, etc. Ce qui nous intéresse ici c’est la religion musulmane à travers l’islam car dans ce chapitre, c’est au nom de cette religion que Modou Fall a pu s’autoriser un nouveau mariage. Il est utile de rappeler que la religion est censée renforcer le lien des hommes avec Dieu, Allah, etc. Et ainsi leur procurer une vie paisible et spirituellement éternelle. Mais si au nom de cette religion, en l’occurrence l’Islam, les femmes comme Ramatoulaye doivent souffrir le martyr, c’est que finalement cette religion a quelque chose de contraignant, car elle

...

Télécharger au format  txt (10.5 Kb)   pdf (57.3 Kb)   docx (15.2 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com