LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire sur l'affirmation: "Une société qui voue un culte à la transparence, à la surveillance et à l'abolition de sa part maudite est une société perverse", Elizabeth Roudinesco.

Dissertation : Commentaire sur l'affirmation: "Une société qui voue un culte à la transparence, à la surveillance et à l'abolition de sa part maudite est une société perverse", Elizabeth Roudinesco.. Recherche parmi 254 000+ dissertations

Par   •  24 Novembre 2011  •  Dissertation  •  753 Mots (4 Pages)  •  1 323 Vues

Page 1 sur 4

« Une société qui voue un culte à la transparence, à la surveillance et à l’abolition de sa part maudite est une société perverse. »

Elisabeth Roudinesco

Les gens, grands protagonistes de ce monde, se lèvent, partent travailler, vont au supermarché faire leurs courses, sortent entre eux et jouissent d’une liberté quasi-totale quant à leurs besoins et nécessités. Aussi n’est-il pas étonnant de voir qu’offrir tant de liberté à l’individu apporte automatiquement le contrôle de celui-ci. Ce contrôle, c’est la société qui l’exécute.

Il est légitime de se demander si les restrictions imposées par la société offriront réellement une solution finale à la perversion qui sévit actuellement.

« Une société qui voue un culte à la transparence, à la surveillance et à l’abolition de sa part maudite est une société perverse » tel est le propos tenu par Elisabeth Roudinesco. Nous tenterons donc d’exposer ce dernier en s’appuyant sur des exemples du quotidien de façon à montrer que nous vivons dans une société perverse.

Commençons par parler d’un domaine des pratiques sociales, celui du travail. En effet, dans le monde du travail, beaucoup de personnes, peu importe leur situation hiérarchique, se voient dans l’obligation de montrer le fruit de leurs travaux à leurs supérieurs. Prenons l’exemple d’un professeur d’école qui a pour devoir de donner un compte rendu de ses cours à ses supérieurs. En se soumettant ainsi à un contrôle, il perd une liberté d’enseignement. Il faut savoir que ce n’est pas parce qu’un enseignant suit un programme rigoureux et précis et qu’il doive rendre un rapport de ses cours que les élèves bénéficieront pour autant de meilleurs résultats scolaires. Ce qui compte vraiment, pour obtenir des résultats, c’est la volonté d’enseigner du professeur, de transmettre ses connaissances et non le contrôle soumis par une société qui prive l’enseignant de toutes libertés. Ainsi, une société qui voue un culte à la transparence ne serait pas plus idéale qu’une société donnant plus de liberté aux employés.

Parlons à présent de la surveillance. Ces dernières années, spectatrices d’une avancée technologique, ont vu naître différents appareils électroniques qui se sont très vite ancrés dans notre société. Certes, ces appareils facilitent le quotidien des personnes mais certains peuvent très vite devenir gênants. Tel est le cas des caméras de surveillance qui nous espionnent nuit et jour. Il est vrai que les caméras, dans certains cas, peuvent être utiles comme par exemple pour la surveillance de magasins ou la surveillance des parkings tous-terrains. Ces dispositifs permettent de garder un certain contrôle sur la vie en société pour éviter toutes dégénérations. Cependant, l’utilisation des caméras ne doit pas devenir abusive. Imaginez-vous, sortant de chez vous et ne pas pouvoir vous promener librement sans vous sentir observés. Certaines personnes pourraient ressentir comme une certaine perte d’intimité. Ce n’est pas en imposant à la population des caméras de surveillance que la société réussira à transformer notre monde en un monde parfait. On constate ainsi que les caméras de surveillance sont utiles, certes, mais avec modération.

Pour

...

Télécharger au format  txt (4.9 Kb)   pdf (67.2 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com