LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire composé: La Satire De La Société Dans Les Faux-Monnayeurs D'André Gide

Note de Recherches : Commentaire composé: La Satire De La Société Dans Les Faux-Monnayeurs D'André Gide. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  22 Janvier 2012  •  326 Mots (2 Pages)  •  1 852 Vues

Page 1 sur 2

La Satire De La Société Dans Les Faux-Monnayeurs D'André Gide

Les Faux-Monnayeurs, André Gide

La Satire de la Société

Introduction :

André Gide inscrit les Faux-Monnayeurs dans la période d'avant-guerre en mettant en place une satyre de la société. Pour ce faire, il utilise divers procédés : onomastique, inspiration de faits réels et de sujets de société, qui débouchent sur deux thèmes transversaux : la bourgeoisie et l'enfance. L'auteur dresse une critique de la bourgeoisie au sein de laquelle évoluent le milieu littéraire et la justice, tout comme la famille, l'éducation et la religion. Enfin l'auteur critique la psychanalyse à travers le personnage de Sofroniska.

La bourgeoisie :

Gide expose deux formes de bourgeoisies : la bourgeoisie traditionnelle, représentée par les familles Profitendieu et Molinier, tous deux magistrats, et la bourgeoisie décadente, du début du 20ème siècle. Nous allons pour commencer aborder la bourgeoisie traditionnelle, car en tant que telle, elle n'est que peu critiquée par Gide, par rapport à la bourgeoisie du comte de Passavant, dite intellectuelle. La bourgeoisie traditionnelle sera surtout mise en relation avec les thèmes de l'éducation et de la famille que nous aborderons un peu plus tard.

La bourgeoisie traditionnelle se comporte de façon hiérarchisée, elle est supérieure et le sait, elle tient à sa supériorité sociale.

p. 21 → « Il n'avait pas à laisser paraître son étonnement devant un subalterne; le sentiment de sa supériorité ne le quittait point ».

C'est ici le passage où Albéric Profitendieu trouve la lettre de départ de Bernard, et qu'il fait alors tout ce qui est en son pouvoir pour paraître tout à fait normal et supérieur devant Antoine, son domestique, bien moins dupe qu'il ne le pense.

→ p. 20 → « Ce fidèle serviteur était dans la maison depuis quinze ans; il avait vu grandir les enfants. Il avait pu voir bien des choses; il en soupçonnait beaucoup d'autres, et faisait mine de ne remarquer rien de ce qu'on prétendait lui cacher »

Il y a une forme de naïveté...

...

Télécharger au format  txt (2.1 Kb)   pdf (50.1 Kb)   docx (8.6 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com