LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire composé: Au Bonheur des Dames de Zola

Commentaire de texte : Commentaire composé: Au Bonheur des Dames de Zola. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  17 Mars 2013  •  Commentaire de texte  •  309 Mots (2 Pages)  •  1 332 Vues

Page 1 sur 2

Commentaire Composé : Au Bonheur des Dames de Zola

Le texte que nous allons étudier est un extrait d'Au Bonheur des Dames, roman d' Émile Zola, publié en 1883.

La scène se passe au moment où Denise débute dans sa nouvelle fonction de vendeuse au Bonheur des Dames, un grand magasin qui la fascine. Elle découvre très rapidement que son rêve tourne en cauchemar.

L'auteur en profite alors pour montrer du doigt toutes les souffrances auxquels sont soumises les vendeuses débutantes dans ce magasin, à travers l'expérience de Denise.

Dans ce commentaire, nous étudierons la méthode qu'utilise Zola, écrivain engagé, pour émouvoir le lecteur tout en dénonçant les atrocités subies par les vendeuses. Nous commencerons par analyser la valeur descriptive et documentaire de cet extrait qui se reflète par le tableau des misères des vendeuses.

Nous verrons ensuite qu'il y a une portée argumentative où l'auteur met en avant la violence des relations au sein du magasin.

Cet extrait a une valeur documentaire qui cherche a apitoyer le lecteur. En effet, Zola peint le tableau de toutes les misères qui accablent les jeunes vendeuses du commerce.

Pour ainsi faire, il décrit d'abord "les terribles fatigues" physiques qu' "elle eut à surmonter". Zola insiste sur le poids des paquets qui "lui cassaient les bras" au point qu' "elle criait la nuit en se retournant, courbaturée, les épaules meurtries". Ces hyperboles accentuent la pesanteur des caisses et la souffrance de Denise. Mais cette lourdeur est accompagnée de la position de la vendeuse, "toujours debout, piétinant du matin au soir". C'est encore une hyperbole qui démontre la dureté des conditions de travail. L'auteur en rajoute une couche en disant qu'elle serait "grondée si on la voyait s'appuyer une minute contre la boiserie". Il oppose ici le travail qu'elle effectue "du matin au soir" à la "minute" de repos auquel elle n'a même pas droit.

Cette dureté physique s

...

Télécharger au format  txt (1.9 Kb)   pdf (47.2 Kb)   docx (8.5 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com