LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Concours de la Résistance

Dissertation : Concours de la Résistance. Recherche parmi 245 000+ dissertations

Par   •  10 Décembre 2017  •  Dissertation  •  1 912 Mots (8 Pages)  •  258 Vues

Page 1 sur 8

Concours de la Résistance :

Document 1 :

  1. Ce document est un extrait du statut des Juifs écrit en 1940 par le maréchal Pétain. La France est sous un nouveau régime politique «  l’Etat français » dirigé par Pétain.
  2. Le régime de Vichy étant antisémite il a mis en place des mesures pour limiter les libertés des juifs. Ils ne pouvaient plus avoir accès à la fonction publique ni a certaines professions (dans la presse et dans les medias).
  3. En 1935, des mesures semblables avaient été prises par Hitler dans les lois de Nuremberg.

Document 2 :

  1. Ce document est une caricature antisémite.
  2. La devise nazie était « un empire, un peuple, un chef ». Cette caricature fait référence en particulier au « peuple ». L’idéologie nazie, raciste et antisémite, est affirmée. A gauche l’allemand blond, fort, musclé et travailleur, semble bien supérieur au personnage de droite qui est gros, laid et fume le cigare. En effet, pour Hitler, les Aryens étaient une race supérieure qui devait lutter contre les Juifs qui sont des boucs émissaires.

Document 3 :

  1. Ce témoignage montre bien la volonté de nier l’humanité des déportés dans les camps de concentration. Pour les nazis, le camp est un lieu de destruction physique et psychologique des êtres. En effet, ils utilisaient des wagons à bestiaux comme mode de transport pour montrer qu’ils ne déportaient pas des individus mais des animaux. De plus, on supprimait leur nom pour les remplacer par des numéros de matricule pour les priver de leur identité. Ensuite, on ne leur donnait pas de cuillères pour manger, ils devaient « laper » leur soupe comme des chiens. Enfin, la négation de l’individu apparait également dans la façon dont les nazis traitaient les cadavres des déportés en les utilisant comme de simples matières premières (or des dents, cheveux, cendres).  

Document 4 :

  1. Un sonderkommando est un prisonnier qui  est obligé de participer au processus de la solution finale.
  2. On voit ici un prisonnier sortir deux cadavres (une femme et un enfant) d’une chambre à gaz où les corps sont entassés.
  3. La nudité des déportés et le fait que ce soit un prisonnier qui les sorte de la chambre à gaz montre cette volonté de nier l’humanité.
  4.  Les nazis utilisaient également les fours crématoires et travail forcé pour les exterminer les Juifs.

Document 5 :

  1. L’auteur de ce texte est Jules - Géraud Saliège, archevêque de Toulouse. Il s’oppose dans cette lettre au traitement inhumain que les nazis font subir aux Juifs.
  2. Grâce à sa lettre, les livraisons de juifs ont été suspendues pendant 1 an.
  3. Différentes actions ont été réalisées pour s’opposer au projet de destruction des individus sur le territoire français. Des personnes ont décidé de cacher les personnes persécutées ou leur ont fourni de faux papiers.

                A l’intérieur des camps et des ghettos, des déportés se sont révoltés, ils ont fait exploser un four crématoire, saboté et ralentit le travail et collecté des preuves pour laisser des traces.

Paragraphe :

Dès 1933, en Allemagne, les nazis déshumanisent les déportés dans des camps de concentration.

  • Pourquoi les nazis nient-ils l’humanité des déportés dans l’univers concentrationnaire ?

Tout d’abord, Hitler qui dirige l’Allemagne crée une idéologie raciste et antisémite : le nazisme. Il va donc tuer, séquestrer, gazer, exécuter, violer le plus de juifs, tziganes, homosexuels possible. Il commence en 1935 avec les lois de Nuremberg qui obligent les juifs à porter l’étoile de David sur leurs vêtements ou un « J » rouge sur leurs papiers. Ils ne peuvent pas faire certains emplois, ils ne doivent pas avoir de relation avec des non juifs et ils sont considérés comme des étrangers.

A partir de 1940, sous la dictature de Vichy qui est antisémite et antirépublicaine, la France va collaborer avec les allemands « […] j’entre aujourd’hui dans la voie de la collaboration », discours du maréchal Pétain, octobre 1940. Des rafles de juifs ont lieu partout en France notamment à Toulouse en aout 1942. Plus de 2 000 juifs ont été déportés depuis la Haute- Garonne. Ils étaient internés dans les camps de Noé et du Récébédou avant leur transfert vers l’Allemagne.

Hitler croit en une « race » Aryenne qui pour lui est une race supérieure qui doit détruire toute les races inferieur, donc non Aryenne.

 « […] la voie que devait suivre l’Aryen était nettement tracée. Conquérant, il soumit les hommes de race inférieure […].

Hitler, Mein Kampf, 1924

Ensuite, à partir de 1939, Hitler fait construire des ghettos. Ce sont des quartiers murés dans certaines villes comme Cracovie ou Varsovie où les Juifs sont rassemblés. Ils vont souvent y mourir de faim et de maladies.

Dès 1933, des camps apparaissent pour tuer par le travail forcé les déportés. Dans ces camps, les conditions de vie y sont déplorables, ils manquent d’hygiène et de nourriture, ils sont maltraités, ont de graves maladies et leur travail est très difficile.

En 1941, dans certains territoires de l’Est, conquis par l’Allemagne, des commandos spéciaux, appelés commando de tuerie mobile (Einsatzgruppen), vont fusiller les Juifs, Tziganes et tous les opposants. Ce sont des massacres par balles.

Puis en 1942, les Allemands construisent des centres de mises à mort pour assassiner beaucoup avec des moyens industriels. Juifs et Tziganes y seront exterminés dans des chambres à gaz après avoir été déportés. Ils seront ensuite brulés dans des fours crématoires.

Durant cette période, tout était fait pour déshumaniser les déportés. Ils étaient considérés comme des esclaves ou des bêtes, transportés dans des wagons à bestiaux, sans nourriture ni eau et dans leurs excréments.

Ils étaient détruits psychologiquement et physiquement, ils vivaient en permanence dans l’humiliation : ils étaient déshabillés, tondus, triés, examinés, numérotés, privés de leur identité et de leur humanité.

Pour finir, environs 6 millions de Juifs et 220 000 Tziganes seront morts.

Lors de cette période, les déportés ne se laissaient pas faire. Au contraire, hommes et femmes décidèrent d’agir contre ces actes horribles. Ils ont essayés tout et n’importe quoi, dans tous les lieux possibles.

...

Télécharger au format  txt (12.1 Kb)   pdf (107.3 Kb)   docx (16.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com