LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

15 eme siècle / Le désenchantement du monde

Fiche : 15 eme siècle / Le désenchantement du monde. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  23 Novembre 2021  •  Fiche  •  2 063 Mots (9 Pages)  •  19 Vues

Page 1 sur 9

7ème nœud : Le désenchantement du monde

- Passage aux temps modernes :

        🡪 1453 : les musulmans chassent les Chrétiens de Constantinople

        🡪1492 : « Découverte de l’Amérique »

                + Les juifs virés d’Espagne

                + Prise de Grenade (arabes virés d’Espagne)

- 1075/1122 : querelle des investitures

- 1157/1250 : lutte du sacerdoce et de l’empire

- 1337/1453 : guerre de Cent Ans

- 1347/1351 : pandémie de peste noire (Europe : 1/3 †)

- 1378/1418 : Grand Schisme d’Occident (opposition de papes) résolu par le Concile de Constance

- 1576 : publication du système de Copernic par l’anglais Thomas Digges

        🡺 Dieu semble s’être retiré du monde !

Science expérimentale qui prend de + en + d’importance et qui entre en rivalité avec l’Eglise au moment même où elle est remise en cause par le défi protestant

Le divorce entre la raison et la foi

Aux origines d’un ébranlement

- Dbt XIIème siècle : essor urbain qui fait apparaître le cadre scolaire inadapté car délivré par un cadre monastique en marge de la vie urbaine + le but était la formation de moines alors que les monarchies avaient besoin de personnel qualifié

🡺 Fermeture d’écoles monastiques (Ex : Cluny au début du XIIème) occupées par des jeunes qui n’avaient aucune vocation

🡺 Naissance des universités

                🡪 1158 : Bologne sous F. Barberousse

                🡪 1200 : Paris sous Philippe Auguste

                🡪 1208 : Oxford

🡺 Redéveloppement des écoles cathédrales qui dépendent de l’évêque et qui sont gérées par des écolâtres

🡺 Naissance des collégiales  (fondations canoniales dues à un riche particulier) qui insistent sur les arts libéraux (trivium & quadrivium) sans oublier la théologie

                🡪 1108 : Fondation de Saint-Victor de Paris par Guillaume de Champeaux

🡺 Fondations d’écoles par des particuliers à grande notoriété comme P. Abélard sur Mont. Ste Gen

- Abélard (réaliste !) fonde la scolastique (soumettre toute chose à l’analyse de la raison), développe la dialectique et pose la théologie comme science (Sic et non – 1123). Critiqué par Saint Bernard, il est source de vifs débats au sein  de l’Eglise et dans les Universités.

+ Théories des chartrains (Bernard et Thierry de Chartres, Gilbert de la Porée) : rationalité de la nature (caractère préscientifique avec tj une part de merveilleux)

      + Théorie de Saint Anselme à la fin du XIème s (homme co-créateur)

🡺 Désenchantement du monde (soumettre la foi à l’exercice de la raison ; le monde est une grande mécanique avec l’idée d’un « Dieu architecte », expression reprise par Calvin)

- Saint Thomas (réaliste !) : La somme théologique (1273) -> méthode de la scolastique

La querelle des Universaux

- Dvlpmt du nominalisme grâce à Roscelin de Compiègne (1050/1121), professeur d’Abélard, qui applique à la théologie la doctrine développée par St Anselme selon laquelle les genres et espèces ne seraient que des sons, ce qui revient à nier l’existence des substances universelles et rend ainsi difficile la conception d’un Dieu un et trine

- En parallèle, le franciscain St Bonaventure développe un courant proche du nominalisme qui va à l’encontre des tentatives de soumission du Mystère divin à la puissance de la raison

Une querelle qui enfle

- Querelle nominaliste qui renaît avec les franciscains Guillaume d’Occam (1285/1349) et J. Duns Scot (1266/1308). Elle va finir par proclamer la vanité pour l’esprit humain de saisir le divin (1ère manifestation du scepticisme !)

- Rôle de l’école d’Oxford avec :

        🡪 Robert Grosseteste qui s’intéresse à la géométrie, à l’optique, à l’astronomie

        🡪 Roger Bacon qui mathématise le champ de la connaissance en la fondant sur l’expérimentation

- Vision d’Occam

🡪 Les concepts n’ont pas d’existence, ils ne sont que dans l’esprit de ceux qui les formulent

🡪 La science ne peut observer que des relations, elle ne peut pas remonter aux causes premières

- Influence du nominalisme :

        🡪 Luthéranisme

        🡪 Révolution scientifique (fin du géocentrisme…)

L’autorité de l’Eglise discutée

        Des clercs qui ne répondent plus aux attentes des fidèles

- Clergé du 14ème et 15ème s peu édifiant et ignorant… + abus : cumul des bénéfices, népotisme, simonie (commerce des sacrements), absentéisme, concubinage

- 1511 : Eloge de la folie d’Erasme qui dresse un réquisitoire sévère contre les clercs

- 1511 : Concile Pise III réuni à l’initiative de Louis XII (1498-1515), mais pour obtenir la déposition du Pape Jules II

- 1512/1517 : Concile Latran V au caractère politique pour réformer la Curie, supprimer le cumul des bénéfices, encadrer les prédications, mais toutes ces mesures restent sans effets !

- 1517 : Luther placarde ses 95 thèses pour critiquer les indulgences autorisées par le Pape pour financer la construction de la basilique Saint-Pierre de Rome

- Cpdt les élites chrétiennes ne renoncent pas à ouvrir de nv perspectives :

        🡪 Réguliers (moines) : Observance (retour aux pratiques des fondateurs)

        🡪 Séculiers (prêtres) : réformes diocésaines

        🡪 Multiplication de familles religieuses de substitution menant une vie irréprochable (confréries)

🡪 Dvlpmt de courants religieux : la devotia moderna (imitation de JC), le fabrisme, l’érasmisme (rétablir l’esprit du Christ, restaurer le texte original des Saintes Ecritures)

...

Télécharger au format  txt (12.1 Kb)   pdf (91.2 Kb)   docx (14.6 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com