LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Territoires De Vie

Note de Recherches : Territoires De Vie. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  4 Janvier 2014  •  1 805 Mots (8 Pages)  •  525 Vues

Page 1 sur 8

Les territoires ultramarins de l'Union européenne et leur développement : discontinuités, distances, insularité, spécificités socio-économiques

Les territoires ultramarins de l'Union européenne sont une vraie particularité : éloignés du territoire européen, leur destinée est pourtant liée à celle de l'Europe. Au nombre d'une trentaine, ils sont cependant différents par leurs statuts. Neuf de ces territoires sont des régions ultrapériphériques de l'Union européenne (RUP) : elles font partie intégrante de son territoire, bien qu'elles soient souvent à des milliers de kilomètres, sur d'autres continents.

En tant que régions européennes, elles bénéficient de plein droit des aides des différents fonds structurels. Une vingtaine de collectivités sont des pays et territoires d'outre-mer (PTOM) : ils ne sont pas des territoires de l'UE mais lui sont associés. À ce titre, ils reçoivent aussi des aides du Fond Européen de Développement ou de la Banque Européenne d'Investissement. Le statut particulier des territoires ultramarins est lié à leur appartenance à des États membres de l'Union européenne : principalement la France (12 territoires), mais aussi l'Espagne, le Danemark, les Pays-Bas, le Portugal et le Royaume-Uni.

Ces territoires sont le plus souvent très éloignés de leur métropole (mais aussi de leurs partenaires régionaux), en situation d'enclavement et très souvent d'insularité. Ils se caractérisent par des réalités socio-économiques contrastées, avec une forte dépendance vis-à-vis des métropoles qui profitent par ailleurs de ces atouts géopolitiques et économiques. La question d'un développement durable, adapté aux réalités locales de ces espaces, est donc cruciale.

1. Des régions éloignées, souvent enclavées et insulaires

Des territoires dispersés sur l'ensemble de la planète

• Les territoires ultramarins de l'UE sont dispersés sur l'ensemble du globe : on en trouve dans les océans Pacifique, Indien, Atlantique, dans les Caraïbes, mais aussi en Amérique du Sud (Guyane) et jusque dans les pôles. Ces territoires hérités pour la plupart du passé colonial des États européens leur permettent de dominer des zones économiques exclusives de plusieurs millions de km2.

• Cette dispersion géographique de territoires qui sont soit des parties intégrantes de l'Union, soit des régions associées, est pour l'Europe un atout important. Ils peuvent en effet constituer des interfaces intéressantes avec les pays du sud en développement ou les pays émergents proches. Ils constituent en outre des pôles de développement et d'attractivité dans ces régions du monde. La Guyane est ainsi frontalière du Brésil, pays émergent, mais aussi du Suriname, un des pays les plus pauvre de la zone Caraïbe.

Des territoires essentiellement insulaires et éloignés de l'Union européenne

• La plupart des territoires ultramarins européens sont en fait des îles de taille modeste, à l'exception du Groenland et de la Guyane (la Guyane est ainsi isolée des États voisins par la forêt amazonienne).

• Ces espaces insulaires présentent des paysages très diversifiés, mais la majorité d'entre eux sont des îles tropicales d'origine volcanique. Par leur situation géographique et leur climat, ces îles sont à la fois des atouts pour des activités telles que les cultures tropicales ou le tourisme, mais présentent également des contraintes car elles sont le plus souvent soumise à d'importants risques naturels (cyclones, éruptions volcaniques comme celle de Montserrat en 2008). Elles sont également séparées de leurs métropoles et de l'Europe par plusieurs fuseaux horaires et des milliers de kilomètres de distance. Les relations entre l'Union européenne et les territoires ultramarins sont donc caractérisées par des discontinuités (des ruptures dans l'espace marquées par des interfaces, des limites, des frontières : ici la distance, les océans, etc.).

2. Des sociétés multiculturelles, à forte croissance démographique, marquées par les migrations

Des sociétés pluriethniques héritage de l'histoire

• Les sociétés des territoires ultramarins européens sont très diversifiées car elles sont le produit de processus historiques très différents. Les îles atlantiques ont été conquises par les Européens dès la période des grandes découvertes au xve siècle. Les Canaries et les Açores ont été colonisées en premier par les royaumes ibériques, puis les Européens se sont appropriés une bonne partie des îles Caraïbes.

Ces conquêtes avaient d'emblée pour objectif de faire de ces points stratégiques sur les grandes routes maritimes mondiales des relais de l'expansion européenne dans le monde et d'en exploiter les ressources. En effet, la demande en produits tropicaux est alors importante (les îles atlantiques par exemple deviennent ainsi des îles sucrières).

Le reste des conquêtes est également la conséquence des explorations européennes et de la rivalité entre les grandes puissances, pour lesquelles il était urgent d'aller planter le drapeau national sur le plus d'espaces possibles. Ce qui explique en partie pourquoi les Français peuvent être propriétaires des TAAF (Terres australes et antarctiques françaises) qui présentent par ailleurs un intéressant potentiel en termes de ressources naturelles.

• Des populations d'origines diverses vont s'installer dans la zone caraïbe aux côtés de populations autochtones presque entièrement décimées (à l'exception de la Guyane) : essentiellement des colons blancs venus d'Europe, qui ne sont pas tous propriétaires de grandes plantations, et des esclaves africains déportés pour y travailler. Les îles de l'océan Indien (la Réunion en particulier) suivent un parcours similaire. Après l'abolition de l'esclavage, elles accueillent aussi des populations d'origines ethniques très diverses venues du sous-continent indien. La situation est différente dans les îles pacifiques, colonisées plus tardivement et qui ont largement conservé leurs populations autochtones (Polynésiens, Mélanésiens, etc.) en plus des colons européens venus s'y installer (Caldoches en Nouvelle-Calédonie).

• Toutes ces îles voient donc se développer des sociétés plus ou moins pluriethniques, multiculturelles et métissées en particulier dans les Antilles et à la Réunion. Unies par l'insularité, et le même sentiment

...

Télécharger au format  txt (12.9 Kb)   pdf (131.4 Kb)   docx (12.9 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com