LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

5 premières fables livre VII La Fontaine

Fiche de lecture : 5 premières fables livre VII La Fontaine. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  24 Mars 2019  •  Fiche de lecture  •  729 Mots (3 Pages)  •  203 Vues

Page 1 sur 3

Nom fable

Thèmes + infos

Interprétation, morale

Les animaux malades de la peste

Satire sociale :

La hiérarchie à la Cour, loi du plus fort

-atmosphère de tragédie

-impression de fin du monde

-recours à une période oratoire (= longue phrase grammaticalement complexe et fortement rythmée but produire effet solennel ou terrifiant et de mettre en valeur des mots clés

-réquisitoire du loup implacable et scandaleux mais verdict immédiatement appliqué sur l’âne.

Selon la place de chacun, certains se verront accusés plus facilement sans raison valable ni apparente

Membres hypocrites

Cette Fable est presque l’histoire de toute la société humaine. C’est une réflexion moraliste, pessimiste sur la justice telle qu’elle est pratiquée à la Cour Il s’est inspiré de l’Antiquité grecque. Pour survivre face à « cette infortune «, le Lion tient un conseil et s’accuse humblement pour donner l’exemple : on croit qu’on à pardonner un roi doux, bon ; mais on se rend compte que ce roi est hypocrite. Il montre qu’il est le plus fort, plus personne n’ose s’attaque à lui, c’est un roi imprévisible et un tyran sanguinaire. Au début, on pense qu’il est proche de ses sujets mais c’est tout l’inverse. Puis le renard, par sa fourberie, flatte le roi : de cette manière il prend parti pour le lion et ne fait pas part de ses fautes (c’est un stratagème habile, les hommes se croient supérieurs aux animaux mais le lion est le roi des animaux). Puis on s’en passe des autres puissants (La Fontaine va vite, il ironise les autres puissances, cela favorise l’amorce de la moralité : les dés sont truqués. On sait qu’à la fin on ne doit pas s’attaquer aux puissants). A la fin, un loup donne son verdict et montre l’âne comme le bouc émissaire. C’est un dénouement rapide, la scène de l’exécution de l’âne est coupée, on passe vite. La moralité est pessimiste, serez « montre que ce sera toujours comme ça. Le monde ne peut pas changer. La Fable est importante par sa place et est inscrite dans le thème de la satire sociale.

Le mal marié

Mauvais mariage, divorce, apparences

Chercher à connaître les personnes avant de faire des choix pour se lancer dans un engagement, ne pas se fier aux apparences.

morale qu’en tire Esope dans sa version: “La fable enseigne

Que souvent ainsi ce sont les petites choses qui font connaître les grandes, et les choses visibles, les choses cachées”.

La Fontaine aurait inventé cette Fable pour faire la satire du clergé régulier, qui en 1675, avait refusé de participer au financement de la guerre d’Hollande. L’apologue se rattacherait par là à la tradition anticléricale, bien représenté au Moyen Age et au XVIème siècle. La Charité doit permettre d’aider les personnes les plus démunis de pouvoir vivre, c’est ce que doit faire un bon chrétien (la charité chrétienne : aider son prochain). La solitude est un vaste fromage.  En peu de jours, il devient « gros et gras « et « Dieu « travaille à ses biens (allusion à la richesse de ceux qui ont renoncé aux biens du siècle) « à ceux qui font vœux des siens «. Le Rat Solitaire ne s’intéresse plus  aux « choses d’ici-bas  [qui] ne le regard [ent] plus « (cela montre son égoïsme, et la dureté monacale, cachés sous l’air de la sainteté). C’est après avoir parlé du « Ciel « que le « nouveau saint ferm[e] sa porte.

Le rat qui s’est retiré du monde

Faux dévotisme, hypocrisie

Dervis accusés d’hypocrisie : se prétendent religieux mais n’agissent pas comme tel

La Fontaine laisse entendre une remise en question sur la bonté ecclésiastique. L’écrivain recourt à l’apologue.  La Fontaine élabore une satire du monde monacal.

Le héron

La fille

Orgueil, vanité

Cette fable offre 2 illustrations du même thème : la satire des orgueilleux courtisans persuadés qu'ils sont supérieurs. Une réflexion quasi philosophique sur la place de l'homme dans la nature. En réalité, on est soumis à la nature, à ses exigences, aux survis et au passage du temps. L'homme est soumis à des déterminations qui s'opposent à la liberté et qui pèsent sur lui, et la prise de la conscience l'invite à la modestie et suivre le conseil épicurien, c'est-à-dire se contenter des petits plaisirs que nous offre chaque jour le temps.

S’estimer trop parfait nous mène à notre perte

Les souhaits

Morales : Malheureux par trop de fortune. Heureux avec la Médiocrité.

La sagesse est un trésor qui n'embarrasse point.

...

Télécharger au format  txt (4.5 Kb)   pdf (65.5 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com