LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Ma Motivation

Mémoire : Ma Motivation. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  16 Mai 2016  •  Mémoire  •  6 346 Mots (26 Pages)  •  701 Vues

Page 1 sur 26

Ma Motivation

Je travaille à domicile avec des personnes âgées depuis neuf ans. J’ai vu les progressions ou régressions, chez certaines personnes. J’ai adapté mon travail et mes objectifs selon le cas de la personne.

J’ai toujours envie d’évoluer , de me sentir  plus utile, capable de mettre en place une aide efficace pour compenser l’état de fragilité, et rendre compte de  l’environnement humain.

Depuis que j’ai commencé à travailler dans ce domaine, j’ai réalisé que chez certaines personnes, mon travail s’apparente à celui d’une auxiliaire de vie sociale. J’observe, la personne, je la  stimule, j’évalue ses progrès, je l’encourage, et la  rassure dans le respect.  C’est pourquoi, j’ai décidé de passer  le DEAVS  afin que je puisse exercer le métier d’auxiliaire de vie sociale pleinement. C’est un métier qui a des valeurs. Je veux me rendre utile en accomplissant des tâches qui répondent aux attentes des personnes aidées. Je veux participer au bien-être et au confort des bénéficiaires. L’aspect relationnel au travail est nécessaire, permettant d’échanger nos points de vue ainsi que nos ressentis.  Le fait de communiquer avec les bénéficiaires et son entourage est important. Ce métier est enrichissant sur le plan humain et professionnel.  Je pense que  mon expérience m’a appris beaucoup de choses. Le diplôme me permettra par la suite de sécuriser mon emploi dans ce secteur. La VAE me permettra aussi de valider mes compétences et mon expérience professionnelle par un diplôme.

  1. Avez-vous été amené à travailler auprès de plusieurs publics (personnes âgées ou handicapées) ?

Je travaille essentiellement auprès des personnes âgées à domicile. Ces personnes sont âgées de 65ans à 95 ans voire plus. Elles sont plus ou moins dépendantes. Je m’occupe des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, de la sclérose en plaque, des personnes malvoyantes, des personnes avec des ulcères aux jambes, des personnes âgées dont les capacités déclinent progressivement et des personnes qui ont des problèmes neurologiques, atteints de démence.

  1. A partir d’un exemple pour chaque public rencontré, décrivez les symptômes de pathologies, handicaps et déficiences et leurs incidences dans la vie quotidienne et de la vie sociale des personnes.

Mme M. âgée de 87 ans, elle est veuve, elle vit dans un appartement toute seul, sans enfant. C’est une bénéficiaire qui a l’impression d’être persécutée par les voisins, elle a peur de la radio, la télévision. Elle est coupée du monde. Elle ne décroche jamais le téléphone. Au moment de la toilette, elle me dit que les voisins ont placé une caméra dans la salle de bains, c’est pour cela qu’elle refuse de faire sa toilette intime. C’est une personne qui a beaucoup de rituels. Mme M. est une personne repliée sur elle-même, elle préfère rester seule, elle sombre dans la dépression. Personne ne peut toucher à ses affaires, ni accrocher sa veste ainsi s’asseoir sur sa chaise. Elle ne sort pas, elle reste toujours enfermée dans sa maison, elle ne dort pas dans son lit mais sur son canapé, elle ne veut jamais prendre son bain le soir, elle dort habillée.

Mme D. veuve, a 90 ans vit dans un pavillon avec sa fille. Elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle reste souvent seule, elle passe ses journées à regarder la télévision. Du fait de sa pathologie, Mme D. est incapable de faire la cuisine pour elle. Elle a perdu la notion du temps. Elle refuse de se laver parce qu’elle a peur de l’eau, elle a une préférence pour une de ses robes, elle veut la mettre tous les jours, mais par mesure d’hygiène, je change sa robe. Elle peut rester au même endroit pendant des heures, elle ne se reconnait plus dans le miroir. Elle parle peu, elle répète souvent la même chose, elle a des difficultés à trouver les mots précis, ne reconnait plus sa fille. Elle est parfois agressive, son humeur varie d’un jour à l’autre. Parfois, je peux la trouver en larmes, les yeux rouges et le lendemain, au contraire, elle est gaie et souriante. Elle est lunatique. L’ensemble de sa santé se dégrade, elle n’arrive plus à marcher, elle est devenue grabataire, et confuse, elle confond le jour et la nuit. Elle fait ses besoins dans sa protection sans le savoir.

Mme N. veuve âgée de 95 ans, elle a deux enfants. Ses capacités déclinent progressivement. Son fils le rend visite tous les jours, il habite à côté. Mme N. vit dans son appartement depuis 66 ans, elle tient beaucoup à ses repères, elle ne souffre pas de maladies. Elle peut faire sa toilette toute seule, s’habiller et prépare toute seule son repas mais a besoin d’aide. Elle n’aime pas sortir parce qu’elle a peur de tomber, elle préfère rester dans son balcon pour observer la nature. C’est une personne repliée sur elle-même. Certains voisins prennent souvent de ses nouvelles mais elle refuse d’ouvrir la porte en prétextant de ne pas vouloir être dérangée. Les aidants n’ont pas le droit de toucher à ses affaires. Il ne faut jamais évoquer le nom allemand, son mari est mort à cause des allemands. C’est une sorte de traumatisme. Au bout de trois ans, ses capacités ont diminué dont sa mémoire à court terme, elle se déplace de moins en moins vite. Elle a dû mal à accepter de l’aide de la part des intervenants.

Mme B. est malvoyante âgée de 86 ans, veuve se déplace seule avec son déambulateur dans sa maison, sans se mettre en danger. Elle a toute sa tête. Mme B. veut garder son autonomie, elle refuse d’être considérée comme une personne handicapée. Elle fait sa toilette et prépare toute seule son repas. Mme B. a un problème avec sa jambe gauche, des cloques apparaissent parfois sur sa jambe, ça la démange de temps en temps.

Mme MS âgée de 88 ans souffre d’ulcères aux jambes. Mme MS a deux enfants dont un habitant loin et l’autre la rend visite une fois par semaine. Mme MS est incapable de se lever, elle mange tranquillement dans son lit assise devant la télévision. Elle fait ses besoins dans sa protection. Les infirmières passent un jour sur deux pour le changement du pansement. Son sang circule de moins en moins bien, son état de santé se dégrade. Elle a envie de mourir, rejoindre son mari qui est au ciel déjà. Dans ces moments là, j’essaie de la réconforter, et je l’écoute racontant ses problèmes.

  1. Décrivez deux situations où vous avez eu à réaliser des actes essentiels de la vie quotidienne (aide à la mobilisation, à l’habillage, à la toilette, à l’alimentation, à la prise de médicaments, aux fonctions d'élimination,…

Situation 1 : La toilette

J’interviens pour faire la toilette complète de Mme H.

Mme H âgée de 70 ans atteinte de la sclérose en plaque. Tout d’abord, je propose à Mme H. si elle veut aller aux toilettes. J’adapte la température de la pièce, je me lave les mains, je prépare le matériel et les produits. Je préviens Mme H. avant de commencer. Je remonte le lit au maximum pour la positionner le plus confortablement possible, pour son bien et pour moi. Je baisse la barrière et lui retire doucement sa chemise de nuit, et la couvrir avec la serviette. Je place l’autre serviette sur chaque partie du corps à laver au fur et à mesure. Je nettoie le haut du corps : les bras, les aisselles, les mains, en dessous du sein du plus éloigné au plus proche et le ventre en insistant sur le nombril. Je découvre les zones à laver au fur et à mesure. Je rince, et sèche dans le même ordre. Je veille  au séchage minutieusement et je nettoie la cuisse, le genou, la jambe, le pied, le plus éloigné au plus proche.

...

Télécharger au format  txt (37.7 Kb)   pdf (369.8 Kb)   docx (23.5 Kb)  
Voir 25 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com