LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'eau En Guadeloupe

Recherche de Documents : L'eau En Guadeloupe. Recherche parmi 258 000+ dissertations

Par   •  5 Juin 2012  •  4 165 Mots (17 Pages)  •  1 399 Vues

Page 1 sur 17

INTRODUCTION

La Guadeloupe est un archipel des Petites-Antilles composée de la Basse-Terre à l’ouest et de la Grande-Terre à l’est. Séparés par un étroit bras de mer appelé Rivière Salé et par une zone de mangrove au niveau du Grand Cul-de-sac-Marin. Et pourtant cette île connaît de nombreux problèmes liés à l’eau.

En Guadeloupe, l’eau est certainement l’un des produits de consommation les plus contrôlés même si la population guadeloupéenne reste méfiante à l’égard de sa qualité, 32 % d’entre nous ne la consommant jamais.

Ce sujet nous a interpellés car ses problèmes liés à l’eau nous touchent directement et cette ressource est vitale pour notre vie quotidienne.

C’est pour cela que nous allons voir pourquoi nous avons en Guadeloupe des problèmes liés à l’eau alors que nous sommes dans une île tropicale humide. Dans un premier temps, nous traiterons la pénurie d’eau en Guadeloupe puis en deuxième temps nous expliquerons en quoi l’eau est un enjeu vital pour la population Guadeloupéenne.

I. La Pénurie d’eau en Guadeloupe

A. La Pluviométrie moyenne de la Guadeloupe

On distingue deux types de paysages :

• La Guadeloupe ‘sèche’ : elle correspond essentiellement à la partie calcaire de l’archipel (Grande-Terre, Marie Galante). Ces régions reçoivent moins de 1500mm de pluie par an, exceptée la région des Abymes.

• La Guadeloupe ‘humide’ : en position de transition entre la Grande-Terre orientale et la Basse-Terre montagneuse, se développe, depuis les Grands Fonds jusqu’au piémont nord oriental de la Basse-Terre, toute une zone dont la pluviométrie annuelle se situe entre 1500 et 2000mm. Cela concerne le Raizet, Blaizet (Grande-Terre), et Ste-Rose, Blachon et Lamentin (Basse-Terre).

L'année 2011 a été particulièrement arrosée avec 200 jours de pluie. Et 122 jours en vigilance jaune voire orange, essentiellement pour fortes pluies et orages.

Il est tombé en janvier - 268 mm (1) d'eau au Raizet, la normale étant de 91 mm -, l'année 2011 était partie pour être une année record en termes de pluviométrie. Certains mois, les cumuls relevés ont été bien au-dessus des normales. En juillet par exemple, il est tombé 332 mm au Raizet (le double de la normale, 154 mm). Et en août, 307 mm, la normale étant de 190 mm.

Parallèlement, certains mois n'ont pas été excédentaires, comme septembre. Et d'autres plutôt secs, comme décembre (- 50% de la normale). Tout cumulé, il est tombé 2 255 mm au Raizet en 2011. Beaucoup plus qu'une année normale (1 623 mm).

Certains mois le soleil s'est fait particulièrement rare : 20 jours de pluie en juillet, 19 jours en août et 21 jours en octobre. L’humidité est très importante en Guadeloupe. Du fait de l’ensoleillement exceptionnel, l’évaporation est forte et de nombreux nuages se forment. Portés par les Alizés, bloqués par les reliefs, ils contribuent à l’important arrosage des côtes au vent. Ainsi, selon la situation où l’on se trouve en, la météo présente d’importantes différences. En montagne, la température est plus basse et diminue avec l’altitude. Les pluies y sont abondantes du fait des nombreux nuages qui s’y accumulent. Sous le vent, protégé par l’effet de foehn, la côte caraïbe connaît de faibles précipitations. Quant aux parties plates de la Guadeloupe comme la Grande Terre et les îles de formation calcaire comme Marie-Galante sont nettement moins arrosées. La Grande Terre enregistre en moyenne moins de 2m de pluie par an, moins d’un mètre à saint François, contre 10m à la Soufrière.

(1) 1 mm = 1 litre par m².

B. L’eau est elle une ressource rare en Guadeloupe

En effet, l’exposition aux risques majeurs et catastrophe naturelles, le caractère insulaire, les problèmes de pénuries et de dépollution se posent avec la même acuité que l’on soit à Saint-Lucien, en République Dominicaine ou en Guadeloupe.

En Guadeloupe, l’eau paraît abondante, mais sait aussi se faire rare. En effet pendant la période du carême, les cultures sont assoiffées donc il mérite une grande quantité d’eau pour l’arrosage .L’eau qui arrive à notre robinet est donc précieuse et doit être consommée.

Dans certain zone de la Basse- Terre, la population des cours d’eau et des points de captage par les pesticides utilisées dans les bananerais entraine des dégâts supplémentaires, des dépenses. En 2000, depuis cette grande crise, certains captages ont été fermé et d’autres équipés de filtres à charbon actif, pour assurer la distribution d’une eau potable qui n’a pas subi de dommage par ces pesticides. Dans ce cas, sur la Grande-Terre plus précisément à Port-Louis, l’eau est un combat pour les Port-Louisiens, comme l’a suggéré un homme en disant que « Ni milié moun a Powli ka fè sacrifis dépi on lanné é demi »¹. Une rencontre a été faite par le comité de l’eau de Port-Louis et du syndicat mixte du nord Grande-Terre, un jeudi (mairie de Petit-Canal). Ils ont débâtés pour acquérir une explication et solution, au manque d’eau qui les touchait depuis le mois de juin 2010. Le président du comité, Marc Kichnassamy a déclaré que : « Nou ka péyé on abonnman é nou pani dlo an robiné an nou »². Mais alors, tous ces problèmes d’eau, de ces ressources d’eau qui se fait rare , s’explique depuis la dernière décennie du 20ème siècle qui s’est aggravée , en faite Petit –Canal est une zone , géographiquement placée « en bout de réseau » non maillé totalement. Cela s’explique par différentes raisons :

 Bouleversements climatiques (40%)

 Augmentation du nombre de foyers desservis (60%)

 Vétusté du réseau d’alimentation (20%)

 Distribution, de certains réservoirs, forages en surconsommation. (30%)

En plus de ces dégâts, s’est ajoutée depuis 2007 la pénurie en période de grosses pluies sur la Basse-Terre, où il y a les prises d’eau d’aliment la Grande-Terre.

Par ailleurs, la Guadeloupe compte de trois usines de source d’eau :

...

Télécharger au format  txt (23.5 Kb)   pdf (223 Kb)   docx (18.6 Kb)  
Voir 16 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com