LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Hypersexualisation : Les concours de beauté pour enfants

Commentaire de texte : Hypersexualisation : Les concours de beauté pour enfants. Recherche parmi 248 000+ dissertations

Par   •  16 Décembre 2013  •  Commentaire de texte  •  834 Mots (4 Pages)  •  494 Vues

Page 1 sur 4

CULTURE GENERALE : Revue de Presse

Hypersexualisation : Les concours de beauté pour enfants

« Concours de beauté », ces mots n’alerteront personne puisqu’ils paraissent anodins. Pourtant, ces fameux concours essentiellement féminins soulèvent un problème récurrent : celui de l’hypersexualisation des jeunes filles. La société véhicule une image sexuée de la femme : rouge à lèvre, faux-cils, faux-ongles, maquillage, tenues sexy et talons hauts. A travers les concours de beauté et d’autres supports comme la publicité, l’image de la femme est dégradée car elle est retranscrite uniquement par son apparence physique. Ce courant de pensée véhiculé par notre société « moderne » réduit la femme à être vu tel un objet sexuel avant d’être vu en tant que personne. Les concours de beauté pour fillettes et adolescentes participent à cet effet néfaste puisqu’ils les enferment dans un état d’esprit réduit à l’apparence physique.

Un concours de beauté est une compétition opposant plusieurs concurrentes, ou plus rarement les participants, nés doivent répondre à certains critères esthétiques pour remporter un prix. A l’origine, les concours principalement féminins destinés aux enfants se sont développés en France depuis la fin des années 1990 nous venant des Etats-Unis.

Qui détermine les critères de beauté d’aujourd’hui ? Pourquoi devrions-nous les subir ?

D’après Michel Dorais, sociologue de la sexualité, chaque enfant est le plus beau aux yeux de ses parents et ne doit pas être victime de ces marathons de la séduction. Certains diront que ce n’est qu’un jeu, que les fillettes qui y participent veulent simplement réaliser un rêve d’enfant, être une princesse. Sauf qu’être une princesse signifie aussi être la plus belle, la plus belle aux yeux de qui ? Des parents bien sûr, et plus particulièrement des mères, qui voient leur fille réaliser le rêve qu’elles n’ont jamais pu accomplir.

Selon le sociologue, la plupart des mères participantes à ces concours sont issues de milieu modeste et voient dans la beauté de leur enfant une occasion d’ascension sociale et de valorisation. La beauté de leur progéniture est leur plus grande fierté. Les enfants s’y soumettent parfois uniquement pour faire plaisir à leurs parents qui espèrent qu’ils deviendront de véritable petite star.

Michel Dorais nous alerte concernant le problème qu’il appelle le « piège de l’enfant séducteur ». Donner un jeune enfant en spectacle en mettant volontairement l’accent sur ses capacités de séduction corporelle n’est pas anodin. Mais les enfants ne sont pas fait pour séduire, ils n’ont d’ailleurs pas conscience des connotations qu’ils provoquent chez l’adulte. Ils sont censés se construire petit à petit dans l’insouciance de l’enfance loin des exigences physiques réclamées par notre société. Pour avoir été expert devant les tribunaux lors de procès pour abus sexuels sur mineurs, le sociologue dit avoir constaté que « l’enfant séducteur » reste le motif numéro un de défense évoqué par les agresseurs. Il faut apprendre aux enfants à être avant de paraitre, non pas l’inverse. Il se trouvera certainement quelqu’un pour déclarer que la loi visant

...

Télécharger au format  txt (5.4 Kb)   pdf (76.4 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com