LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Guide pratique de l'étude de marché

Guide pratique : Guide pratique de l'étude de marché. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  14 Février 2013  •  Guide pratique  •  1 310 Mots (6 Pages)  •  628 Vues

Page 1 sur 6

Etude de marché :

• Pourquoi une étude de marché ?

Une idée sans marché ne présente aucun intérêt. Aucun créateur ne peut espérer réussir s'il ne propose pas un produit ou un service capable de répondre à un besoin insatisfait ou mal satisfait, et s'il ne peut vendre ce produit ou ce service à un prix acceptable par ses clients et rentable pour sa future entreprise.

Je vois beaucoup de porteurs de projet aborder la création d'entreprise par la question des statuts ou du financement. Or les statuts existent : il suffit de choisir celui qui est le mieux adapté à son projet. Et si l'on a un bon projet, il n'y aura, quoiqu'on en dise, pas de problème pour le financer. La seule vraie question à se poser, si l'on veut créer une entreprise, est de savoir s'il existe des clients pour son produit/service ? Et qui sont-ils ?

Car une entreprise, c'est d'abord des clients. Et avant de pouvoir mettre en œuvre son savoir-faire professionnel (scientifique, technique, …), il faut identifier les clients, les cibler, les contacter et les convaincre par une offre de services attractive. Et c'est le rôle de l'étude de marché d'aider dans cette démarche.

• A quoi sert l'étude de marché ?

Toute idée ne vaut pas la peine d'être commercialisée. Avant de se lancer, il est primordial de répondre à deux questions (y a-t-il un marché ? y a-t-il un créneau potentiel pour une entreprise indépendante ?) et d'évaluer le potentiel du créneau repéré. Le marché constitue le point de départ, car, sans clients désireux d'acheter le produit, le projet n'a pas d'avenir. Un bon produit n'est pas bon en soi, il le devient quand il rencontre une demande importante, durable et solvable.

L'étude de marché doit :

• Répondre à trois grandes questions :

L'idée répond-elle à un besoin chez un nombre suffisant de clients solvables ?

L'idée peut-elle s'insérer sur le marché et se différencier des offres existantes ?

Dispose-t-on des atouts nécessaires pour attirer ces futurs clients ou sera-t-il aisé de les acquérir ?

• Se concentrer sur trois types d'objectifs :

 Le premier objectif, la connaissance du marché, consiste à vérifier que le marché existe réellement, à estimer son évolution, à comprendre son fonctionnement, à étudier la concurrence (directe et indirecte), et à identifier tous les obstacles (barrières à l'entrée) qu'il faudra surmonter et tous les problèmes qu'il faudra résoudre.

 Le deuxième objectif, les choix stratégiques de conquête de marché, vise à identifier ce que les différentes clientèles attendent prioritairement du produit ou du service, et les raisons pour lesquelles elles l'achèteraient. Le positionnement du produit/service sera défini et affiné à partir des motivations ainsi répertoriées.

 Le troisième objectif, la définition d'une offre spécifique nouvelle, consiste à évaluer la validité du projet et ses chances de survie, à déterminer des hypothèses de chiffre d'affaires prévisionnel et à construire une offre cohérente, tant pour le prix que pour le mode de distribution et la communication autour du produit ou du service proposé.

Taille et tendances du marché :

Le secteur des chaussures au Maroc

L’industrie des chaussures est une composante importante du secteur des biens de consommation au Maroc, elle joue un rôle non négligeable dans l’économie nationale. Elle a connu, depuis le début des années 80, un développement important aussi bien au niveau de la transformation des produits et la commercialisation au niveau national qu’au niveau des exportations.

Cette filière qui compte plus de 237 unités industrielles a réalisé en 2008 une production d’environ 1,5 Milliards de dh (16,8 milliards €), une valeur ajoutée d’environ 592 Millions de dh (6630,4 millions €) et des exportations de 846 Millions de dh (9475,2 millions €). L’effectif employé en 2008 s’est élevé à plus de 13007 personnes. Durant les 6 dernières années, les investissements réalisés ont connu une évolution notable en passant de 74 Millions de dh (828,2 millions €) en 2002 à 116 Millions de dh (1299,2 millions €) en 2008.

Aujourd’hui, le secteur des chaussures continue de représenter un des secteurs à fort potentiel à l’export pour l’industrie marocaine.

Cette industrie se taille une part de 63% de la production du secteur du cuir, 62,5% des exportations, 72% de la valeur ajoutée et 85% des investissements. La branche chaussure demeure la principale activité de la filière cuir marocaine. La chaussure se caractérise par la diversité des articles fabriqués. Certaines grandes marques étrangères ont choisi le Maroc pour fabriquer leurs produits, notamment Kickers Baby Botte, Salamander, Puma et Adidas.

Principales niches d’investissement dans le domaine des chaussures

- Chaussures de sécurité

- Chaussures de ville

- Chaussures de sport

- Chaussures traditionnels

- Chaussures professionnel (pour milieu hospitalier)

- Bottes

- Sandales

- Ballerines

Les magasins et franchises de vente de chaussures les plus connus au Maroc :

- Sergio Balantcia

- Mysha et Nito

- Akbar Delight

- MaxMara

- Zara

- Kulchi’Bis

- Geox

- Caterpillar

- Yaz and Izia

- Atika

- Au derby

- Carly

- Vincini

...

Télécharger au format  txt (9.4 Kb)   pdf (122.2 Kb)   docx (13.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com