LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Devoir connaissance des publics ESF

TD : Devoir connaissance des publics ESF. Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  18 Mars 2021  •  TD  •  1 552 Mots (7 Pages)  •  1 168 Vues

Page 1 sur 7

Nom du professeur correcteur :

Note :

Observations générales :

Rédigez votre texte :

Question 1 :

   Comme son nom l'indique, une science humaine étudie l'humain. Pour être plus précis, elle étudie l'individu à travers sa culture, ses relations avec les autres, ses modes de pensée, ses comportements... Elle considère l'homme comme un être complexe  guidé à la fois par la société qui l'entoure, ses valeurs et ses règles mais aussi par ses désirs conscients ou inconscients. Les sciences humaines sont en oppositions avec les sciences durs comme les mathématiques ou la physique. La sociologie est une science humaine car elle étudie les relations entre l'homme et la société et qu'elle prend en compte don son analyse les éléments cités précédemment.

Question 2 :

   La sociologie étudie la relation entre l'individu et la société.  C'est l'étude des fais sociaux. Elle prend en compte les groupes comme la famille, le milieux professionnel ou l'école. Elle recherche des moyens d'améliorer la société. Parmi ses représentants on peut citer Émile Durkheim représentant du mouvement holiste et Max Weber qui représente l'action sociale.

   La psychologie étudie les états mentaux et les comportements humains. Elle prend son origine à l'antiquité avec la philosophie où l'on réfléchit sur des paradigmes tels que l’inné et l'acquis, le corps et l'âme... Qui sont encore étudiés aujourd'hui. Elle a donné naissance à de nombreux métiers comme les psychiatres ou les psychologues qui traitent les maladies mentales comme les névroses, les psychoses … John Watson est le fondateur du behaviorisme qui étudie le comportement humain à travers des observations scientifiques et refuse le subjectivisme de la psychanalyse fondée par Freud.

   L 'anthropologie étudie l'homme à travers différentes cultures, elle se base sur les rites, les croyances, les institutions... Ralph Linton est un anthropologue représentant du mouvement culturaliste qui expliquera que la culture est composée de  comportements appris et que ses différents composants sont partagés et transmis par les membres d'une même société.

   La psychologie sociale étudie comment l'individu est influencé dans leurs pensées, leur comportement par leurs rapports avec les autres, aussi bien les individus que les groupes sociaux dans lesquels il gravite.

Question 3 :

   Dans cet extrait, Howard S. Becker nous explique d'où vient la déviance après avoir donné sa définition.                                                                                                                      Selon lui, l'origine de la déviance ne vient pas du déviant qui commet un acte de déviance mais de la société elle-même qui créée les normes , applique des sanctions et étiquette les déviants comme tels.                                                                                                                                         En effet, en créant des normes, une société érige des barrières entres les individus qui respectent ces normes et ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas les respecter comme nous allons le démontrer, d'abord en expliquant ce que sont les normes et comment elles régissent les sociétés. Ensuite nous verrons que ce ne sont pas les déviants les acteurs de leur condition mais les individus qui regardent les déviants à travers le prisme des normes de la société.

   Pour comprendre la théorie de H. Becker, il faut comprendre ce que sont les normes. Les normes sont des règles, qui, au contraire des lois qui sont écrites et explicites,  sont implicitement acceptés par les membres d'une société et régulent leurs actions dans cette même société. Ces normes peuvent être culturelles, religieuses... Elles sont transmises à travers les générations mais elles peuvent évoluer et changer en même temps que la société évolue.                                                                                                                     Si ces normes changent, alors la représentation des déviants va elle aussi évoluer.  De même, les normes variants d'une société à une autre, une personne peut être considérée comme déviante dans un groupe social et non dans un autre.  Ainsi ce ne sont pas forcément les individus d'une société qui vont changer pour devenir déviants, ce sont les changements des normes dans la société qui vont faire qu'un individu précédemment considéré comme conforme à la société , va devenir un déviant ou vis versa.

On peut aussi noter que certaines personnes peuvent être considérées comme déviantes par leur physique, leurs croyances, leur code vestimentaires... des éléments qui font partie de leur identité, et non par leurs actions.  L'individu n'a donc pas une attitude active qui le condamne aux yeux de la société mais subit des normes imposées par la société qui ne lui correspondent pas.

Si l'on regarde le processus qui transforme un individu en déviant, on remarque qu'une personne va faire une action contraire aux normes de la société et ce sont ses proches, les personnes qui l'entourent, puis les institutions qui vont le définir comme déviant. Par la suite, l'individu peut intérioriser cette nouvelle représentation et se considérer lui-même comme déviant. Cela le mènera à adopter une attitude déviante.  Sous l'influence de la société, il va confirmer son statut de déviant et en prendre le rôle.

A travers les éléments démontrés précédemment, on peut conclure que l'approche de H. Becker est donc tout à fait pertinente.

Pour appuyer cette théorie on peut aussi constater que certaines sociétés considérées comme anomiques vont imposer des normes et des buts aux individus qui n'ont pas tous les moyens de les respecter et les atteindre. La société de consommation est considérée comme telle par certains sociologues qui nous montrent qu'en imposant les mêmes but à tous les individus quel que soit leur niveau social, elle créée des inégalités.  Ainsi les individus qui n'ont pas les moyens de les atteindre, mais souhaitent respecter les normes de la société devront contourner les règles et les lois qu'elle impose.  La situation actuelle nous démontre les limites de cette société et poussent les individus à la remettre en question.  Nous vivons donc une période intéressante pour les sociologues qui vont pouvoir analyser, contrôler et prendre part aux changements qui vont sûrement s'effectuer de manière très rapide dans les sociétés touchées à plus ou moins grande échelle par le Coronavirus.

Question 4 :

Le fondateur de la psychanalyse est Sigmund Freud. Dès 1895, il dégage le concept de l'inconscient. L'inconscient renferme nos pulsions, nos désirs refoulés, des expériences traumatisantes dont nous n'avons pas ou plus conscience. L'inconscient cherche à les extérioriser à les faire rentrer dans le domaine du conscient, c'est pourquoi il les exprime à travers les rêves, des actes manqués, des lapsus...

Freud a commencé à s’intéresser à l'inconscient à travers des études sur l'hystérie et notamment à travers le cas Anna O.

Pour comprendre ce qu'est l'inconscient, il faut savoir que Freud à travers ses recherches, définit trois instances psychiques dont l'inconscient fait partie. Ces trois instances vont évoluer et changer au fur et à mesure de l'avancée des recherches de Freud. Ainsi au début il définira : le conscient, les pré-conscient et l'inconscient qui deviendront le moi, le surmoi et le ça.

Pour Freud, la meilleur solution pour atteindre l'inconscient et comprendre nos névroses et psychoses est la thérapie par la parole.  C'est en parlant que l'on prendra conscience de nos pulsions et autres désirs refoulés qui  peuvent influer sur notre santé mentale.

   Commentaires du correcteur :

 

...

Télécharger au format  txt (7.8 Kb)   pdf (70.1 Kb)   docx (21.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com