LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de texte: Discours De de Gaulle: Quelle conception de l’Etat et de l’organisation politique ressortent donc de ce discours ?

Documents Gratuits : Commentaire de texte: Discours De de Gaulle: Quelle conception de l’Etat et de l’organisation politique ressortent donc de ce discours ?. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  13 Mars 2013  •  2 213 Mots (9 Pages)  •  1 980 Vues

Page 1 sur 9

« …il faut une clef de voute. Cette clef de voute, c’est le président de la République. » Cette phrase a été prononcée par Michel Debré lors d’un discours devant le conseil d’Etat en 1958. Elle nous donne un aperçu sur les changements opérés sur un des organes politiques essentiels de la France, ce qui laisse supposer une évolution globale survenue sous la 5ème République par rapport aux régimes antérieurs.

Le texte est un discours dans lequel Charles de Gaulle expose sa vision de la politique. Il y définit les institutions politiques qu’il pense être nécessaire pour instaurer un régime stable et durable en France. De Gaulle, a été général au sein de l’armée française. Lors de la collaboration française avec l’Allemagne Nazie, il est le premier à critiquer ce choix et à lancer l’appel à la résistance. Il sera le premier Président de la 5ème République de 1958 jusqu’à sa démission en 1969. Ce discours prononcé le 16 juin 1946 coïncide avec l’élaboration du deuxième projet de constitution qui sera celui de la 4ème République après le rejet du premier projet. De Gaulle a pour ambition d’influencer les travaux de l’assemblée nationale constituante afin que le prochain régime soit à l’image de ses ambitions idéologiques. Ce discours est prononcé par de Gaulle au moment ou ce dernier ne participe plus à la vie politique française puisqu’il a remis sa démission le 20 Janvier 1946 après de nombreuses divergences avec l’assemblée nationale constituante sur le rôle et la structure de l’Etat. Il critiquait en outre, la prédominance des partis qui favorisaient leurs intérêts et non ceux de l’Etat. Par ailleurs, De Gaulle n’a pas choisi l’endroit et le moment discours par hasard dans la mesure où Bayeux fut la première ville libérée par les alliés lors du débarquement en 1944 Le général De Gaulle décide donc de prononcer son discours deux ans après cet évènement symbolique de la libération française. De Gaulle, espère influencer les travaux de l’assemblée constituante en exposant célèbre ses idées constitutionnelles et politiques. Ce dernier nous y révèle l’idée qu’il a des institutions politiques françaises

Quelle conception de l’Etat et de l’organisation politique ressortent donc de ce discours ?

. Il apparait clairement que De gaulle ambitionne un régime stable et équilibré basé sur la démocratie et une séparation stricte des pouvoirs. Il se prononce en faveur d’un pouvoir exécutif bicaméral composé de deux chambres qui disposent de prérogatives différentes mais égales en importance pour que l’une des chambres ne domine pas au profit de l’autre (I). Dans ce discours, nous constatons aussi que De Gaulle est partisan d’un Etat fort basé sur un exécutif renforcé (II).

Par le biais de ces idées nouvelles de Gaulle tente en vain de proposer à la France un modèle politique qu’il pense être suffisamment stable pour éviter les dérives du passé et permettre une République durable.

I- Le bicamérisme du pouvoir législatif :

En ce qui concerne le pouvoir législatif, le Général de Gaulle souhaite mettre en place un parlement composé de deux chambres dotées de pouvoirs importants et complémentaires afin d’éviter un parlementarisme inégalitaire avec une « dictature » d’une seule chambre. Il ambitionne alors d’instaurer un parlement bicaméral composé d’une Assemblée élue au suffrage universel direct (A) et d’un Sénat qui servirait de contrepoids à la première chambre (B).

A) Une Assemblée tirant sa légitimité du suffrage universel direct :

Le Général de Gaulle souhaite que la France se dote d’un régime basé sur le principe de la démocratie dans lequel le peuple participe et contribue aux décisions importantes qui mettent en jeu l’avenir du pays. Il ne faut nullement qu’il ne soit exclut « écrasé » par les intérêts multiples des partis politiques dont de Gaulle se méfie fortement. Il considère que la création d’une Assemblée qui votera principalement les lois qui conservent encore ce caractère souverain aux yeux des français est primordiale. Par ailleurs, cette Assemblée ne devra pas uniquement s’occuper des lois puisqu’elle sera également à la base du budget de l’Etat. Ce rôle important explique donc pourquoi De Gaulle met l’accent sur l’obligation d’un suffrage universel direct. La volonté générale doit pouvoir se dégager des choix de cette Assemblée. De plus, ce dernier affirme dans son discours que cette Assemblée doit rassembler en son sein, les multiples partis politiques de la démocratie pluraliste qu’il estime une priorité pour le prochain régime de la France. Cet organe politique devra obligatoirement constituer la volonté du peuple et sa représentation. Les individus qui feront partie partis de cet organe ne devront pas être vu comme des individus agissant chacun pour ses intérêts et ceux du parti politique dont il est issu, ils devront au contraire être considérés comme formant un tout homogène agissant pour le bien du peuple. Mais malgré tout, De Gaulle cette Assemblée ne peut pas détenir l’intégralité du pouvoir législatif et l’exercer comme bon lui semble. Il ne veut pas d’un bicamérisme inégalitaire dans lequel une chambre exerce sa domination sur l’autre. Il lui semble plus judicieux en effet de mettre en place une deuxième chambre qui aura pour rôle de contrôler et de modérer l’Assemblée qui pourrait de temps à autre, commettre des erreurs contraires à l’intérêt général ou alors, tenter d’abuser de ses prérogatives relativement importantes.

C’est ainsi et pour cela qu’il est nécessaire d’instituer une deuxième chambre, le Sénat qui possède des prérogatives différentes de celles de l’Assemblée, mais significatives malgré tout. Cette seconde chambre devra compléter les organes du pouvoir législatif afin que celui-ci puisse agir efficacement.

B) Le Sénat, comme limite et complément de l’Assemblée :

La conception qu’a de Gaulle dans son discours vis-à-vis de cet organe est différente de celui qu’il a de l’Assemblée. En effet, contrairement à celle-ci, sa formation ne devra pas représenter un ensemble homogène sans distinction des individus qui le compose. Il souhaite plutôt, une formation contraire à celle-ci, c'est-à-dire que le sénat soit composé uniquement d’individus qui devront être vus comme tel. De Gaulle souhaite donc que l’intégralité de la population soit représenter mais d’une manière différente. Dans ce sénat, on devra retrouver les différentes classes sociales qui composent la société pour que celles-ci voient leurs

...

Télécharger au format  txt (14.4 Kb)   pdf (137.8 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com