LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse De Discours

Dissertations Gratuits : Analyse De Discours. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  25 Mars 2014  •  4 872 Mots (20 Pages)  •  1 578 Vues

Page 1 sur 20

ANALYSE DE DISCOURS

Table des matières

I. MEDIUM ET DISCOURS 2

1. MEDIUM ET DISCOURS 2

2. DISTINCTION ORAL ET ECRIT 3

3. CONSTRUIRE UN SLOGAN 4

4. ENONCES DEPENDANTS ET NON DEPENDANTS DE L’ENVIRONNEMENT NON-VERBAL 5

 ENONCE DEPENDANT 5

 ENONCE NON DEPENDANT 5

5. RAPPORT TEXTE ET IMAGE 6

6. NOUVELLES FORMES D’ORALITE 6

II. LA SCENOGRAPHIE 7

III. ETHOS, PATHOS, LOGOS 8

1. LE LOGOS 9

2. L’ETHOS 9

3. LE PATHOS 9

IV. L’ANCRAGE DU DISCOURS 11

1. OPPOSITION DICTUM ET MODUS 11

V. LA COHERENCE TEXTUELLE 14

ISOTOPIE ET REDONDANCE 14

VI. POLYPHONIE, CAPTATION, SUBVERSION 15

COURS 1 – 10 septembre 2013

Evaluation sur dossier par groupes pour défendre notre projet vidéo : défense des choix. Etayer l’argumentation par les outils de l’analyse de discours. Dossier à rendre avant les vacances de Noël.

I. Medium et discours

1. Médium et discours

• Le médium n’est pas qu’un seul moyen de transport du discours, mais il va contraindre les contenus. Ex : on ne rédige pas une thèse par sms (car cela serait inopérant).

• Le médium contraint les contenus et commande les usages du discours.

• Le médium a un impact sur l’ensemble du discours, à savoir qu’il a un impact sur la forme du discours, les usages du discours, sur les destinataires, l’importance (crédibilité..) du discours.

• Importance du support matériel mais aussi du circuit qui organise la parole (ex : la communication transmedia → les médias se répondent).

• Notion de dispositif communicationnel : agencement de supports et de moyens de diffusion.

• Le mode de transport est choisi en fonction de la réception (qui on veut toucher ?) → ex : on ne s’adresse pas aux plus de 70 ans par Twitter.

• Se poser la question des conditions de réception → on ne reçoit pas de la même manière selon le médium. Ex : la radio réfléchit aux conditions de réception (ex : elle est le plus écoutée entre 7 et 9h)

• Les conditions de réception conditionnent le discours. Ex : sport à la radio : + de description, - de commentaires type « encyclopédiques »

• Le médium façonne également les genres de discours (ex : le talk-show à la TV → parler de quelque chose à la télé et dans l’intimité n’est pas la même chose).

• Changements de types de discours → changements sociétaux (ex : télé de Berlusconi). Prémices de la notion d’extimité = exposition du privé (confusion privé/public)

→ La société ne fait qu’un avec les moyens de communication qu’elle rend possible et qui la rende possible.

→ Tant que la société n’est pas prête pour un type de médium, il ne sera pas diffusé → la société rend possible les médias. Ex de la télévision. Développement d’internet lié à des changements idéologiques.

→ A l’inverse, les médias rendent possible la société (permettent la création de réseaux, de nouvelles sociabilités en dehors de la famille..)

• Il y a indéniablement une synergie entre les médias et la société.

•  Appel du 18 juin

o Texte de l’affiche différent du texte de l’appel → nécessité de lire l’affiche très rapidement car illégalité de l’affiche.

o Liserai tricolore et signature qui accordent de la légitimité à De Gaulle, alors quasi inconnu à l’époque. Signature → symbole d’engagement personnel.

o Affiche surtout diffusée en Angleterre puis sur en France après organisation des FFI.

•  Appel du 22 juin

o Appel sous forme de déclamation avec un ton très solennel pour donner de la crédibilité à ses propos et engager les gens (mobiliser le pathos).

o Ce ton correspond à ce qui est déclaré, il est en accord avec le propos.

o De Gaulle parle également lentement pour être bien compris → prise en compte des conditions de réception

2. Distinction oral et écrit

• Différence entre les énoncés oraux et graphiques.

• L’oral ce sont des ondes sonores alors que l’énoncé graphique est sur un support solide.

• SMS → concept de conversationalisation → idée que la distinction oral/écrit n’est pas si claire que ça.

• Le message mélange de plus en plus texte, image, son..

→ L’oral est instable et l’écrit est stable.

• Cependant, à partir du moment où on l’enregistre, l’oral est stable.

• Il faut se poser la question de la conservation de l’énoncé et de ses conditions de conservation (et non pas la question de son caractère oral ou graphique)

• Ce qui fait que l’on va conserver l’énoncé est l’importance → pragmatisme de l’énoncé (selon qui l’a dit, ce qu’il a dit)

•  Discours Laporte, p.7 syllabus

o Exercice : retrouver les traces de l’oral dans l’écrit – comment on fait perdurer le discours ?

o On retranscrit de l’oral en s’efforçant de le rendre compréhensible (comme si c’était un discours écrit)

o On laisse quelques traces de l’oralité pour attester de l’authenticité

...

Télécharger au format  txt (33.8 Kb)   pdf (374.7 Kb)   docx (26.8 Kb)  
Voir 19 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com