LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Rodin, la chair, le marbre.

Commentaire d'oeuvre : Rodin, la chair, le marbre.. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  27 Novembre 2016  •  Commentaire d'oeuvre  •  854 Mots (4 Pages)  •  727 Vues

Page 1 sur 4

OBJECTIFS :

- Comprendre la relation d’un artiste avec son matériau :

Ici, Rodin(1840-1917) et le marbre, à mettre en relation avec

un poète et les mots : la poésie est le produit d’un «arrangement de mots» chez Boileau ,

un peintre et les couleurs : Maurice Denis(1870-1943): « Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées»

  • Voir la dynamique de continuité et de rupture qui ouvre le XXème siècle :

Chez Rodin, depuis une volonté de mimétisme et d’illusion de réalité jusqu’à une forme d’abstraction ;

Parcours à mettre en parallèle avec celui d’Apollinaire (1880-1918) qui, dans Alcools, oscille constamment entre tradition et modernité.

DEROULEMENT :

En arrivant au Musée, visite du jardin et de l’hôtel Biron : observer le mode de présentation des oeuvres, les matériaux utilisés. Porter une attention particulière à la Porte de l’Enfer inspirée de Dante.

Visite de l’exposition : «Rodin, la chair, le marbre»

Faire le tour de l’expo en 5 mn puis regroupement, commentaires sur la scénographie :

  • elle permet d’envisager les oeuvres comme un «corpus» qui montre l’évolution du travail de Rodin,
  • elle met en valeur la rupture avec une certaine forme d’académisme : du couloir ordonné Second Empire à l’atelier qui permet de multiplier les points de vue (en hauteur, tout autour) sur les oeuvres.

Retour sur les oeuvres en 3 groupes : 3 étapes sont à mettre en lumière

  1. L’illusion de la chair (1871-1890) : inspiration antique (Rodin en avait une collection impressionnante)-

Remarquer la transparence de la chair, l’aspect lisse, l’effacement de la matière... vision classique de la sculpture.

  1. La figure dans le bloc (1890-1900) : «On dirait que vous savez qu’il y a une figure dans le bloc, et que vous vous bornez à casser tout autour la gangue qui nous la cache» Camille Mauclair, critique.

Remarquer que le bloc de marbre est de plus en plus présent en tant que matière brute.

  1. Vers l’inachèvement (1900-1917) : présence de traces d’outils, modelé plus confus, plus fluide aussi. Naissance de l’abstraction.

Le «Non finito» doit être ici évoqué. On fera réfléchir les élèves aux sens portés par cette volonté de ne pas finir l’oeuvre, en rappelant que Rodin avait admiré les «Esclaves» de Michel-Ange (1475-1564) eux-même restés inachevés.

CONCLUSION :

Cette exposition montre la rupture avec la conception classique, voire académique où l’artiste doit amener le matériau vers la transparence en l’effaçant derrière la forme. Ici, le marbre s’impose de plus en plus devant la forme et devient le véritable sujet de l’oeuvre. Là où le travail de l’artiste ou du praticien[1] devait être invisible, le geste technique participe au caractère de l’oeuvre.

...

Télécharger au format  txt (5.7 Kb)   pdf (100.5 Kb)   docx (299 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com