LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Introduction Art moderne t mouvement d'avant garde

Cours : Introduction Art moderne t mouvement d'avant garde. Recherche parmi 234 000+ dissertations

Par   •  23 Mars 2016  •  Cours  •  3 827 Mots (16 Pages)  •  491 Vues

Page 1 sur 16

[pic 1]


Cours 1 : académie et classicismes : premières

        révolutions des arts ( 1648-1827)

Art moderne et avant gardes

L'art pictural : de l'Académie à

         l'indépendance

Examen : deux sujets (images/ tableaux etc) vu en cours, repéré les thématiques phares, dernier jours de

cours le 7 mars

Définition du moderne = ?

        Étymologie : du latin (XV siècle) modernus, dérivé de modus, c'est-à-dire « mode »

        Général : qui est de notre temps, d'un temps plus ou moins proche du nôtre, par opposition a

l'antique ou ancien

        En Histoire : la période moderne court de la renaissance à la révolution française (XV-

XVIII), par opposition au moyen age et a la période contemporaine (XIX-XX)

        En Art : en opposition a l'ordre général établi a la tradition. Rimbaud « Il faut être

absolument moderne » (Une saison en enfer 1873) : il réclamait une modernité absolu

        Par extension : est moderne ce qui innovant , progressiste.

Le terme moderne (isme/iste) a utiliser avec parcimonie de part ses définitions multiple

Définition d' Avant garde = ?

        Typologie : Garde du germanique « warda » « surveillance », avant du latin ante, avant

général (militaire) partie d'une armée qui marche la première

figuré : la pointe du progrès, du savoir. Être a l’avant garde de sa discipline. Evolution progressiste

        Art : des recherches artistiques menées a partir de la fin du XIX siècle et jusqu'à nos jours en

rébellion et en rupture vis a vis de l'art institutionnel et donc académique et dominant, contre les

expressions figuratives institutionnels par l'académie des beaux arts et les artistes qui appartiennent

a l’académie.

Les avant gardes vont essayer de dépasser les académiciens, et prônent un renouveau esthétique

susceptible d'influencer la vie de leurs contemporains, la société, la politique, la mode et les goûts.

C'est la que 'art engagé (politiquement ou autre) va naître

       Art et pluriels : Donc sur le temps long (XIX-XX siècle) dans tout les pays et dans toutes les

pratiques artistiques (peinture, poésie, sculpture, cinéma, etc) des courants d'avant gardes se

succèdent et se superposent.

Les mouvement varient selon les pays et les périodes. Ici nous ne verront que ce français et

quelques pays de l'est.


1648 : Création de l’Académie des Beaux-Arts.

I. De l’académie à l’académisme.

Ici on parle d'académisme en temps que courant artistique et de confrérie dans le sens confréries de

métiers pour être reconnus et faire percevoir les taxes par l'état.

1. De la confrérie a l’académie (1391-1648)

1391 : Fondation de la confrérie Saint-Luc (1391-1766) pour l'apprentissage et le

commerce d'art (car Saint-Luc est le Saint patron des arts), Cette confrérie va aussi

promouvoir l'apprentissage.

Une parenthèse pour différencier les arts libéraux (de l'époque) c'est-à-dire astronomie,

mécanique et mathématiques (réservé aux gens riches) et les arts mécaniques (plutôt

manuels) peintures, vêtements, des arts fait pour gagner sa vie.

Les Beaux-Arts cherchent a marier les arts libéraux et les arts mécaniques a travers un seul

et même enseignement.

(Zeuxis peint le portrait d’Hélène, miniature de Gand, XV siècle)

Avant les réformes faîtes par les Beaux-Arts, les artistes étaient

plutôt considérés comme des artisans.

1577 : Fondation de « la academia di belle arti di Roma »

(academia di san luca), fondation sous la protection du pape

Grégoire XIII car utile pour traduire les textes sacré en images,

pour apprentissage a la population illettrées(fondation créé par

les romains)

(Gravure des premiers cours de peinture de l'académie de

peinture, Antoine-Jean Bail, 1584, Beaux-Arts de Paris)


*Le paysage et la marine (marine : scènes de paysages marins, scènes de ports et de

2. l'académie royale de peinture et de sculpture

1649 : La confrérie de Saint-Luc prends le nom d’académie et revendique l'apprentissage.

1663 : Statuts réglementant l'Assemblée Générale annuelle et son exposition privée aux

académiciens.

(Autoportrait de Simon Vouet, 1626-27, musée Beaux-Arts de Lyon, Simon

Vouet était un grand défenseur de la Confrérie de Saint-Luc.)

1665 : Création de l’académie royale des beaux arts, à l'initiative de

Charles Lebrun et sous la protection de Mazarin, Lebrun qui

promouvoit les beaux arts de peinture et de sculpture soutenu par le

roi.

1666 : Académie de France a Rome. Cette académie reconnaît un

partenariat entre les deux académies (romaine et française). Un

système de bourse est mis en place pour récompensé les talents de

l’époque.

1667 : Première exposition publique encore accessible seulement par la cour royale et les

académiciens.

3. la hiérarchie des genres

1688 : Conférence à l’académie par André Felibien (grand théoricien de la peinture) : « la

réinvention d'une hiérarchie ».

André Felibien va exposé une hiérarchie par rapport au sujet traité selon leur complexité

picturale. Ainsi :

       *la peinture d'histoire... aussi appelé le « Le Grand Genre ».

       *le portrait... surtout de personnages importants (ceux qui se font tiré le portrait

payeront cher pour un portrait avantageux).

       *la scène de genre... scène quotidienne des gens ordinaires (attendre quelques

années avant les sujets triviaux.

 (Comme « la fille qui pleure son oiseau mort » version 1759,

Jean-Baptiste Greuze (1725-1805), Musée Louvre à Paris)

 Peinture qui a connu une éloge de la part de Diderot

...

Télécharger au format  txt (20.6 Kb)   pdf (217.1 Kb)   docx (20.1 Kb)  
Voir 15 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com