LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse du collage figurattif Nature Morte Au Siphon de Carlo Carra

Documents Gratuits : Analyse du collage figurattif Nature Morte Au Siphon de Carlo Carra. Recherche parmi 234 000+ dissertations

Par   •  3 Mai 2015  •  978 Mots (4 Pages)  •  669 Vues

Page 1 sur 4

Nature morte au siphon est un collage figuratif aux petites dimensions (44,5 x 33 cm) réalisé par le peintre et sculpteur italien Carlo Carra en 1914. Il est actuellement conservé au K20 Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen de Düsseldorf (Allemagne). Carlo Carra est un artiste qui appartient au futurisme, un mouvement artistique et littéraire exaltant la vitesse, le mouvement et la modernité, né en 1909 en Italie, qui s’inspire des techniques divisionnistes et du cubisme. Cette œuvre représente un journal, un verre et une bouteille posés sur une table en marbre. Tout d’abord, nous étudierons la composition ainsi que la facture de l’œuvre, puis nous verrons le rôle des couleurs et de la lumière. Enfin, nous nous intéresserons à la spatialité.

Ce collage représente une nature morte vraisemblablement située dans un café. Une bouteille bleue domine l’œuvre de par ses dimensions d’une part et le fait qu’elle se trouve sur une ligne de force d’autre part. A gauche de cette bouteille se trouve un verre à pied qui se trouve lui aussi sur une ligne de force. Ces deux objets sont posés sur une table qui semble être en marbre. Le fond est quant à lui constitué majoritairement d’extraits de journaux. On note cependant la présence d’une enveloppe sur laquelle Carlo Carra a signé son œuvre avec son vrai nom (C.D. Carra). Cette œuvre est très dense dans sa globalité (zone violette) et les zones de repos pour l’œil (zone verte) sont réduites. Carra a sans doute cherché à communiquer l’impression d’une profusion d’informations dans une œuvre aux dimensions réduites. Les lignes formées par les différents éléments du tableau accentuent la verticalité de ce dernier.

Le collage est une technique très récente mais en pleine expansion lorsque Carlo Carra réalise la Nature morte au siphon à la veille de la Première Guerre Mondiale. Mais Carra ne s’est pas uniquement contenté de coller des matériaux. Il a aussi peint certaines zones à la gouache comme les traces blanches autour du verre, à titre d’exemple. La peinture semble avoir été appliquée très rapidement. L’artiste n’a pas cherché à masquer ses traits de pinceau ni à être extrêmement précis. Ceci est le propre du futurisme qui, rappelons-le, exalte la vitesse ainsi que le mouvement. Le mot « Sport » est d’ailleurs là pour le rappeler, de même que les nombres « 500 », « 750 » et « 1000 » apposés sur un fond rouge, qui, selon moi, font écho à une piste d’athlétisme. Cependant, Carra semble avoir passé plus de temps pour reproduire le motif du marbre de la table. Par ailleurs, nous pourrons remarquer la présence de contours fins foncés qui ont été dessinés après l’application de la gouache.

Les couleurs de cette œuvre semblent avoir été altérées par le temps. Si les journaux ont pu voir leur couleur évoluer, il semble plus improbable que la gouache soit passée d’une teinte très saturée à une teinte terne étant donné qu’elle offre une bonne résistance à travers le temps. L’hypothèse la plus probable est que les couleurs étaient peu saturées à l’origine. Seul l’aplat de bleu ressort de manière notable. En effet, le bleu est juxtaposé à sa complémentaire, le jaune, ce qui permet à ces deux couleurs de se renforcer l’une l’autre. Cependant, la couleur jaune ne ressort que peu car elle est délavée, de même

...

Télécharger au format  txt (6.1 Kb)   pdf (82 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com