LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les Mafia : association de malfaiteurs, forme de crime organisé

Cours : Les Mafia : association de malfaiteurs, forme de crime organisé. Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  3 Décembre 2012  •  Cours  •  711 Mots (3 Pages)  •  1 119 Vues

Page 1 sur 3

Mafia : association de malfaiteurs , forme de crime organisé

Yakuzas : ramifications dans la zone pacifique , en Allemagne , Mexique , Australie et États-Unis. Ils seraient plus de 84700.

Hiérarchie : Oyabun (chef de famille)

Saiki-komon (administration) Wakagashira (1er lieutenant) Shateigashira (2nd lieutenant)

Shingiin (conseiller juridique) Kaikei (comptables) Kyodai (grands frères) Shatei (petits frères) En dépit de leur notoriété dans le Japon moderne, l'origine précise des yakuzas est encore aujourd’hui sujette à controverse.

Les yakuzas, descendants des Bakuto et des Tekiya...

La première hypothèse serait que les yakuzas seraient les héritiers de deux corporations distinctes :

1. les Bakuto (joueurs professionnels) qui travaillaient dans les villes, sur les marchés et les foires, et contrôlaient le monde des jeux de hasard, très en vogue à l’époque (c’est encore aujourd’hui une des activités les plus lucratives des yakuzas)

2. les Tekiya (colporteurs et camelots) qui travaillaient sur les routes.

À l'origine, le recrutement des membres de ces deux groupes se faisait dans les mêmes milieux (paysans sans terres, voyous). Chaque groupe, une fois constitué, s'attachait un territoire fixe et délimité. Ils pouvaient compter jusqu'à 500 hommes armés, comme celle du mythique bakuto Shimizu No Jirocho, le premier bandit riche et célèbre de l'époque moderne. Les yakuzas ont hérité de certaines traditions des Bakuto, notamment la tradition du yubitsume (doigt coupé) et de l'irezumi (tatouage japonais).

... ou des Machi-Yokko?

Les yakuzas eux-mêmes privilégient une autre hypothèse: ils affirment descendre des Machi-Yokko («les serviteurs des villes»). Lors de la démilitarisation, ayant eu lieu dès 1603, et survenant lors du «Pax Tokugawa», période de paix qui durera 250ans, les samouraïs représentaient 10% de la population, soit 2 à 3 millions de personnes. 500 000 sont démobilisés, dont certains deviennent des rônins, des samouraïs sans maître, en rupture de ban. Ils deviennent des bandits de grand chemin, terrorisant les populations, semant le désordre, voire tuant des citoyens pour le plaisir, d’où leur nom de «Kabuki-mono» (les «fous»).

Un acteur déguisé en kabuki-mono, avec son habillement particulier

Il n’y a pas de lien immédiat avec le théâtre, mais le mot «Kabuki» signifie être extravagant, excentrique. D’où l’idée d’un personnage qui ne se plie pas à la règle et qui se manifeste. On pouvait distinguer les Kabuki-mono par leur mode d'habillement particulier, leurs coupes de cheveux, la longue épée qu’ils portaient et leur mauvais comportement général. Ils avaient également l'habitude de pratiquer le Tsujigiri, qui consistait à tester l'efficacité d'une nouvelle lame sur les passants. Certains groupes étaient très organisés, et se prénommaient eux-mêmes les Hatamoto-yakko, c'est-à-dire les

...

Télécharger au format  txt (4.7 Kb)   pdf (75.2 Kb)   docx (10 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com