LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cours BTS ndrc

Étude de cas : Cours BTS ndrc. Recherche parmi 229 000+ dissertations

Par   •  8 Novembre 2019  •  Étude de cas  •  1 640 Mots (7 Pages)  •  12 Vues

Page 1 sur 7

Séance 1 La croissance économique

La croissance économique est un accroissement global de la production d’un pays sur une longue période. C’est un phénomène quantitatif, donc mesurable, et conjoncturel. L’indicateur utilisé pour la mesurer est le Produit Intérieur Brut (PIB). La croissance peut être positive ou négative, et en cas de croissance négative sur une longue période, on parle de dépression économique. Elle se différencie du développement économique d’un pays, qui est un phénomène qualitatif et structurel. Il rend compte des changements sociaux, mentaux, technologiques d’un pays qui affectent la structure même de l’économie d’un pays et lui permettent de générer de la croissance.

Le PIB mesure la production réalisée par les unités résidant sur le territoire national, qu’elles soient françaises ou étrangères. C’est un « agrégat1 » de la comptabilité nationale. Le PIB se calcule en faisant la somme des valeurs ajoutées des différentes branches d’activités, augmentée des impôts et diminuée des subventions sur la production. La valeur ajoutée représente la valeur de la production vendue à laquelle on soustrait les consommations intermédiaires pour ainsi mesurer la richesse réelle créée par une unité productive. Exemple : lorsque Buitoni vend une pizza, la valeur finale de la pizza est diminuée des achats de pâte, de sauce tomate… pour ne conserver que la valeur véritablement apportée/ajoutée par Buitoni à ces différents ingrédients. Le PIB mesure donc la richesse créée par un pays.

La croissance se mesure par le calcul du taux d’évolution du PIB Lorsqu’on mesure la croissance d’un pays, on mesure en réalité la croissance du PIB d’une année sur l’autre. Le calcul de ce taux d’évolution se réalise ainsi :

Évolution du Pib = Valeur du PIB en 2019 -  Valeur du PIB En 2018/ Valeur du PIB  en 2018

Le PIB est un indicateur de la croissance qui présente des limites Dans son calcul le PIB ne prend pas en compte certains éléments qui pourraient modifier l’évaluation de la croissance économique réelle : • Certains éléments sont exclus de la comptabilité nationale comme le travail non déclaré, ou l’économie souterraine. • Certains éléments ne sont pas valorisés alors qu’ils impactent la croissance  : les externalités négatives ont des coûts sociaux ou écologiques  qui peuvent, par la suite, nuire à la croissance. Le travail domestique n’est également pas valorisé. • Le PIB est également un indicateur quantitatif qui mesure un niveau de richesse. Il ne rend pas compte de la qualité ou du niveau de vie des habitants d’un pays.

L’émergence d’autres indicateurs Deux pays peuvent avoir un PIB équivalent mais ne pas offrir le même niveau de vie.

Le PIB/tête PIB /Population totale

 Cela permet alors de comparer le niveau de vie entre deux habitants résidant dans chacun des pays comparés. Pour mesurer la qualité de vie, en 1990, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a créé l’Indicateur de Développement Humain (IDH). L’IDH prend en compte : • l’espérance de vie à la naissance, • le taux d’alphabétisation • le PIB/habitant Un IDH 2  a été ensuite créé en 2009. Il prend toujours en compte la santé, le niveau d’éducation et le niveau de vie mais au travers d’une dizaine d’indicateurs différents pour permettre une évaluation plus approfondie du niveau de développement des pays.

La croissance dépend de différents facteurs qui contribuent à la création de richesse : le facteur travail, le facteur capital et le progrès technique.

Le travail est un des facteurs de production, c’est l’ensemble des activités humaines qui permettent de produire des biens et services. Il dépend de : • la quantité d’actifs, • la durée du travail, • la qualité de la main d’œuvre. Agir sur la mobilité des travailleurs, la durée légale du travail ou la formation professionnelle peut augmenter la quantité de facteur travail disponible et/ou améliorer sa productivité, et donc stimuler la croissance.

Le Bhoutan est réputé pour être le pays du monde où les gens sont les plus heureux de vivre. En 1972, le projet de calcul du « bonheur national brut » est lancé par le souverain du pays et en 2008, le nom de cet indicateur est officiellement intégré à la constitution du pays. Il regroupe et agrège 72 indicateurs basés sur la mesure d’un développement économique durable, du respect des traditions, de la sauvegarde de l’environnement et d’une bonne gouvernance. L’originalité de la démarche est telle que le 20 mars a été décrété par l’Organisation des Nations Unies « journée officielle du BNB ».

C’est un stock de biens durables qui sont acquis par les unités productives pour être utilisé dans leur processus de production. Exemple : machines outils, ordinateurs… Les entreprises peuvent investir pour augmenter le nombre de leurs machines ou pour simplement les renouveler. Ces décisions d’investissement peuvent donc augmenter la quantité du capital technologique disponible ou améliorer sa productivité. L’investissement réalisé peut donc stimuler la croissance.

Le progrès technique permet des gains de productivité : c'est-à-dire qu’avec la même quantité de facteurs disponibles, une économie parvient à produire davantage de richesse. L’innovation permet le progrès technique à différents niveaux : • Le progrès peut être organisationnel en modifiant la manière de travailler. Exemple : le taylorisme. • Le progrès peut être technologique grâce à la découverte de nouvelles matières premières, de nouveaux produits, ou de nouveaux procédés de fabrication. Ainsi développer l’innovation permet de stimuler la croissance.

...

Télécharger au format  txt (11 Kb)   pdf (54.4 Kb)   docx (10.5 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com