LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Histoire de l'âge de la terre

Dissertation : Histoire de l'âge de la terre. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  7 Juin 2017  •  Dissertation  •  2 907 Mots (12 Pages)  •  535 Vues

Page 1 sur 12

PLAN

Introduction

I. Histoire de l’âge de la terre

II. Les méthodes de la mesure de l’âge des terrains

A. La datation absolue

B. La datation relative

a) Importances de la stratigraphie dans la datation des terrains

b) Importances de la paléontologie dans la datation des terrains

Conclusion

Introduction

L’un des outils essentiels de la science de la terre est la reconstitution par datation de la durée des événements qui se sont déroulés au cours des temps géologiques Ainsi grâce aux méthodes de datation en géologie tel que la datation absolue les géologues sont ainsi capables de reconstituer la chronologie du passé de la Terre d'après les événements géologiques qui se sont succédé. Cependant l’utilisation des principes de la datation absolue pour connaitre les âges absolus présentent des incertitudes qui peuvent parfois s’exprimer en plusieurs milliers d’années.

.

I. Histoire de l’âge de la terre

II. Les méthodes de la mesure de l’âge des terrains

Il existe deux méthodes de datation en géologie qui sont : la datation relative et la datation absolue. Ici seule la datation absolue est le sujet de notre exposé.

Ainsi, les méthodes de datation en géologie permettent de déterminer l’âge des fossiles, des roches, des minéraux depuis leurs formations. Ainsi l’utilisation des méthodes telles que les datations absolues présentent une incertitude qui peut parfois s’exprimer en million d’années. La datation absolue complète le découpage des temps géologiques établis avec les principes de la datation relative. Le résultat obtenu est une échelle stratigraphique qui permet de connaître la durée d’une ère ou d’un système et où les limites sont datées en millions d’années : c’est l’âge absolu aux incertitudes-près.

A. La datation absolue

La datation absolue permet de déterminer l’âge des roches et des fossiles, elle permet de mesurer la durée des phénomènes géologiques, elle a permis de situer dans le temps, l’échelle stratigraphique. La méthode de datation absolue, la plus utilisée en géologie est la radio chronologie, cette méthode est fondée sur l’étude des éléments radioactifs, des roches, des minéraux de ces roches, et des fossiles, ces éléments radioactifs ont été incorporés au moment de la formation de la roche.

LA RADIOCHRONOLOGIE

Les techniques radiométriques découlent de la découverte de la radioactivité en 1896, mais n'ont été réellement mises en œuvre qu'après la Seconde Guerre mondiale. On a mis en évidence que les éléments radioactifs instables avaient des taux réguliers de désintégration et pouvaient ainsi constituer des « horloges » virtuelles des roches de la Terre qui les contiennent.

1-Théorie de base

Les éléments radioactifs comme l'uranium (U) et le thorium (Th) se désintègrent naturellement pour former d'autres éléments ou des isotopes.

Cette désintégration est accompagnée d'émission de particules (alpha ou bêta) et / ou de rayonnements (rayons X ou gamma). Certains isotopes se désintègrent en une seule étape en produits stables, nommés isotopes filles (par exemple, le carbone-14 que l'on écrit aujourd'hui 14C), alors que d'autres subissent de nombreuses étapes avant qu'un isotope stable soit formé. Les suites de désintégrations radioactives comprennent, par exemple, les familles de l'uranium-235, de l'uranium-238 et du thorium-232. Lorsqu'un isotope fille est stable, il s'en forme jusqu'à ce que l'isotope parent se soit totalement désintégré. Cependant, si un isotope fille est radioactif, l'équilibre est atteint lorsque la vitesse de formation de l'isotope fille est égale à la vitesse de désintégration de l'isotope parent.

La désintégration radioactive peut prendre différentes formes : désintégration alpha, bêta, par capture d'électron. Ces différents modes de désintégration s'accompagnent parfois de l'émission d'ondes électromagnétiques (X ou gamma) de grande énergie (voir radioactivité).

Les scientifiques caractérisent la radioactivité d'un élément par son temps de demi-vie, ou période radioactive. C'est le temps au terme duquel la moitié des nucléides de l'élément se sont désintégrés. Par exemple, la période radioactive du carbone-14 est de 5 730 années ; celle de l'uranium-238 est de 4,5 milliards d'années.

Les techniques de datation radiométrique se fondent sur la désintégration d'isotopes avec des taux constants. Lorsqu'un élément radioactif s'est incorporé dans un minéral en formation, l'élément commence à se désintégrer à un taux constant, avec un pourcentage défini de « produits filles » pour chaque intervalle de temps. Ces « horloges rocheuses » sont les montres des géologues.

2-Potassium-Argon

La désintégration radioactive d'isotopes de potassium en argon est très utilisée pour dater les roches. Les géologues sont capables de dater de nombreux types de roches de cette façon, car le potassium-40 est abondant dans les micas, les feldspaths et les hornblendes. L'évaporation de l'argon peut poser un problème si la roche a été exposée à des températures supérieures à 125 °C. En effet, l'âge mesuré reflète le dernier épisode d'exposition à la chaleur plutôt que l'âge originel de formation de la roche. La datation par le potassium-argon couvre des périodes allant de 100 000 à plusieurs millions d'années. La collecte d'échantillons demande une étude précise du contexte géologique. En archéologie, elle ne permet pas de dater directement les objets, mais les couches dans lesquelles ils ont été trouvés.

3- Rubidium-strontium

Utilisée pour dater les roches magmatiques et les roches métamorphiques ainsi que les échantillons

...

Télécharger au format  txt (18.6 Kb)   pdf (64.7 Kb)   docx (16.5 Kb)  
Voir 11 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com