LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Géographie : Les espaces maritimes

Dissertation : Géographie : Les espaces maritimes. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  18 Mars 2020  •  Dissertation  •  1 808 Mots (8 Pages)  •  15 Vues

Page 1 sur 8

Dissertation de géographie

Sujet : Les espaces maritimes et la mondialisation

Problématique : En quoi la mondialisation influe-t-elle sur la géostratégie des espaces maritimes ?

I) Des espaces au cœur de la mondialisation

A) La mondialisation met en lumière l’importance des espaces maritimes

  • 80 % des échanges sont effectués par la voie maritime. En effet, la conteneurisation, qui a débutée dans les années 1060, participe activement à l’augmentation du trafic maritime mondial. Selon statistiques du journal Les Echos, l’ensemble de l’industrie maritime mondiale a transporté 10 milliards de tonnes de marchandises en 2014.
  • De nos jours, 25 % des ports concentrent 50 % des flux mondiaux. Parmi ces ports, 18 d’entre eux se situent en Asie et 14 appartiennent à la Chine. Cela montre bien que l’Asie est un des axes majeurs de la mondialisation. En effet, avec l’essor de nouvelles puissances économiques comme la chine ou l’inde, l’Asie pacifique est devenue le point central du commerce international.
  • De la même manière, une vingtaine d’états possèdent 80 % de la flotte mondiale. Cela entraîne donc une hiérarchisation des états, une dichotomie  entre ceux qui ne sont pas ouverts au trafic maritime mondial et ceux qui le sont. De plus, les principales routes maritimes relient les principaux espaces intégrés à la mondialisation. En effet, Les façades maritimes de la Triade élargie sont liées entre elles par d’importantes voies maritimes. En comparaison, les pays pauvres et les pays qui n’ont pas de littoraux s’intègrent donc moins bien à la mondialisation.
  • Enfin, Il existe des points nodaux ou seuils, qui sont des passages essentiels au commerce maritime international. Il peut s’agir de passages naturels (Malacca, Ormuz) ou de canaux creusés par l’homme dans le but de faciliter le commerce (canal de panama et de Suez). Ces passages sont donc très stratégiques d’un point de vue commercial mais également d’un point de vue politique et militaire.

B) Un phénomène de littoralisation

  • La mondialisation entraîne une hausse du phénomène de littoralisation. La littoralisation se caractérise par une migration des populations vers les littoraux. En 2020, plus de 70 % de la population vivra à proximité immédiate des littoraux. Cette littoralisation participe également à la hiérarchisation des états dans la mesure ou les pays enclavés, sans littoraux, n’ont pas cet accès à la mondialisation.
  • Le dynamisme des littoraux permet d’associer les activités industrielles et les activités portuaires. Ainsi, les Zones industrialo-portuaires se développent de plus en plus dans les pays mondialisés. Les ZIP sont reliées à un hinterland ou arrière-pays, c'est-à-dire la région d’où proviennent les marchandises. Ces ZIP sont constitués de différents terminaux et d’une plateforme multimodale qui permet de passer les marchandises d’un moyen de transport à un autre.

Les marchandises transportées peuvent être : des matières premières comme le charbon ou le gaz, des produits semi-finis comme le pétrole, ou des produits manufacturés comme les téléphones portables. Toutes ces marchandises sont transportées grâce à des porte-conteneurs avec une grande capacité de stockage. Environ 5100 porte-conteneurs naviguent dans les océans pour effectuer les transports commerciaux

Par exemple, le port de Rotterdam est la zone industrialo-portuaire la plus grande d’Europe. En 2015, Rotterdam est le 8ème port en termes de trafic et traite plus de 444 millions de tonnes de marchandises.

  • On peut noter également que l’intérêt pour les littoraux concerne aussi le tourisme. Le phénomène de thalassotropisme, désigne l’attraction de populations par les littoraux et les espaces maritimes en général. En effet, les zones à forte affluence touristique comme la méditerranée, les Antilles ou les caraïbes jouissent de ce tourisme de masse afin de s’intégrer davantage à la mondialisation.

C) Des voies maritimes en constante évolution

  • Il est également possible que de nouvelles voies maritimes voient le jour dans les années à venir.
  • En effet, le réchauffement climatique pourrait créer de nouveaux passages au niveau des pôles.
  • En plus de créer de nouvelles voies commerciales, la fonte de la calotte polaire permettrait l’accès à de nouvelles sources de matières premières comme les minerais et les hydrocarbures.
  • Le pole nord est déjà le lieu de conflits entre le Canada, la Russie et le Danemark -qui possède le Groenland. Chacun revendique la dorsale de Lomonossov afin d’en détenir des Zones économiques exclusives associées.

Schéma : De nouvelles voies maritimes en Arctique : une source de tensions.

II) Des espaces aux ressources convoitées

A) Les ressources énergétiques et minérales

  • Les océans détiennent environ 1 tiers des réserves d’hydrocarbures, c’est-à-dire de charbon, de pétrole et de gaz naturel. Les gisements de pétrole dit « offshore » représentent déjà le tiers de la production mondiale de pétrole.
  • Les plateformes pétrolières sont détenues par des grandes compagnies pétrolières qui s’emploient à forer les fonds marins dans l’espoir de trouver de nouveaux gisements. Cependant, ces plateformes posent des problèmes de sécurité : explosion de la plateforme Deepwater horizon.
  • Le plancher océanique recèle 84 % des réserves de minerais, comme par exemple les nodules polymétalliques. On peut également trouver des terres rares dans certains fonds marins de l’océan Pacifique.
  • L’exploitation de ces ressources peut faire l’objet de conflits entre les états. Par exemple, la Russie, le Danemark et le Canada débattent pour s’approprier les eaux arctiques. Et pour cause : l’océan arctique regorge de richesses. D'après des estimations de l'Institut Français du Pétrole, ces fonds océaniques renfermeraient pas moins de 80 000 milliards de mètres cubes de gaz et 200 milliards de barils de pétrole.

B) Les ressources halieutiques : la pêche

  • La gestion halieutique se définie comme « la science de l'exploitation des ressources vivantes aquatiques ».
  • En 2017, la production halieutique mondiale a atteint une valeur record d’environ 171 millions de tonnes soit 5400 Kg de poissons pêchés chaque seconde.
  • Selo la FAO, près de 3 milliards de personnes ont la pêche comme principale source d’alimentation. Les ressources « halieutiques » sont donc essentielles à l’alimentation des certaines populations.
  • Il existe des solutions alternatives : l’aquaculture. Cela pose des problèmes de rendements et des problèmes éthiques (Cannibalisme, taux de plomb anormal, maladies sur les saumons…).
  • Les principales zones de pêche sont concentrées dans le Pacifique et l’Atlantique Nord, au large de la côte ouest de l’Amérique et au nord-ouest de l’Europe.
  • La pêche illégale et non réglementée représente entre 11 et 26 millions de tonnes, soit 12 à 28 % de la pêche dans le monde. La pêche illégale participe ainsi à la mondialisation grise.
  • Le problème se pose de la surpêche : selon WWF, près de 30 % des stocks halieutiques pêchés commercialement sont surexploités. En effet, au cours des 40 dernières années, les populations d’espèces marines ont enregistré un déclin de 39 %. À cause de cela, des espèces en voie de disparition sont gravement menacées.
  • C’est le cas de la pêche de la baleine au japon. En effet, Tokyo a annoncé le 26 décembre 2018 son retrait de la Commission baleinière internationale.

C) L’appropriation des espaces maritimes

  • Depuis toujours, l’appropriation des espaces maritimes est source de tensions entre les états. Pour éviter de possibles conflits, la conférence de Montenego Bay en 1982 a permise de créer le CNUDM : Convention des Nations Unies sur le droit de la mer.
  • Cette conférence de Montego Bay a créé un nouveau droit maritime. Les espaces maritimes sont donc découpés en six zones. On trouve par exemple la Zone de haute mer où la liberté de circulation est assurée, la zone internationale des fonds marins mais également les ZEE (zones économiques exclusives). En outre, les détroits sont des zones de libre circulation.
  • Une zone économique exclusive est un espace maritime qui s'étend au-delà de la mer territoriale dans lequel un Etat côtier dispose de droits souverains et a juridiction.
  • Les ZEE ont un intérêt pour les ressources halieutiques, pour le forage d’hydrocarbures ou pour la prospection minière.
  • Même des îles minuscules peuvent être sources de conflits entre les états. En effet, les états veulent s’approprier la zone économique exclusive autour de ces îles.

III) Des espaces sous tension

...

Télécharger au format  txt (12.9 Kb)   pdf (80.6 Kb)   docx (15.2 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com