LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Croissance et crise en europe occidentale

Dissertation : Croissance et crise en europe occidentale. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  18 Octobre 2015  •  Dissertation  •  1 454 Mots (6 Pages)  •  797 Vues

Page 1 sur 6

Croissance et crise en Europe occidentale (1896 à 1973)

Durant la période s’étendant de 1896 à 1973, l’Europe occidentale connait globalement une croissance, mesurée par l’augmentation du PIB ou du PIB par habitant, de l’ordre de 2% par an. Mais cette croissance n’est pas régulière et les phases de fortes croissances alternent avec des phases de ralentissement, voir de stagnation pour certains pays. Dans la suite de ce document nous allons nous interroger sur les causes de cette alternance entre forte et faible croissance en Europe Occidentale. Dans une première partie nous nous intéresserons à la période de prospérité allant de 1896 à 1929, toutefois interrompue par la première guerre mondiale (1914-1918). Dans une deuxième partie nous parlerons de la crise profonde qui a touché les pays européens entre 1929 et 1945 (fin de la seconde guerre mondiale). Puis dans une troisième partie la période de croissance exceptionnelle de l’Europe entre 1945 et 1973 sera analysée.

La période s’étendant entre 1896 et 1929 est une période de prospérité toutefois interrompue par la première guerre mondiale. De 1896 à 1913, dans la période dite de la « belle époque » en France, l’Europe reste la plus grande puissance mondiale (42% du PNB mondial) et la croissance est très forte avec, par exemple, un taux de croissance en France de 4 à 5% par an de 1907 à 1913. Cette croissance est largement liée à ce qu’on appelle la deuxième phase d’industrialisation (dite aussi deuxième révolution industrielle) qui a lieu sous l’effet des progrès scientifiques et technologiques (électricité, pétrole, développement considérable de la fabrication de l’acier, invention du moteur à explosion, …) qui, associés à la rationalisation du travail (travail à la chaîne, mécanisation, ..), permettent le développement d’industrie comme la chimie, l’électrochimie, les constructions mécaniques complexes (automobile, aviation, …). Une première « mondialisation » s’affirme, caractérisée par d’importants flux migratoires, commerciaux et financiers.

La guerre (1914-1918) vient interrompre la forte période de croissance. Pendant quatre ans les états belligérants de la première guerre mondiale mobilisent sur « l’effort de guerre » leurs habitants, l’industrie, la finance pour mener la guerre. A la sortie de celle-ci, l’Europe est partiellement ruinée au plan matériel. Les Etats-Unis qui ont largement contribué à la victoire de l’Entente, définissent quasiment seuls les termes du traité de paix, la suprématie de l’Europe sur le monde s’achève au profit de celle des Etats-Unis.

Les années 20 (dites « les années folles » en France), marquent le retour à la prospérité de l’Europe occidentale grâce à l’aide financière des Etats- Unis (7 milliards de dollars entre 1919 et 1920 contre l’achat de produits américains) qui permet le redémarrage de l’activité économique. Malgré quelques difficultés liés à des politiques financières différentes des pays européens, la croissance dans cette période reste assez élevée même si on observe des différences notables entre pays) (par exemple 7,7% en France entre 1921 et 1929, 5,7% en Allemagne de 1925 à 1928, 2,8% seulement au Royaume-Uni). Toutefois, le taux de chômage faible en France, n’est jamais inférieur à 7% en Allemagne et à 9% de la population active en Angleterre.

Mais dans les années 30, l’Europe occidentale, liée au système capitaliste mondial, connait une crise extrêmement profonde. La crise éclate le 24 octobre 1929 avec le krach de Wall Street, la bourse de New-York : c’est le fameux « Jeudi noir » où la bourse perd 10 % en une seule journée, chute qui se poursuit dans les jours qui suivent entraînant une crise financière aux Etats Unis, crise qui se transmet rapidement à l’ensemble de l’économie européenne. En effet, l’établissement du « triangle financier » est à l’époque un élément clé du bon fonctionnement de l’économie européenne : les banques américaines prêtent de l’argent à l’Allemagne qui ainsi peut rembourser ce qu’elle doit à la France à titre de réparation des dommages de guerre, France qui peut elle-même rembourser ses dettes de guerre aux Etats-Unis. Si l’on ajoute à cela que le déficit du commerce européen est aussi compensé par d’autres prêts américains, on comprend que tout l’équilibre économique repose sur un flux constant d’argent entre les Etats-Unis et l’Europe et qu’à partir du moment où les Etats-Unis en crise retirent leurs capitaux placés à l'étranger, la situation de l’Europe, et en particulier de l’Allemagne, devient critique.

Des banques autrichiennes et allemandes font

...

Télécharger au format  txt (9.4 Kb)   pdf (108.3 Kb)   docx (11.6 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com