LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse de document en Histoire : « Carte de l’Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale »

Commentaire d'oeuvre : Analyse de document en Histoire : « Carte de l’Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ». Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  10 Mars 2021  •  Commentaire d'oeuvre  •  1 893 Mots (8 Pages)  •  328 Vues

Page 1 sur 8

Analyse de document en Histoire :

« Carte de l’Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale »

La Seconde Guerre mondiale prend fin en Europe, avec la capitulation allemande, le 8 mai 1945. Le monde sort alors épuisé par quatre ans de guerre et aspire à la construction d’un nouvel ordre international. Entre volonté de rompre avec le passé et d’assurer la paix, l’Europe subit alors de nombreux changements.

Afin de mieux comprendre la situation de l’Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous allons étudier une carte de ce continent datant de 1947. Sur cette carte, l’Europe semble séparée en deux par un « rideau de fer », séparant d’une part la zone d’occupation occidentale (Américains, Français et Britanniques) et d’autre part, la zone d’occupation soviétique (URSS et pays contrôlés par l’armée rouge). Deux évènements décisifs sont également cités : les accords de Yalta et le procès de Nuremberg.

Alors comment cette carte de l’Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale détermine-t-elle l’avenir de ce continent dès 1947 ?

Tout d’abord, nous présenterons dans une première partie le contexte historique que cette carte résume tout en spécifiant quel sort est réservé à l’Allemagne et à l’Autriche après leur défaite. Puis, nous indiquerons quel est le rôle des deux grands évènements mentionnés sur la carte dans la préparation de l’avenir de l’Europe. Enfin, dans une dernière partie, nous verrons la place nouvelle que tient l’URSS en Europe et ses conséquences à court et à long terme.

Tout d’abord, il convient de présenter le contexte historique que cette carte résume.

La carte étudiée représente le continent européen au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Cette guerre laisse derrière elle une Europe anéantie. En effet, les séquelles sont tout d’abord morales avec la révélation des atrocités perpétuées durant la guerre, qui, ajoutée à l’utilisation de l’arme nucléaire en août 1945 à Hiroshima et Nagasaki, fait prendre conscience à l’homme des dangers de son pouvoir de destruction. Les pertes humaines sont également nombreuses avec plus de 50 millions de victimes dont la moitié est constituée de civils en raison du bombardement de villes et de la politique d’extermination des nazis. Les pays les plus touchés sont l’URSS avec 20 millions de morts et l’Allemagne avec sept millions. Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont également entre 300 000 et 600 000 morts, sans compter les millions de blessés. D’autre part, les séquelles démographiques (déficit de naissances et surmortalité) sont importantes, même si elles sont en partie compensées par le « baby-boom » de l’après-guerre. Quant aux transferts de population opérés par les nazis et les soviétiques, ils ont touché des millions de personnes. Par ailleurs, les dévastations matérielles sont énormes. Les pays les plus meurtris sont l’URSS, l’Allemagne et le Japon dont les réseaux de communication sont les plus touchés. Les villes de l’Europe en guerre sont désormais de véritables champs de ruines (Stalingrad, Dresde...). Les pays européens en appellent donc à l’aide américaine.

La fin de la Seconde Guerre mondiale marque également le début d’une restructuration de l’Europe. En effet, comme nous pouvons l’observer sur la carte, le tracé des frontières des États est entièrement revu par les Alliés (Truman, le Président des États-Unis, Attlee, le premier ministre britannique et Staline, le maître de l’URSS) lors de certaines conférences comme celle de Yalta en février 1945. Des procès sont également organisés pour juger les crimes de guerre comme le procès de Nuremberg qui se tient de novembre 1945 à octobre 1946. Le contexte de cette carte est donc celui d’une victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie et du remodelage de l’Europe qui en découle. De plus, la modification des frontières entraîne d’importants déplacements de populations, certains pays annexent des territoires et les pays vaincus ne sont plus maîtres de leur sort mais soumis aux vainqueurs qui découpent leur territoire en zones d’occupation militaire.

Par ailleurs, nous pouvons observer à travers cette carte les conséquences de la défaite de l’Allemagne et l’Autriche sur leur place dans la future Europe. En effet, l’Autriche, annexée en 1938 par le Reich est liée durant la guerre à l’Allemagne nazie. Ainsi, à la fin de la guerre, le même sort est réservé à ces deux pays : ils n’existent plus en tant qu’États indépendants et ne sont donc plus maîtres de leur destin politique. Dans l’attente de leur statut futur, l’Allemagne et l’Autriche sont découpés en quatre zones d’occupation militaire, gérées par les Vainqueurs de la guerre. En ce qui concerne l’Allemagne, la France décide d’occuper la zone la plus proche de la frontière franco-allemande, les britanniques choisit la zone la plus au nord, les américains la zone la plus au sud et les soviétiques celle la plus à l’est. La ville de Berlin, ancienne capitale du Reich, est soumise au même découpage quadripartite et dépend de l’autorité conjointe des Alliés.

Après avoir étudié le contexte de cette carte et le découpage des pays vaincus lors de la Seconde Guerre mondiale, il s’agit désormais d’indiquer le rôle des deux grands évènements mentionnés sur la carte dans la préparation de l’Europe : à savoir, les accords de Yalta et le procès de Nuremberg.

Premièrement, la conférence de Yalta prend place en février 1945 sur la presqu’île soviétique de Crimée. Les Trois Grands (Roosevelt, Churchill et Staline) sont alors réunis pour débattre sur l’avenir de l’Europe au lendemain de la victoire. Même si à cette date, la guerre n’est pas finie, les troupes soviétiques approchent de Berlin et la victoire des Alliés est considérée comme acquise. Durant cette conférence, les Trois Grands s’accordent alors sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et sur la reconstruction d’une Europe dénazifiée. Ils décident également que les criminels de guerre doivent être jugés et qu’une

...

Télécharger au format  txt (12.4 Kb)   pdf (49.3 Kb)   docx (11.9 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com