LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les différents alcools et la conséquence de cette consommation

Dissertation : Les différents alcools et la conséquence de cette consommation. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  3 Janvier 2013  •  2 122 Mots (9 Pages)  •  3 463 Vues

Page 1 sur 9

Introduction :

Indiscutablement l’alcoolo-dépendance est un phénomène de société. Véritable problème de santé publique il ne concerne pas une population type : de l’adolescence au grand âge, du plus pauvre au plus aisé, l’alcoolisme touche et implique bien plus de personnes que l’on ne croit. Imprévisible et longtemps dissimulé, le fléau demeure encore tabou de nos jours. Il revêt différentes formes allant de la prise d’alcool occasionnelle à la chronicité, il peut être volontaire ou subit mais entraîne invariablement des conséquences qui peuvent être lourdes pour soi-même et autrui.

Consommer occasionnellement et avec modération, l’alcool peut être source de plaisir. Consommer régulièrement et avec excès génère un véritable paradoxe : un sentiment de liberté procuré par la prise d’alcool et une perte de liberté face à une consommation qui devient alors indispensable.

Au cours de notre travail nous décrirons les différents types d’alcoolisme, leurs origines et leurs conséquences. Chaque type d’alcoolisation a des conséquences communes et d’autres qui leurs sont propres. (Écrites en bleu)

I. Alcoolisme aigu ou intoxication éthylique aigu: L'ivresse alcoolique.

A. Définition :

Le terme d'ivresse alcoolique, sert à désigner un état d'excitation psychomotrice, due à une absorption exagérée de vin ou d'une autre boisson alcoolisée, fermentée ou distillée. Elle est donc une manifestation d'intoxication alcoolique aiguë. A ce stade, la personne est en état de désinhibition, d'euphorie avec labilité émotionnelle (changement), agressivité, logorrhée, familiarité excessive. La vitesse à laquelle apparaissent les symptômes dépend du nombre de verres d'alcool absorbés et de la corpulence du buveur.

Une ingestion massive peut entrainer un coma toxique, une exposition à des risques, une hypoglycémie secondaire.

B. Etiologies :

Facteurs externes :

Facteurs économiques :

- Plus les revenus de ménages augmentent, plus la consommation de bière, de vins de qualité et des alcools forts augmentent.

- Quand la densité d'occupation des logements augmente, la consommation d'alcool augmente également.

Facteurs professionnels et familiaux :

- Pénibilité au travail,

- Personnes qui ont un contact avec le public (serveurs, restaurateurs, facteurs..),

- Les professions agricoles, les marins, dans le bâtiment et les travaux publics,

- La retraite (rupture de l'activité du jour au lendemain),

- Familiale : problème dans le couple, avec les enfants, difficultés financières, facteurs environnementaux (famille festive).

Facteurs individuels :

Facteurs psychologiques :

- Mal être,

- Manque de confiance en soi,

- Dépression et angoisse (pathologie associée).

Facteurs physiologiques :

- Le sexe, les femmes sont plus vulnérables que les hommes et les complications surviennent plus rapidement pour des quantités d'alcool moindre.

- Le poids, l'alcoolémie dépend du poids.

- L'âge, plus l'âge d'alcoolisation est précoce plus le risque de devenir alcoolique est important.

Facteurs génétiques : Il existe une transmission héréditaire de l'alcoolisme.

C. Conséquences

Conséquences physiques :

- Présence d'un syndrome cérébelleux (lésion au niveau du cervelet),

- Troubles de la vision et de la vigilance majeure allant de la torpeur à la somnolence.

- Diminution des réflexes.

- Troubles moteurs : incoordination des mouvements, de la parole (logorrhée).

- L’alcool rend plus vulnérable aux maladies.

Conséquences psychologiques :

- Ralentissement de la réflexion.

- Une modification de l'humeur sur un mode expansif (insouciance, euphorie) ou un mode dépressif (tristesse exagérée).

- Une modification du comportement avec levée d'inhibition (propos et gestes inconsidérés : provocation, insolence, violence, une désorientation temporo-spatiale).

Conséquences sociales et familiales :

- Difficultés relationnelles au travail et à effectuer des tâches.

- Absentéisme.

- Risques accrus d'accidents du travail.

- Diminution des capacités professionnelles performances motrices, cognitives ou de jugement.

- Risques accrus d'accidents de la route.

- Dysfonctionnement familiaux (violences, disputes conjugales et séparations).

- Risques accrus d'accidents domestiques.

II. Alcoolisme chronique

A. Définition :

L’alcoolisme chronique se définit comme une consommation nocive d’alcool entrainant des dommages physiques, psycho-sociaux ou affectifs ou comme une véritable addiction à l’alcool (perte de liberté vis-à-vis de la consommation d’alcool). Comme toute addiction, il engendre une dépendance physique, psychologique et un phénomène de tolérance (la personne augmente les quantités pour ressentir les mêmes effets.

B. Étiologie :

La

...

Télécharger au format  txt (17 Kb)   pdf (252.6 Kb)   docx (17.6 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com