LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le rôle de la Banque centrale européenne dans la crise financière

Dissertations Gratuits : Le rôle de la Banque centrale européenne dans la crise financière. Recherche parmi 242 000+ dissertations

Par   •  17 Décembre 2012  •  1 393 Mots (6 Pages)  •  466 Vues

Page 1 sur 6

Le rôle de la Banque centrale européenne dans la crise financière.

Introduction.

« La Banque Centrale Européenne est « l’alternative principale » pour lutter contre la contagion de la crise de la dette en zone euro », ces propos tenus par Pier Carlo Padoan, secrétaire général adjoint de l’Organisation de coopération et de développement économiques, témoigne du rôle accru conféré à cette institution en période de crise financière.

Le transfert de la politique monétaire au niveau de la Communauté européenne a nécessité des modifications substantielles du cadre européen régissant l’activité de banque centrale. La création d’une nouvelle organisation monétaire supranationale, la Banque centrale européenne (BCE), et l’intégration des banques centrales nationales (BCN) dans un système européen de banques centrales (le SEBC) et son sous-ensemble, l’Eurosystème, illustrent le passage au stade supranational de l’activité de banque centrale en Europe.

La banque centrale européenne qui succède à l’IME (Institut monétaire européen), siège à Francfort depuis le 1er juin 1998. Chargée en tant qu’organisation spécialisée et indépendante de la conduite de la politique monétaire et de l’exécution des fonctions qui y sont liées, la BCE a été dotée d’une personnalité juridique propre et dispose d’organes et de pouvoirs de décision propres. Cette institution s’inscrit dans la coordination des politiques économiques des Etats membres et dans les mécanismes destinés à assurer la stabilité monétaire au sein de l’Union Européenne. En effet, aux termes de l’article 105 du Traité de Maastricht, la mission principale de la Banque Centrale Européenne est de maintenir la stabilité monétaire à moyen terme. En l’absence de définition précise de la notion de « stabilité monétaire » dans le traité, le Conseil des gouverneurs de la BCE a adopté dès 1998 sa propre référence en indiquant que « la stabilité des prix est définie comme une progression sur un an de l’indice des prix à la consommation harmonisé inférieure à 2 % dans la zone euro. La stabilité des prix doit être maintenue à moyen terme». Le Conseil des gouverneurs a confirmé cette définition en mai 2003 après une évaluation approfondie de la stratégie de politique monétaire de la BCE. À cette occasion, il a précisé que, « dans le cadre de la poursuite de la stabilité des prix, il visait à maintenir les taux d’inflation à des niveaux inférieurs à, mais proches de 2 % à moyen terme ».

La BCE utilise un cadre analytique bipolaire (les deux « piliers ») comme fondement de son approche en termes d’organisation, d’évaluation et de recoupement des informations pertinentes pour l’évaluation des risques pesant sur la stabilité des prix. Ainsi, en premier lieu, elle effectue une « analyse monétaire », c’est-à-dire qu’elle étudie l’évolution des agrégats monétaires

dans une perspective de contrôle direct de la masse monétaire. En second lieu, dans le cadre d’une analyse économique, elle suit l’évolution de certains indicateurs économiques et financiers tels que les salaires, les prix des matières premières, les taux de change, la confiance des consommateurs et des entreprises.

La propagation de la crise financière mondiale qui s’est déclenchée à l’été 2007 et sa contamination à l’économie réelle ont contraint à une intervention renforcée de la Banque centrale européenne sur le marché de la dette. En effet, la rapide dégradation des bilans des banques menaçait de conduire à un apurement par restriction des conditions de crédit, sinon à des crises de solvabilité. Dans la mesure où les banques ne voulaient plus prêter aux ménages ni aux entreprises, le recours par la Banque centrale européenne à des instruments de politique monétaire dits « non conventionnels » est alors apparu nécessaire, ainsi que le soutien d’une politique budgétaire énergique.

Face à la crise qui met à l’épreuve la solidité de la zone euro, la BCE a su déployer son action en mettant en œuvre des mesures non conventionnelles baptisées « politique de soutien renforcé du crédit » pour compléter son arsenal de politique monétaire classique face à la crise. L’action de la banque centrale européenne demeure néanmoins controversée sur différents points.

Quel est le rôle de la Banque centrale européenne dans la crise financière ? Son intervention est-elle suffisante pour enrayer la crise ? Les nombreuses critiques portées à l’égard de son action hypothèquent-elles une réforme institutionnelle ?

Si l’intervention de la Banque centrale européenne sur le marché de la dette est destinée à enrayer la crise financière

...

Télécharger au format  txt (9.3 Kb)   pdf (181.5 Kb)   docx (11.3 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com