LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Fiche de lecture Laurent Dousset

Fiche de lecture : Fiche de lecture Laurent Dousset. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  22 Mars 2019  •  Fiche de lecture  •  622 Mots (3 Pages)  •  161 Vues

Page 1 sur 3

FICHE DE LECTURE- Laurent DOUSSET, Que reste-t-il du social  quand on ne chasse plus? Les Ngaatjatjarra du Désert de l'Ouest australien
Laurent Dousset est un anthropologue français. Il est spécialiste des sociétés aborigènes d'Australie et du Vanuatu. Il a travaillé des sociétés du Désert de l'Ouest, notamment Les Ngaatjatjarra. Ils sont une communauté de chasseurs-cueilleurs, caractérisé par leur manière de vivre. Ils ne consomment que ce qu'ils récoltent. Ils vivent des ressources de la nature aux alentours de leurs terres, et leur consommation n'est pas excessive: il ne stocke pas, c'est-à-dire qu'il ne consomment pas plus que ce dont ils ont besoin. Leur mode de vie est considéré comme ancien et ils sont considérés comme une société primitive qui n'évolue pas. Laurent Dousset à travers ce texte va s'interroger sur la question de la transformation sociale, grâce aux apports techniques, des aides financières et logistiques des institutions occidentales. Si les Ngaatjatjarra ne cueille et ne chasse plus sont-ils devenus une autre société? Leur changement de mode de vie fait-il d'eux une société différente? Dans la première partie, l'auteur décrit la communauté, ensuite il dépeint l'organisation sociale  puis il explique l'évolution de leur situation (les nouvelles formes de chasses et de collecte).
*sporadique: qui se produit de manière irrégulière,  décrit ici une activité de loisirs.
* idiosyncrasie: manière d'être propre à un individu.
* taxinomie: science qui consiste à la classification des êtres vivants.
Qui sont les Ngaatjatjarra du Désert de l'Ouest?
Les Ngaatjatjarra du Désert sont une tribus australiennes qui n'a eu de contact avec l'Occident que très tardivement. Ils s'identifient par rapport aux autres groupes dialectaux par leurs appellations. Le nom Ngaatjatjarra est composé de ngadja qui signifie "ceci" et tjarra qui signifie "avec". L'importance de ces appellations est probablement  lié  au contact avec l'Occident, pour des raisons de recensement et de conduites à tenir envers les Aborigènes.  Autrefois, ces communautés s'identifient par rapport aux terres auxquels ils se considéraient étroitement liés par la naissance, la descendance ou la résidence.
Description de l'organisation sociale
Les Ngaatjatjarra étaient des chasseurs-cueilleurs nomades. Leur collecte provenaient des végétaux et petits espèces animales tels que le varan et le le lézard à la langue bleue, ou encore les larves et les fourmis et de la chasse aux gros gibiers telles que le kangourous, l'euro, et l'émeu . Les tâches et outils étaient sexuellement divisées: les femmes cueillaient les végétaux, collectaient les insectes et reptiles, chassaient le petit gibier et par la suite faisaient la distribution au sein du groupe. Elles disposaient pour ces taches d'outils exclusivement féminins comme le baton à fuir, les pierres à moudre et le pilon. Les hommes quant à eux chassaient le gros gibier et avient pour outils la lance, le propulseur, moins utilisé le boomerang et des récipients pareil que ceux des femmes. Ils avaient également des armes de combat: lance de guerre et bouclier.
Evolution sociale de leur situation
Après les années soixantes, les Ngaatjatjarra ont changé leur manière de vivre. Ils ont abandonnés leur vie de nomade et ont remplacé leurs outils traditionnels de chasse et de cueillette par des outils modernes (silex en lames, bols en bois en casseroles, bâtons à fouir en barres de métal). Ils ne pratiquent plus la chasse et la cueillette que de manière sporadique. Ils entrent dans l'économie marchande australienne. Ces activités traditionnelles sont remplacés par des ressources monétaires nouvelles telles que les allocations et pensions de retraites dont ils bénéficient depuis le référendum de 1967. De nos jours, les Ngaatjatjarra fabriquent toujours ces objets traditionnels originaux qui leur permettaient de chasser et cueillir. Mais elle n'a plus pour but la chasse et la cueillette mais seulement la vente. Cette communauté continue de véhiculer cette image d'une société primitive et itinérante par la vente aux touristes.


...

Télécharger au format  txt (4.1 Kb)   pdf (32.9 Kb)   docx (7.8 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com