LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La médecine Aujourd'hui

Mémoires Gratuits : La médecine Aujourd'hui. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  16 Octobre 2012  •  804 Mots (4 Pages)  •  534 Vues

Page 1 sur 4

I] L’attrait des professions médicales :

Evolution de la figure du médecin au fil des siècles :

Le prêtre / médecins : Sumer, Egypte Ancienne, Haute Antiquité (Asclépiades (d’Asclépios = dieu de la médecine)).

Les pionniers de la médecine clinique : Hippocrate, Galien. On parle désormais de la médecine de l’observation des signes et des symptômes. C’est la désacralisation de la médecine divinatoire.

Issue d’une fonction sacerdotale, les médecins conservent un certain prestige.

La condition des médecins dans le monde romain : Les médecins sont associés au monde oriental, elle devient un art mineur. On observe un déclin du prestige d’être médecin.

De l’occident médiéval à la Renaissance : ascèse et pauvreté (Rabelais) Les gens pratiquant la médecine deviennent les gens « pauvre ». / scolastique = redécouverte des anciens auteurs grecs, latins… (Vésale a osé remettre en cause les pensées et découvertes de Galien). La scolastique présent rapidement un défaut : l’impossibilité de remettre en cause les dogmes de l’écriture sainte. A partir du 12ème siècle, l’occident se rend compte de son retard par rapport au monde oriental pendant les croisades.

17ème et 18ème siècle : les médecins de Molière. On parle de médecine totalement inefficace et moquée par les grands intellectuels du temps.

19ème et 20ème siècle : Emergence de la médecine scientifique, affirmation du pouvoir médical, techno-science, anthropotechnie.

Les fantasme modernes : Grey’s anatomy, D. House….

De nos jours, cela reste un métier encore prestigieux, une profession de relation intime, cruciale avec le malade, d’aide, humaniste et humanitaire. La médecine est une profession scientifique, de recherche. Il s’agit d’un emploi sûr, d’une situation sociale enviable, très diversifié : hospitalière, libérale, universitaire, recherche, industrie, administration, politique…).

Au niveau démographique, nous sommes dans une période faste, avec beaucoup de médecins, cependant on prévoit une pénurie pour 2025, ce qui revaloriserait la profession.

II] Paradoxe du pouvoir médicale :

Il y a une toute puissance de la science biomédicale (après une opération, le patient est totalement dépendant du médecin). Il y a donc une normativité médicale, aidée par une certaine médiatisation.

Il y a une sorte d’illusion dans la protection de la médecine, lorsqu’on veut annuler tous les risques lors d’une pandémie ou grippe… Il y a aussi une certaine croyance d’immortalité due à la chirurgie…

Il y a un risque de dérive technoscientifique : re-manipulation des gènes…

Affaires : « sang contaminé » avec le sida, hormones de croissance prélevées sur des cadavres malades…

Certaine peur du progrès : des nazis étaient médecins.

Mercantilisme : relations douteuses avec l’industrie pharmaceutique avec des « conflits d’intérêts

...

Télécharger au format  txt (5.6 Kb)   pdf (83.2 Kb)   docx (10.6 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com