LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

UE 6.1 Fiche De Lecture

Documents Gratuits : UE 6.1 Fiche De Lecture. Recherche parmi 248 000+ dissertations

Par   •  15 Mai 2015  •  1 459 Mots (6 Pages)  •  3 367 Vues

Page 1 sur 6

Ce document est la fiche de lecture de l’extrait de Perspective soignante, extrait d’une revue qui nous a été donné en cours à l’IFSI.

Cette fiche de lecture a été réalisée le 8 décembre 2014.

ÉTUDE DE L’AUTEUR Références de l’ouvrage

DELAGE, Michel - Éthique et bientraitance dans la pratique de soin chez le malade Alzheimer et sa famille - Perspective soignante, décembre 2013, n°48, p6-31.

Biographie de l’auteur

Michel DELAGE est un psychiatre et un ancien chef de service de l’hôpital d’instruction des Armées à Toulon, Sainte Anne. Actuellement, il exerce une activité de consultant familial dans ce même hôpital en tant que thérapeute familial.

Il a participé à l’écriture de :

 Famille et Résilience, 2010.

Et a écrit :

 Vie des émotions et attachement dans la famille, 2013.

 Lien familial, lien social, 2013.

 La résilience familiale, 2008.

ÉTUDE DE L’OUVRAGE Genre littéraire

Un essai est une réflexion sur un ou plusieurs sujets exposés selon le point de vue de l’auteur. L’éthique est un principe de bonne conduite pour le respect et la dignité de l’humain. Cet ouvrage est donc un essai portant sur l’éthique.

Thème général

L’ensemble du texte est en rapport avec l’accompagnement du malade Alzheimer.

Mots clés

Alzheimer, Accompagnement, Communication non verbale, Reconnaissance, Triangle de soin, Bientraitance, Famille, Éthique de soin, Émotion.

Concepts

On peut identifier plusieurs concepts dans cet ouvrage :

• Reconnaissance : L’auteur évoque le besoin d’une triple reconnaissance, le sentiment d’être aimé, d’avoir une place dans la société et d’avoir des droits. Lorsque ces reconnaissances sont acquises cela apporte à la personne de l’estime de soi, sinon l’être est en état de souffrance. « L’estime de soi passe toujours par l’estime de l’autre. » (page 14) Lorsque l’on estime une personne c’est qu’on la reconnaît se apporte du bien être à la personne.

• Communication non verbale : La maladie d’Alzheimer est un frein à la communication dite normale. De part ses troubles cognitifs, la relation avec le patient est rendue asymétrique. Cette communication non verbale, qui est une interaction tardive, se créée par l’intermédiaire du soignant qui installe un climat se sécurité et de part les proches du malade, ceux ci étant les plus apte à comprendre le patient. « Dans ces interactions, la communication non verbale tend à prévaloir, et cela rend nécessaire un travail de décodage. » (page 18).

• Empathie : La maladie nécessite la capacité à comprendre le patient dans ses états et d’anticiper se qu’elle ne peut pas exprimer. L’empathie a donc une place très importante dans la prise en charge du malade Alzheimer. « Il est question d’une empathie à son niveau le plus élevée, c’est à dire d’une empathie secondarisée par des processus cognitifs, ceux là mêmes qui permettent de se sentir séparé, distinct et différencié d’une personne dont en même temps on est en capacité de comprendre les états mentaux, c’est à dire ce qu’elle éprouve et ce qu’elle pense. » (page 10).

• Stimulation : Il est nécessaire dans cette maladie de maintenir l’état cognitif des patients. « Il s’agit de leur proposer des possibilités d’être d’avantage acteurs de leur vie. » (page 24). Une stimulation peut permettre au patient de retrouver certains souvenirs inconsciemment et donc de lui apporter du bien être.

• Interpersonnel : Cette maladie ne touche pas que le patient elle touche tout son entourage. Le patient perd ses repères tandis que son entourage ne le reconnaît plus. Il y a une déchirure de l’espace interpersonnel. « Nous sommes en effet en présence d’une maladie qui détruit progressivement les capacités d’une personne et les liens entre les personnes qui vivent ensembles. » (page 7).

Idées essentielles

La maladie d’Alzheimer est définie comme une maladie relationnelle qui engage tout l’entourage du patient. La maladie provoque une déchirure interpersonnelle et nécessite une forte empathie. La communication non verbale, la compréhension des interactions tardives, le travail sur les émotions et le regard sont alors nécessaires pour permettre que le patient se sente reconnu. Le triangle de soin se composant du soignant, de l’accompagnant et du patient est mis en avant dans la démarche de soin.

ANALYSE CRITIQUE Intérêt professionnel

Cet ouvrage me sera très utile dans ma pratique professionnelle.

L’approche faite du relationnel est pertinente et peut être appliquée dans d’autres cas que la maladie d’Alzheimer. L’empathie dont parle l’auteur fait écho à la compétence 3 de la formation infirmier. On retrouve l’aidant naturel qui a une grande importance dans la prise en charge d’une maladie, il aide autant le patient que le soignant dans la prise en charge du malade. Grâce à ce document,

...

Télécharger au format  txt (10.4 Kb)   pdf (123.4 Kb)   docx (12.2 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com