LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse De Situation de Mme H atteinte de tétraparésie spastique

Rapports de Stage : Analyse De Situation de Mme H atteinte de tétraparésie spastique. Recherche parmi 254 000+ dissertations

Par   •  16 Juin 2013  •  1 814 Mots (8 Pages)  •  791 Vues

Page 1 sur 8

Durant ce stage, j’ai pu rencontrer Mme H, âgée de 52 ans. Elle est hospitalisée dans ce service depuis son ouverture en Février 2009.

Elle est atteinte de tétraparésie spastique à cause d’une myélopathie cervico arthrosique (pathologie qui correspond à l'irritation de la moelle épinière suite au rétrécissement du canal médullaire). Du fait de cette maladie, Mme H est incontinente urinaire. Elle est porteuse d’une sonde vésicale à demeure. Elle est également porteuse de bactéries multi résistante urinaires (escherichia coli et morganella morgani).

Elle a également pour antécédent un ictère nucléaire néonatal dont elle a pour séquelle une surdité ainsi qu’une dysarthrie.

Le 25 octobre dernier, je travaille du matin (8h-15h30), je prends en soins Mme H. En fin de matinée, alors qu’elle se trouve dans la salle à manger, elle se plaint de fuites urinaires auprès d’une aide- soignante du service. Cette dernière vient nous (l’infirmière et moi) alerter. Nous demandons donc à Mme H de retourner dans sa chambre. Mme H étant porteuse de BMR avant d’entrer dans sa chambre nous nous équipons d’un tablier et de gants à usage unique. Mme H est installée dans son fauteuil roulant électrique. L’infirmière dégrafe le pantalon de Mme H, passe sa main dans sa culotte pour constater si oui ou non Mme H a eu des fuites urinaires. Elle trouve que non, elle repositionne la sonde pensant que la sonde était peut être coudée, tout en l’expliquant à Mme H. Nous enlevons nos tabliers et nos gants et sortons de la chambre. Mme H sort également de sa chambre pour retourner en salle à manger pour le déjeuner. Une partie de l’équipe de l’après-midi arrive pour terminer d’aider les patients à prendre leurs repas. L’équipe du matin (dont je fais partie) part déjeuner à son tour.

Je reviens une demi-heure plus tard dans le service pour prendre l’ordinateur portable, l’amener dans la salle de réunion où vont se dérouler les transmissions orales entre l’équipe du matin et celle de l’après-midi. Je termine de valider mes soins de la matinée sur le logiciel quand une des aides-soignantes de l’après-midi vient nous avertir qu’elle et une autre de ses collègues viennent de recoucher Mme H car elle a eu des fuites urinaires. Elles ont effectué une toilette génitale hygiénique à Mme H et lui ont installé une alèse. Nous arrivons donc dans la chambre de Mme H. Je constate que la tubulure de sa sonde est pleine de dépôts et qu’elle a eu à nouveau des fuites urinaires. L’infirmière annonce à Mme H que nous allons devoir changer sa sonde vésicale. Nous ressortons de la chambre après avoir enlevé notre tablier et nos gants. L’infirmière, qui est également ma tutrice, me demande d’aller préparer le matériel nécessaire au changement de sonde urinaire. Je prends donc un chariot de soins qui a préalablement été nettoyé et désinfecté sur lequel je pose : 2 seringues de 10 ml, 1 aiguille de gros calibre (trocart), 2 paquets de 5 compresses stériles, 1 paire de gants stériles, 1 flacon de 10 ml d’eau pour préparation injectable, 1 flacon de 10 ml de chlorure de sodium , 1 sonde urinaire charrière 18 (adaptée à l’anatomie de Mme H) , 1 sac collecteur à urines stérile en sachant que dans la chambre se trouve 1 sac poubelle DASRI , un flacon de Dakin, des gants à usage unique non stériles, 1 flacon de solution hydro-alcoolique et un collecteur à aiguilles.

Avant de rentrer à nouveau dans la chambre de Mme H, ma tutrice me dit « allez hop tu te dépêches tu as 15min pour tout faire, mais avant explique moi tout ce que tu as pris comme matériel et comment tu vas effectuer ton soin ». Je sens la pression montée en moi. J’avais déjà effectué ce soin 5 fois auparavant dans ce service mais c’était la 1ère fois pour cette patiente et la 1ère fois également que ma tutrice m’accompagnait.

Nous rentrons dans la chambre, après avoir mis un tablier ainsi que des gants à usage unique non stériles. Je place sur mon chariot les éléments qui manquaient présents dans la chambre (gants non stériles, flacon de dakin, solution hydro alcoolique, sac poubelle DASRI. J’informe Mme H que je vais devoir changer sa sonde vésicale. Je m’installe à la droite de son lit. J’organise mon environnement. J’ouvre ma 1ère seringue de 10 ml et annonce à Mme H que je vais dégonfler le ballonnet pour retirer la sonde vésicale déjà en place. Mme H ne semble pas de bonne humeur, elle me dit de me dépêcher et répète « fuites pipi », du fait de sa dysarthrie j’ai du mal à comprendre ce qu’elle me dit, ma tutrice également. Mme H s’énerve de plus en plus en nous disant « tu comprends rien toi », ma tutrice me dit de me dépêcher. Tout cela me met la pression, je sens le stress monter, mes mains tremblent. Après avoir retiré la sonde urinaire et le tout dans le sac DASRI, je retire mes gants non stériles, effectue un lavage de mes mains avec la solution hydro-alcoolique, je prépare une seringue de 10ml d’eau ppi, jette mon aiguille dans le collecteur. Mes mains tremblent toujours, j’essaie de respirer calmement pour me déstresser, ma tutrice continue de me dire de me dépêcher car Mme H s’impatiente. J’ouvre mes 2 paquets de compresses stériles, je verse du dakin sur les compresses du 1er et de l’eau ppi sur l’autre. J’ouvre également le paquet contenant le sac collecteur d’urines stérile

...

Télécharger au format  txt (10.8 Kb)   pdf (115.5 Kb)   docx (11.9 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com