LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'intégrisme est-il une forme de racisme ?

Commentaires Composés : L'intégrisme est-il une forme de racisme ?. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  21 Janvier 2013  •  452 Mots (2 Pages)  •  643 Vues

Page 1 sur 2

L'intégrisme est-il une forme de racisme PTINTERO.gif (1122 octets)

Tout intégrisme est une forme de racisme dans la mesure où il se traduit par une attitude de rejet vis-à-vis d’une partie de la population qui n’est pas croyante ou qui adhère à une autre religion.

pipo3.gif (43 octets)

L’intégrisme peut se définir comme « une aspiration à résoudre au moyen de la religion tous les problèmes sociaux et politiques, et simultanément à restaurer l’intégralité des dogmes » (Maxime Rodinson). L’attitude de soumission aux « textes sacrés » constitue en elle-même un refus d’accepter la complexité du monde actuel et revient à mettre en avant des préceptes religieux sans prendre l’initiative de les adapter aux réalités présentes. De fait, l’intégriste s’enferme dans un système rigide et établi qui inhibe sa capacité de réflexion. Aussi cet état d’esprit se traduit-il par une volonté d’uniformiser la société, en utilisant la force si besoin est. Cette volonté repose donc sur la persuasion, la contrainte et la force, et revêt en cela le même esprit que le racisme. Cette attitude constitue bien une forme de « racisme religieux ».

Le refus du pluralisme religieux conduit par exemple les « intégristes musulmans »à éliminer physiquement chrétiens, juifs et autres, et d’une manière générale ceux(même musulmans) qui ne partagent pas leur opinion. Ainsi, l’Occident est souvent identifié au « grand Satan », et l’altérité terrifiante est celle de ces chrétiens barbares qui ont conquis le monde et imposé leurs valeurs, pour abattre la vraie civilisation une et éternelle, celle de l’Islam invariant. Cette lutte est donc aussi une lutte contre la dépravation des moeurs et contre la décadence de la civilisation arabo-islamique. Certains gouvernements, dans les pays du monde musulman, ont participé involontairement au renforcement de courants islamistes. L’entreprise d’occidentalisation, voire d’américanisation de la société tout entière menée par le Shah d’Iran explique en partie la prise de pouvoir « la Révolution islamique » par des extrémistes religieux. Ayatollahs et Mollahs ont depuis instauré la Chari’a (loi coranique). L’attitude hésitante d’un gouvernement algérien balançant entre laïcité et religion, démocratie et autoritarisme, a ouvert la voie à des mouvements intégristes qui pratiquent le terrorisme et sèment aujourd’hui la terreur en plongeant le pays dans le chaos.

L’intégrisme, de quelque religion qu’il se réclame, bloque toute forme de pensée, en restant prisonnier de textes souvent mal interprétés. De là s’ensuit une perte culturelle. En effet, en se refusant toute ouverture sur l’extérieur, cette doctrine fait perdre à l’homme sa volonté de communiquer avec autrui. Fanatisé, l’intégriste refuse l’Autre dès lors qu’il est différent. Or cette différence doit se maintenir au sein d’une nation. L’unité de la nation et son progrès ne dépendent-ils pas de la diversité des individus et des groupes qui la composent ?

...

Télécharger au format  txt (3.1 Kb)   pdf (55.3 Kb)   docx (9 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com