LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Lettre de motivation, admission à la formation en enseignement primaire (FEP)

Lettre type : Lettre de motivation, admission à la formation en enseignement primaire (FEP). Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  21 Mai 2016  •  Lettre type  •  1 168 Mots (5 Pages)  •  1 071 Vues

Page 1 sur 5

                Aux membres de la commission d’admission à la formation en enseignement primaire

                 

Concerne : admission à la formation en enseignement primaire (FEP)

Madame, Monsieur,

Actuellement, en première année en sciences de l’éducation, je souhaite poursuivre mes études dans l’orientation « Enseignement primaire », dans l’intention d’exercer un jour, la profession d’enseignante.

Depuis mon très jeune âge, j’ai toujours eu un instinct éducatif. Je m’occupais des autres enfants, je les aidais lorsqu’ils avaient des difficultés à l’école ou en dehors du milieu scolaire. Plus j’avançais dans l’âge, plus ma volonté de m’orienter vers la pédagogie était grande. Cependant, ma décision n’était pas précise ; je ne savais pas si je voulais devenir éducatrice de la petite enfance, enseignante aux degrés primaires ou encore me consacrer à des enfants ne pouvant pas bénéficier de la scolarisation ordinaire.

Au cycle d’orientation, j’avais même fait un stage au jardin d’enfant et cela m’avait énormément plu, pourtant quelque chose manquait et je ne savais pas de quoi il s’agissait. Je m’étais dis que j’avais encore le temps pour prendre une décision plus précise sur mon futur métier.  

C’est alors que j’ai entamé le collège en ayant pour option spécifique (OS), l’économie et le droit, à défaut d’une orientation plutôt pédagogique, à ma grande déception.

C’est alors que j’ai commencé à porter de l’intérêt à la discipline de droit. J’ai également porté une très grande admiration à l’enseignante de cette branche, qui maitrisais si bien les connaissances enseignées, qui y prenait plaisir et y consacrait de son temps pour nous inculquer son savoir.

Durant les vacances universitaires d’hiver, j’ai pris le temps de réfléchir quant à mon avenir, à mes réelles volontés. J’ai alors compris que le problème ne venait pas de moi, mais plutôt de l’orientation que j’avais choisie. Je me suis rendue compte que l’admiration que j’apportais à ma maîtresse de droit au collège n’était pas due à la discipline mais bien à sa façon d’exercer son métier d’enseignante.

C’est alors que j’ai eu une sorte d’illumination, tous mes projets crées durant toutes ces années me sont revenus ; le métier d’enseignante en primaire est celui que j’ai toujours voulu exercer et que cela était ma vocation. Il n’y avait plus aucun doute là dessus, pas d’enseignement au secondaire où les élèves sont dans un âge difficile ou bien dans la petite enfance, où les enfants sont très jeune et l’interaction est minime. C’était bel et bien, en primaire que je voulais enseigner.

J’ai alors directement, pris la décision de m’exmatriculer afin de faire un séjour linguistique à Hambourg de 10 semaines dans le but d’atteindre un niveau d’allemand suffisant pour pouvoir enseigner cette langue à l’avenir.

Mon apprentissage à ce métier a commencé très tôt avec mon petit frère et les autres membres de ma famille étant plus jeunes que moi. Je les aidais pour les différentes matières scolaires et surtout leur donnais l’envie d’apprendre en leur expliquant l’utilité et l’importance de la scolarité.  Leurs parents me demandaient souvent mon aide, car selon eux, j’avais de la facilité pour expliquer les différentes théories tout en trouvant les bons mots pour leur inculquer le désir de s’instruire.

Par la suite, je me suis rendue compte que je pouvais gagner de l’argent tout en pratiquant des cours en tant que répétitrice. Cela me donnait déjà l’impression de m’engager dans le métier. J’ai alors été confrontée à différentes situations et à différents types d’élèves, mais grâce à ma nature patiente et indulgente, je m’adaptais aux capacités  de chacun et à chaque fois que l’un d’entre eux obtenais de meilleurs résultats, je ressentais une satisfaction personnelle indescriptible.

Aujourd’hui, je me rend compte qu’avoir commencé l’apprentissage de la pédagogie dès mon jeune âge m’a beaucoup apporté en tant que future enseignante ; j’ai appris d’être à l’écoute de l’enfant et qu’il est inutile de forcer sachant que tout le monde n’a pas le même rythme d’apprentissage. Il faut utiliser les différents moyens didactiques pour susciter la soif d’apprendre et surtout garder à l’esprit que chaque enfant a les capacités, seul e potentiel change.

...

Télécharger au format  txt (7.6 Kb)   pdf (85.5 Kb)   docx (10.8 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com