LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La confiance en soi

Fiche : La confiance en soi. Recherche parmi 275 000+ dissertations

Par   •  12 Juin 2013  •  Fiche  •  4 874 Mots (20 Pages)  •  814 Vues

Page 1 sur 20

A. Introduction

Pierre entre dans la salle pour la première réunion de ce nouveau groupe de travail. Il est essoufflé et en sueurs même s'il est en avance. D'un coup d'oeil il trouve une place libre et s'empresse d'y déposer ses documents. Mine de rien, il jette des coups d'oeil furtifs aux autres. Il cherche à se donner une contenance pour que personne ne puisse voir combien il est tendu. Ses gestes sont saccadés et maladroits, sa posture est rigide, ses mains sont moites, il a la bouche sèche. En ce moment, il n'aspire qu'à une chose: survivre à cette première réunion.

Lorsque Julie arrive, elle s'arrête, jette un regard sur les personnes déjà présentes et sourit aux deux personnes qui répondent à son regard. Pierre n'est pas de ceux-là; il l'examinait du coin de l'oeil, mais s'est empressé de regarder dans la direction opposée lorsqu'elle s'est tournée vers lui. Il s'en veut aussitôt, mais il voudrait quand-même être invisible. Lorsque Julie vient s'installer à côté de lui, il est tellement embarrassé qu'il en échappe son crayon. Comble de malheur, elle lui parle: "Bonjour, je m'appelle Julie, je travaille à la comptabilité. Je me demande bien pourquoi on nous a réunis. Le savez-vous?"

Maintenant, Pierre est terrorisé! Il veut répondre, mais aucun son ne sort de sa gorge. Il se demande quoi dire, quoi faire de ses mains, comment avoir l'air dégagé. Il sait qu'il ne réussira pas, comme d'habitude... Heureusement, la réunion commence immédiatement; sauvé!

Pendant la première partie de la réunion, Pierre n'arrive pas à être attentif. Il est trop occupé à s'en vouloir d'avoir bafouillé. Il envie l'assurance de Julie. Il la trouve chanceuse d'être aussi complètement à l'aise, d'avoir parfaitement confiance en elle et de réussir ainsi sans effort. Après une heure à peine, il constate que Julie devient déjà une personne importante dans le groupe alors que lui n'a pas encore ouvert la bouche et ne sait pas trop de quoi il est question.

Comme dans les autres comités dont il a fait partie, Pierre se dirige vers un échec humiliant. Il ne sera qu'un figurant aussi silencieux que possible. Lorsqu'il ne pourra pas éviter d'émettre une opinion, il s'en tiendra à un point de vue vague, aussi proche que possible des opinions des autres. Pourquoi?

On peut certainement dire que Pierre n'a pas confiance en lui-même. C'est vrai, mais incomplet. On pourrait tout aussi bien dire que Pierre prend tous les moyens pour éviter d'avoir confiance en lui: il fait exactement tout ce qu'il faut pour saboter ses chances d'augmenter sa confiance. C'est également vrai, mais beaucoup plus important, car cette vision laisse entrevoir une solution.

Le but de ce TPE est de faire comprendre comment on peut changer ce genre de situation: comment on peut transformer cet échec destructeur assuré en un tremplin créateur de confiance.

B. Mythe et réalité

Du point de vue de Pierre, la confiance en soi est une chose assez magique et plutôt injuste. Il trouve que Julie a la vie très facile: elle est à l'aise et sûre d'elle-même sans avoir à faire quoi que ce soit pour l'obtenir. Il suppose que c'est dû à son éducation et à son milieu familial lorsqu'elle était enfant. Il croit que s'il avait été davantage supporté et encouragé par ses parents il serait comme Julie: tout serait facile et il aborderait les situations avec une assurance inaltérable.

Mais la réalité est moins simple. Julie aussi est dans une situation nouvelle et ne connaît personne. Elle est nerveuse comme Pierre, mais elle choisit de créer le contact avec les autres au lieu de l'éviter. C'est sa façon de se rassurer et de faire face à cette situation.

La différence principale entre nos deux membres du comité, c'est donc la stratégie qu'ils ont adoptée pour vivre cette situation nouvelle; l'un évite les contacts alors que l'autre les établit pour se rassurer. Dès que ce choix est fait, on peut prédire à coup sûr qui réussira à faire de ce groupe une expérience enrichissante et qui en sortira avec une image négative de lui-même.

Julie a décidé que la façon la plus facile d'être à l'aise, c'est d'être aussi naturelle et ouverte qu'elle le peut. Elle ne cherche pas à dissimuler sa nervosité; elle la transforme en action. Elle ne cherche pas à apparaître "au dessus de ses affaires", elle se sert même de son inconfort comme sujet de conversation pour aborder Pierre. Pour elle, sa nervosité est justement une bonne raison d'aborder les gens; elle sait que c'est ainsi qu'elle fera disparaître. Elle ne cherche pas à impressionner les autres, elle cherche à utiliser cette situation pour connaître de nouvelles personnes et pour apprendre à travailler en groupe. Avec de tels objectifs, elle réussira certainement.

Pierre, de son côté, a choisi de dissimuler son malaise et de se taire tant qu'il n'aura pas quelque chose d'assez brillant à dire pour impressionner tout le monde. En faisant ce choix, il se condamne à l'échec, car ses exigences sont irréalistes et sa tactique de dissimulation le paralysera à coup sûr.

C. L'influence de l'éducation

Pierre a-t-il raison de croire que c'est à cause d'une enfance plus heureuse dans un milieu familial plus supportant que Julie est plus confiante que lui? En réalité, la vraie réponse à cette question est "peut-être en partie". En effet, le fait d'être aimé, traité avec respect et avec confiance par ses parents quand on est jeune peut contribuer à donner un meilleur départ du point de vue de la confiance en soi. Mais ce n'est pas la seule façon dont les parents peuvent avoir une influence dans ce domaine.

Souvent, les parents empêchent un enfant de commencer à développer sa confiance en voulant le protéger de l'échec ou de la douleur. "Je vais t'aider pour ne pas que tu te blesses" et "Je vais le faire à ta place" peuvent tuer dans l'oeuf les premiers germes de la confiance en soi, même lorsqu'ils sont faits avec amour. Ils sont nuisibles de deux façons:

1. ils donnent à l'enfant une image de lui-même comme quelqu'un d’incapable.

2. ils lui font croire qu'il est très grave d'échouer, de se faire mal ou d'avoir de la difficulté à parvenir à son but. Cette deuxième

...

Télécharger au format  txt (30.4 Kb)   pdf (261.4 Kb)   docx (20.1 Kb)  
Voir 19 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com