LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'inconscient selon Sigmund Freud

Commentaire de texte : L'inconscient selon Sigmund Freud. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  17 Décembre 2013  •  Commentaire de texte  •  685 Mots (3 Pages)  •  589 Vues

Page 1 sur 3

Selon Sigmund Freud, l’homme est naturellement méchant, car il est un être de pulsion. Premièrement, l’inconscient est quelque chose que nous ne pouvons pas contrôler qui emmagasine des réalités sous différentes formes. Par exemple, rêver qu’un professeur ne se présente pas la journée d’un examen pourrait être une façon inconsciente de dire son refus de passer son examen. Il y a d’autres exemples tels qu’une femme qui sort juste avec des hommes qui battent leur femme ou le garçon alcoolique parce que son père l’était. L’appareil psychique est divisé en trois parties le ça, le moi et le surmoi. Le ça est à la recherche du plaisir et ne prend pas en considération le bien et le, les jugements de valeur et la morale, car il les ignore. Tout ce qu’il l’intéresse c’est le plaisir. Par exemple deux personnes qui viennent de se rencontrer dans un party et décide d’aller coucher ensemble sans prendre de précaution, on peut dire que c’est le ça qui les a poussé à faire ça sans réfléchir. Une des deux personnes pourra le regretter toute sa vie simplement à cause d’une pulsion, dirigé par le ça, qu’il n’a pas pu contrôler. C’est à partir du ça que les pulsions se forment. Les pulsions sont des sources énergétiques qui donnent un but à l’organisme tel que se nourrir ou fumer de la drogue pour se sentir mieux après. Elle crée un état de tension qui doit être soulagé. Afin d’autorisé le soulagement ou la supprimassions d’une pulsion, il faut se tourner vers le moi. Le moi se développe à partir du ça. Mais contrairement au ça qui répond à des désirs sans réfléchir aux conséquences, le moi répond à la prudence et à la raison. Le moi apprend à reconnaitre les pulsions les plus nécessaires à la survie de l’être. Il soulage les pulsions vitales avant les pulsions secondaires et s’y il juge qu’il y en a des nuisibles il ira même jusqu’à les supprimer. Le moi joue le rôle de médiateur entre le ça et le surmoi. Le surmoi quant à lui est celui qui supervise le moi. Le surmoi regarde les différentes pulsions acceptées par le moi et il les rejette si il sait que ce n’est pas convenable. Par exemple si une personne a un surmoi trop grand comparer au moi, et qu’il est à une lumière rouge et que a coté il y a une personne qui risque de mourir si elle ne va pas directement à l’hôpital, il décidera de ne pas bruler la rouge car« il veut contraindre le moi à se plier au règle les plus sévère ». Le surmoi représente l’idéal et est issu des gens à qui la personne s’identifie, il résulte souvent de l’influence parentale. Ce qui nous amène au refoulement. Le refoulement se crée lorsqu’une pulsion de plaisir rentre en conflit avec une autre qui mène vers plus de malheur. Les pulsions seront donc refoulées au fond de l’inconscient et les empêcheront de franchir la barrière du conscient, mais elles ne disparaitront pas. Le rôle du refoulement est de défendre le moi au dépend du ça. Le refoulement demande une grande dépense d’énergie. Quand la pression est trop grande, la personne tombera dans une névrose. Cependant avant de tomber dans une névrose, il existe la sublimation qui consiste à détourner les mauvaises pulsions vers un autre but plus noble dans plusieurs domaines comme l’art, le sport, etc. La sublimation aide à calmer ses mauvaises pulsions et à les contrôler. Par exemple quelqu’un de naturellement

...

Télécharger au format  txt (4 Kb)   pdf (57.5 Kb)   docx (9.1 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com