LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Elisabeth Roudinesco : " La Part Obscure De Nous-mêmes , Une Histoire Des Pervers "

Rapports de Stage : Elisabeth Roudinesco : " La Part Obscure De Nous-mêmes , Une Histoire Des Pervers ". Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  31 Octobre 2012  •  763 Mots (4 Pages)  •  606 Vues

Page 1 sur 4

Dans ce texte admirablement construit et ne comportant aucun récit d'actes sexuels, Sade préconise comme fondement à la république une inversion radicale de la loi qui regit les sociétés humaines: obligation de la sodomie, de l’inceste et du crime. Selon ce texte aucun homme ne doit être exclu de la possession des femmes, mais aucun ne peut en posséder une en particulier. En conséquence, les femmes doivent non seulement se prostituer avec des femmes comme avec des homme, mais n'aspirer qu'à la prostitution leur vie durant puisque celle-ci est la condition de leur liberté.

La société bourgeoise du XIX siècle, disait Micheal Foucault, la notre encore sans doute, est une société de la perversion éclatante et éclatée. Il se peut que l'occident n'ait pas été capable de inventer des plaisirs nouveaux, et sans doute n'a t-i-il pas découvert de vices inédites. Mais il a défini de nouvelles règles au jeu des pouvoirs et des plaisirs: le visage figé des perversions s'y est dessiné. Tout les historiens se sont en effet posé la question de savoir si le XIX siècle avait contribué à une érotisation des pratiques sexuelles ou si au contraire il avait favorisé leur répression. A y regarder de près, les deux attitudes loin de s'opposer sont en réalité complémentaires.

Freud ne fut jamais un grand lecteur de Sade, mais il partageait avec lui, sans le savoir, l'idée que l'existence humaine se caractérise moins par une aspiration au bien et à la vertu que par la quête d'une permanente jouissance du mal. Il réhabilita l'idée selon laquelle la perversion est nécessaire à la civilisation en tant que part maudite des sociétés et part obscure de nous-mêmes. Mais plutôt que de faire de l'animalité de l'homme le signe d'une infériorité indépassable, il préféra soutenir que seul l’accès à la culture permet d'arracher l'humanité à sa propre pulsion d’anéantissement. La pulsion destructrice est la condition première de toute sublimation puisque le propre de l'homme n'est que l'alliance, de la plus puissante barbarie et du degré le plus élevé de la civilisation, une sorte de passage de la nature à la culture.

La perversion, selon Freud, est en quelque sorte naturelle à l'homme. Cliniquement elle est une structure physique: on ne naît pervers, on le devient en héritant d'une histoire singulière et collective ou se mêlent education, identifications inconscientes, traumatismes divers. Tout dépend ensuite de ce chaque sujet fait de la perversion qu'il porte en lui: rébellion dépassement, sublimation ou au contraire crime, anéantissement de soi et des autres.

Après la chute du mur de Berlin, le modele démocratique liberal prend le devant, reposant sur une vision désenchantée du monde et une rationalisation de la société entendue comme l'application du calcul: un nouveau biopouvoir pour faire disparaître de l’horizon humain non seulement les états-nations au profit des "corporation", mais aussi toute frontière entre l'homme et l'animal, et à l’intérieur du monde humain, tout conflit, toute aspiration à la rébellion, tout désir d'aneantissement de soi et donc tous les excès à travers lesquels s'énonce la part obscure de nous-memes: ni perversion, ni sublimation.

...

Télécharger au format  txt (4.9 Kb)   pdf (68 Kb)   docx (9.7 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com