LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Fiche de lecture de psychanalyse: Cinq leçons sur la psychanalyse, Freud

Fiche de lecture : Fiche de lecture de psychanalyse: Cinq leçons sur la psychanalyse, Freud. Recherche parmi 230 000+ dissertations

Par   •  13 Décembre 2018  •  Fiche de lecture  •  3 513 Mots (15 Pages)  •  337 Vues

Page 1 sur 15

Fiche de lecture sur Cinq leçons sur la psychanalyse de Freud

I. Caractéristiques de l’ouvrage

Titre: Cinq leçons sur la psychanalyse suivi de Contribution à l’histoire psychanalytique

Auteur: Sigmund Freud

Editeur: Payot-Rivages

Date de parution, traduction, rédacteur de la préface, ...: juin 2015, Yves Le Lay et Samuel Jankélévitch, préface de Frédérique Debout

II. Identification du genre de l’ouvrage:

Il s’agit d’une retranscription du discours de Freud sur ses recherches scientifiques sur l’hystérie, ainsi que ses théories et conclusions.

III. Analyse globale:

Cet ouvrage ne fait pas partie d’un courant philosophique particulier car il se destinait en premier lieu à la médecine, à l’avancée de la psychanalyse. Cependant, dans ses études, il émet aussi l’hypothèse de l’inconscient qui contredirait Descartes, selon laquelle l’homme n’est pas maître de soi-même car il aurait une partie presque incontrôlable.

Le thème central est donc la psychanalyse. En effet, Freud étant très inspiré par les travaux de Breuer afin de soigner et de comprendre l’origine des troubles de l’hystérie. Il a aussi effectué un stage avec le docteur Charcot de qui il a repris quelques méthodes et qui l’a encouragé à poursuivre son enquête. Dans cette oeuvre, Freud nous présente les idées essentielles de la psychanalyse en seulement cinq leçons effectuées aux Etats-Unis d’Amérique afin que ses méthodes aient plus de chances d’êtres connues, étudiées et adoptées. Cette doctrine est née à partir de l’étude de l’hystérie et de l’importance de la parole et de la mémoire des souvenirs plus ou moins enfouis dans l’inconscient. Cette méthode (pour soigner l’hystérie) est appelée “méthode cathartique”.

Freud, comme énoncé plus haut, émet la thèse selon laquelle, il existe une partie dans l’homme qui est difficile à contrôler, dans laquelle toutes nos pulsions sont conservées.

IV. Structure du texte

L’oeuvre est composée de cinq leçons ou conférences, nous allons donc résumer le contenu de chacunes d’elles.

Première leçon

Introduction (p.7): Freud précise avec une grande modestie qu’il n’est pas celui qui a fondé la psychanalyse mais que d’autres avant lui s’étaient aventurés à essayer de soigner l’hystérie, comme le docteur Breuer ou le médecin français Charcot qui s’est occupé des malades de la Salpêtrière. Il dit aussi que des connaissances médicales très poussées ne sont pas nécessaires pour comprendre le sujet dont il va parler. *

Première partie de sa leçon, le cas Anna O. (patiente du docteur Breuer) (p. 8-10): Lorsque Freud la rencontre, elle est âgée de 21 ans et souffre de nombreux et graves troubles mentaux et physiques. Breuer et Freud lient rapidement ses souffrances à la perte prématurée de son père, car les symptômes sont arrivés lors de cette période. On pourrait au départ penser que ces symptômes sont dus à des lésions organiques (chose qui était pensée par la majorité des médecins de l’époque, ainsi qu’il s’agissait de simulatrices), or dans ce cas précis, les circonstances les laissent croire qu’ils sont d'origine psychologique. Le fait de devenir malade l’a empêchée de continuer de soigner son père, il s’agit donc d’hystérie. Freud nous dit aussi que la médecine de l'époque est assez incompétente et incapable de s’occuper des hystériques correctement, parce qu’en général on traite les malades de menteuses et qu’on ne leur prête pas attention.

Deuxième partie, Freud et Breuer face au cas Anna O. (p. 10-18): En premier lieu, Breuer s’intéresse à la maladie. Le médecin remarque que sa patiente a des périodes fréquentes d’absence et d’altération psychique durant laquelle elle murmure des mots qui sont très intimes. Afin de trouver le sens de ces mots qu’elle murmure, il la place sous hypnose dans le but de la faire parler de ce qu’il prend au départ pour des rêveries. Il remarque alors que son état s’améliore mais seulement de manière provisoire, puis les troubles revenaient. Cette méthode d’échange entre le thérapeute et le patient est appelée talking cure ou bien méthode cathartique par Freud. D’après les deux médecins, les symptômes seraient causés par un refoulement et l’oubli d’un événement plus ou moins traumatisant pour la patiente, ainsi, la méthode cathartique permet de retrouver le souvenirs de ces chocs émotionnels. Tous deux ont remarqué que les symptômes ont progressivement disparu définitivement lorsque Anna O parvint à se souvenir des circonstances de leur première apparition. Ainsi, le premier serait arrivé lors d’une nuit de fortes chaleurs, et lorsque la jeune fille vit la servante faire boire son chien (qui la dégoûtait au plus haut point)dans son verre d’eau. L’hydrophobie s’est alors manifestée et afin d’étancher sa soif, elle se nourrissait de fruits. La découverte de Breuer implique donc de remonter dans la “chaîne des souvenirs” pour retrouver l’origine du mal et l’éradiquer. Deuxièmement, Freud reprend la méthode de Breuer. Il dit qu’il s’est inspiré de la méthode cathartique pour soigner ses propres patients, et qu’il en est arrivé aux mêmes conclusions que le docteur Breuer. Il conclut donc que « les hystériques souffrent de réminiscences. Leurs symptômes sont les résidus et les symboles de certains événements traumatiques ».

Conclusion de la première leçon: Nous pouvons donc en conclure que l’inconscient est capable d’influencer la partie consciente de nous-même (le Moi), ce qui est démontré par les suggestions post-hypnotiques et permet de montrer ce qu’est l’hystérie. Cette influence peut avoir des conséquences très importantes, pour les éliminer, il faut que le conscient effectue le processus de l’inconscient et l’assimile.

Seconde leçon

Première partie, les études sur l’hystérie (p.21-23): Freud commence cette leçon en évoquant les expériences du docteur Charcot sur les études des hystériques de Paris. Les recherches de Freud et Breuer sur le traumatisme psychique correspondent au traumatisme physique de Charcot. Il évoque ensuite les théories de Pierre Janet selon lesquelles l’hystérie aurait pour cause un dégénérescence, une faiblesse mentale, ou de processus

...

Télécharger au format  txt (22.9 Kb)   pdf (68.1 Kb)   docx (578.2 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com