LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Yellow birds

Dissertation : Yellow birds. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  5 Mai 2018  •  Dissertation  •  843 Mots (4 Pages)  •  147 Vues

Page 1 sur 4

Pour commencer, en basant sur les faits vécus l’auteur, Kevin Powers décrit véritablement les sentiments  et les conséquences que les gens qui ont participé à la guerre. Dans le livre Yellow Birds de Kevin Powers démontre réellement comment la guerre peut déshumaniser un être humain. Tout d’abord, ce conflit entre les États-Unis et l’Irak a pris la vie des millions de civils et soldats innocents. Il a laissé aussi les conséquences psychologiques néfastes pour les revenants de la guerre. La majorité des vétérans sont hantés par les évènements qu’ils ont vécus durant leurs missions. Parfois, ils n’ont pas les capacités de contrôler leurs propres membres du corps. À la page 64 a ressorti ce fait : « Mais mon corps l’ignorait. Il était au bord d’une autre route, un autre jour. Mes doigts se refermèrent sur un fusil imaginaire. Je leur dis qu’il n’y avait pas de fusil, mais mes doigts ne m’écoutaient pas, et je continuais de transpirer et mon cœur battait beaucoup plus vite qu’il n’aurait pu.» Cet extrait prouve comment les soldats vivaient ce post-traumatique. Le mot « imaginaire » fait référence à l’abstraction, l’irréel cela souligne que même s’ils sont de retour à leur pays, mais leur esprit suit encore le rythme et les habitudes qu’ils ont adaptés de la guerre. De plus, les mots « mes doigts ne m’écoutaient pas » démontre à quel point que certains combattants sont incapables d’avoir l’emprise de leur corps. La guerre crée les problèmes de l’interaction entre les soldats de la revenante et les gens qui les entourent. Ils ne peuvent pas partager leurs souffrants aux autres personnes. D’ailleurs, dans le passage de la page 153 a fait mette en valeur de cet enjeu : « J’étais devenu une espèce d’infirme : « ‘’J’ai l’impression que quelque chose me bouffe de l’intérieur et je ne peux rien dire à personne parce que tout le monde est si reconnaissant envers moi; je me sentirais trop ingrat si je me plaignais de quoi ce soit.’’ » L’auteur a utilisé le mot « bouffer » pour accentuer la culpabilité que les soldats ont de la chance de retourner à leur pays alors que les autres n’en a pas. Cette culpabilité les ronge de plus en plus profonde. Par ailleurs, l’utilisation du mot ‘’ingrat’’ mettent en valeur du remord que les vétérans sentais lorsqu’ils veulent partager de leurs chagrins. En bref, les dommages au niveau de la santé mentale causé par la guerre sur les militaires démontrent qu’elle déshumanise l’être humain.  

Par la suite, la guerre a le pouvoir de modifier la personnalité d’une personne, c’est-à-dire elle transformé les humains de l’être qui sont sensibles pour devenir aux personnes qui sont violences. Elle fait les hommes qui sont insensibles à la mort de leurs frères de l’arme.  Ainsi, à la page 20 a preuve de cette situation : « La cruauté de mon ambivalence ne me surprit pas à l’époque. Rien ne semblait plus naturel que de voir quelqu’un se fait tuer. […] Or, la mort n’était pas inhabituelle. » Les mots comme ‘’plus nature’’ et ‘’pas inhabituelle’’ fait remarqué que les combattants n’ont plus de la peine devant la mort des gens qu’ils se connaissent. Ici, le mot ‘’cruauté’’souligne à quel point que la mort est devenue un sujet tout à fait normal et naturel pour les militaires qui ont participé au conflit. D’un autre part, ce livre démontre que les militaires participent à la guerre sont devenu de plus en plus violence. Ils veulent détruire toutes choses sans aucune  raison précise.  : « […] l’assassin, […] tu commences à avoir envie de brûler le pays tout entier, tu veux détruire tous les putains de rubans jaunes que tu vois, et tu ne sais pas pourquoi, c’est juste du genre. »(p.154) l’utilisation les mots ‘’détruire’’, ‘’brûler’’ font ressortir la violence que les combattants ont emporté avec eux même après la guerre. Il y a aussi le Les lecteurs peut considérer ce fait comme une déshumanisation l’être humain.

...

Télécharger au format  txt (5.1 Kb)   pdf (51.4 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com