LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

"Qu'est-ce que les lumières" Kant, analyse

Fiche de lecture : "Qu'est-ce que les lumières" Kant, analyse. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  4 Février 2018  •  Fiche de lecture  •  1 866 Mots (8 Pages)  •  1 568 Vues

Page 1 sur 8

Questions sur le texte : « Qu’est-ce que les Lumières ? » - Emmanuel Kant (1784)

Paragraphe 1 :

  • 1- « Sapere Aube » signifie « Ose savoir » cette formule exprime une volonté de connaitre, une envie de s’enrichir intellectuellement, de sortir de l’ignorance. Or les Lumières sont un mouvement littéraire et philosophique Européen du XVIIIe siècle, fondé sur la raison qui permet selon les philosophes des Lumière, de sortir des préjugés et de l’intolérance, et de faire progresser les hommes vers le bonheur, la liberté et le savoir (Réf : études littéraires). Nous pouvons donc lier l’expression « Sapere Aube » au siècle des Lumières, car il y a dans les deux cas, une recherche de la connaissance, soit une progression de l’homme intellectuellement.

À l'époque on ne pensait pas par soi-même, Kant nous le montre avec une métaphore, comparant le bétail à la population soumise, il nous fait donc comprendre, que le peuple était encadré par des « tuteurs » qui leur faisaient continuellement comprendre de ne pas réfléchir, car cela pouvait être dangereux. C’est donc pour cette raison qu'à l’époque on ne pensait pas par soi-même, on avait peur, peur du danger, mais également peur de dépasser les limites autoriser et donc d’être sévèrement punis par le « tuteurs ».

  • 2- Kant appelle esprit mineur « Être mineur, c’est être incapable de se servir de son propre entendement sans la direction d’un autre » (L 2-3-4), c’est-à-dire être dans l’impossibilité de penser pas par soi-même autrement dit avoir besoin d’être encadré, d’être guidé par quelqu’un... Il appelle esprit majeur, l’inverse, les personnes qui vont encadrer la population, lui dire ce qu’elle doit faire, et lui inculper les règles, il les surnomme « Les tuteurs ». Les esprits mineurs et majeurs, sont associés l’un ne va pas sans l’autre, nous pouvons prendre comme exemple d’esprit mineur, des paysans qui vont être dirigés par leur seigneur, ce dernier étant un esprit majeur, il y a également la population et le roi ou encore un enfant fasse à ses parents.

  • 3-  Ce qui a rendu les hommes si « paresseux et lâche » c’est l’habitude d’être encadré par quelqu’un qui va les prendre en charge, en leur disant de ne pas penser par eux-mêmes, car ceci peut être dangereux. La population, va donc être habitué à cette situation, elle ne va pas chercher à modifier quoi que ce soit car il est plus aisé de se conduire comme un mineur que comme un majeur car cet état n'exige pas d'efforts particuliers, c’est ça qui les rendit paresseux. De plus ils ne connaissent que cela, et ne cherche pas à changer quoi que ce soit, car l’inconnu paraît toujours dangereux et terrifiant, c’est ce facteur qui les rendit lâches. Ces deux arguments, entraîne le fait, que ce n’est pas qu’ils n’osaient ne pas penser par eux-mêmes, mais qu’au final il ne le cherchait pas.

Paragraphe 2 :

  • 1- La liberté est selon Kant, « ce qu’il y a de plus inoffensif sous ce nom, à savoir la liberté de faire un usage public de sa raison dans tous les domaines » ( L 70.71.72) . Donc nous pouvons en conclure, que la liberté, c’est de pouvoir, dire comme bon nous semble ce que l’on pense, dans toutes les matières possibles. La définition de Kant se rapproche de la définition générale « La liberté peut être définie de manière positive comme l'autonomie et la spontanéité d'une personne douée de raison. La liberté est la possibilité de pouvoir agir selon sa propre volonté, dans le cadre d'un système politique ou social, dans la mesure où l'on ne porte pas atteinte aux droits des autres et à la sécurité publique.» (Ref : la Toupie)

  • 2- Il est dit que tous « esprits majeurs » demandent au public de ne pas raisonner. Ainsi pour Kant, la liberté commence par la liberté de penser, autrement dit de raisonner, de désobéir C’est le début pour se libérer de ses chaines, créer par les « esprits majeurs ». Si on commence à penser par soi-même on commence à être indépendant, et donc plus libre.

  • 3- Kant nous dit que faire usage privé de sa raison est « l’usage qu’il est permis à un homme de faire de sa raison dans l’exercice de la charge ou de la fonction qui lui a été confiée comme citoyen » (L 88-89-90), l'usage privé est donc donné par la position dans la hiérarchie, ou le métier, cette réflexion n’est pas à proprement parler venus de la personne elle-même, mais de sa situation. Cette utilisation peut être limitée, cela ne gênerait pas les Lumières. De plus, il nous dit que l’usage public « fait usage de sa raison en tant que savant devant le public entier qu’est le monde des lecteurs » (L 86-87) en d’autres termes, c’est faire une réflexion personnelle pour ensuite la rendre publique. L’usage public vient donc de la personne en question, il est choisi, il est propre à l’individu. Il est dit que si dernier est limité cela serait un réel obstacle pour les Lumières.

Paragraphe 3 :

  • 1- Kant nous dit que l'époque éclairée c’est « Les hommes, considérés dans leur ensemble, soient déjà ou puissent seulement être mis en état, en matière de religion, de faire un usage sur et bon de leur propre entendement sans la direction d’un autre » (L 225-226-227-228) et que l’époque de propagation c’est « on leur laisse le champ libre pour y travailler, et que diminuent peu à peu les obstacles qui les empêchent d'accéder universellement aux lumières, c’est-à-dire de sortir de la minorité où ils se trouvent par leur propre faute » (L 229-230-231-232). Donc nous pouvons en conclure, que la différence entre l'époque éclairée et l’époque de propagation des lumières. C’est que dans l'époque éclairée, il y a totalement une liberté de raisonner, faite indépendamment, c’est-à-dire par la volonté même de l’homme. Alors que pendant l’époque de propagation, il y a juste un début de liberté, on leur laisse la possibilité, mais qu’elle n’est pas forcément prise, c’est en progression, c’est quelque chose qui ne se fait pas en une seule fois. On ne peut pas arriver à une époque éclairée du jour au lendemain.

  • 2- Frédéric II de Prusse a été roi de Prusse de 1740 à 1786, il fut ami avec Voltaire, ce dernier séjourna même à sa cour. Il est dit qu’il a été plus puissant dans son royaume que Louis XIV dans le sien. Ce fut un souverain absolu, il fit de la Prusse un État moderne on dit qu’il a agi comme un despote éclairé. Or le despotisme éclairé est un régime politique dans lequel le souverain se conduit en maître absolu, mais pratique une politique inspirée de la philosophie des Lumières. Kant fait donc référence à ce dernier, car il est associé à l’époque de l'ascension des lumières, suite à sa politique. Ainsi, Frédéric II de Prusse, a utilisé des Lumières comme instrument de propagande et comme moyen de gouvernement.

Kant considère son mode de gouvernement comme un modèle, car ce roi lui aussi défend la liberté de pensée, mais il exige l'obéissance afin de préserver l'ordre dans la société. (Ref : Wikipédia) ce mode et l’idée même de Kant. Il y fait référence aux lignes 77 et 78 mais aussi aux lignes 277 et 278 de « Qu’est-ce que les Lumières ? » « raisonnez autant que vous voudrez et sur tous ce que vous voudrez mais obéissez ! » ici Kant fait allusion au despotisme éclairé de Frédéric II de Prusse.

...

Télécharger au format  txt (11.1 Kb)   pdf (117.3 Kb)   docx (16 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com